Menace terroriste : l’ex-chef de la police allemande tire la sonnette d’alarme et lance de graves accusations contre la politique migratoire

Ulf Küch a été pendant de nombreuses années chef de la police de Braunschweig. Début 2016, il a publié "Soko Asyl", un rapport controversé sur la perspective interne de la police. Il s'entretient avec Epoch Times sur la menace terroriste en Allemagne.

Par Alexander Wallasch
10 décembre 2023 16:19 Mis à jour: 10 décembre 2023 16:19

Ulf Küch dit de lui-même qu’il est un enfant d’ouvriers qui a fait son chemin vers le haut : « J’ai fréquenté des écoles, passé mon baccalauréat et fait des études supérieures. Et pour finir, j’ai été directeur de la police criminelle à Braunschweig. J’ai aimé être officier de police toute ma vie ».

Dans un entretien avec Epoch Times, l’ex-chef de la police dresse la chronologie d’un surmenage. Ulf Küch y fait explicitement référence à la mauvaise volonté politique de maintenir l’architecture sécuritaire de l’Allemagne.

Début 2016, vous avez publié un livre alarmant intitulé « Soko Asyl« . Le risque de terrorisme dans le sillage de l’immigration illégale de masse était-il déjà un sujet de préoccupation à l’époque ?

La menace terroriste, telle que nous l’observons actuellement, ne l’était pas à l’époque. Mais nous y avons réfléchi. J’ai également fait une réclamation à ce sujet à l’époque, mais j’ai été prié plus ou moins politiquement de me taire.

Bien sûr, nous nous sommes inquiétés de savoir si, parmi les personnes qui arrivaient et qui n’avaient pas été enregistrées à l’époque, il y en avait qui étaient responsables d’atrocités en Syrie et dans d’autres pays.

Il y avait un risque réel que des combattants du Hamas, de l’État islamique ou d’autres groupes soient déjà présents. C’était une préoccupation majeure, mais elle a été complètement occultée par les politiques.

La police fédérale a récemment mentionné de manière explicitement positive qu’en Europe, les fichiers d’empreintes digitales sont désormais mieux regroupés. Et ce bientôt dix ans après le début de l’immigration de masse …

Je vous assure qu’on aurait pu le faire dès 2015. J’ai consacré tout un chapitre à ce problème dans « Soko Asyl« . C’était l’une des plus grandes inepties de laisser entrer les gens sans les enregistrer, d’autant plus qu’à l’époque, il était techniquement possible de les enregistrer.

On nous a ordonné de ne pas le faire ! Il aurait pourtant été très simple de prendre les empreintes digitales et une photo numérique de toute personne entrant sur le territoire, quel que soit son nom.

Ces deux éléments auraient pu être facilement introduits dans les systèmes. La personne concernée pouvait ensuite raconter n’importe quoi sur son identité, cela ne lui aurait servi à rien. Les empreintes digitales et la photo auraient prouvé que cette personne était entrée en Allemagne par Kiefersfelden le 12 décembre.

Mais on n’en a pas voulu, on l’a refusé politiquement. Nous avons été rappelés à l’ordre. J’ai même dû changer le nom de ma commission spéciale, qui ne devait plus s’appeler « Soko Asyl ».

Qui n’a pas voulu cela ? Vous parlez du ministère de l’Intérieur de Basse-Saxe ?

Oui, le ministère. Et il y a eu aussi des critiques massives à l’époque de la part du groupe des Verts au Landtag de Basse-Saxe, qui ont immédiatement hurlé lorsque nous avons prononcé le mot « Soko Asyl » et qui pensaient que les demandeurs d’asile seraient désormais tous discriminés. Ce qui était bien sûr une absurdité, car il ne s’agissait que de ceux qui étaient criminels.

Comment imaginer la collaboration et la mise en réseau de la police avec les services secrets ?

On ne peut absolument pas. Il n’y avait rien à ce moment-là. La protection de l’État pêchait en eau trouble. Et je pense qu’à l’époque, les services secrets n’auraient pas été en mesure de fournir des informations utiles…

Le service fédéral de renseignement n’aurait-il pas pu savoir ce qui se passait en Syrie ou en Afghanistan afin d’évaluer approximativement qui arrivait ?

Mais le BKA (Office fédéral de police criminelle) le pouvait bien mieux. L’Office fédéral de la police criminelle avait déjà signalé depuis 2008 qu’il y avait un énorme problème. Mais on ne les a pas écoutés non plus. Cela a tout simplement été ignoré. Cela a été ignoré politiquement. La politique s’est beaucoup trop immiscée dans la séparation des pouvoirs, c’est-à-dire entre le judiciaire et l’exécutif. Or, elle n’avait rien à faire là. La police, le chef de la police, représente le droit et la loi et il est soumis au droit et à la loi. Et c’est la même chose pour la justice. Il n’est pas possible qu’un ministre de la Justice ou un ministre de l’Intérieur donne des instructions politiques.

Mais la police n’est-elle pas soumise à des directives ?

La police est devenue très politique. Celui qui veut encore faire carrière dans la police aujourd’hui doit hurler avec les loups. Ils ont perdu leur mission. Les partis politiques intervenaient pour façonner la volonté du peuple. Ils avaient une influence, mais ils ne sont pas la volonté du peuple !

Lors des manifestations contre les mesures Covid, la police est intervenue avec rigueur contre les manifestants, souvent avec une sévérité excessive. Mais lors des manifestations interdites du Hamas, on a plutôt eu l’impression d’une grande hésitation. Y a-t-il deux poids deux mesures ?

On voit ici qu’il y a une influence politique très importante, notamment en ce qui concerne les manifestations de partisans du Hamas et d’opposants à Israël. C’est un coup politique. Le chef de la police ou probablement le ministre de l’Intérieur donnent des instructions claires. Cela s’appelle des directives d’intervention et le chef de la police doit s’y tenir.

S’il ne le fait pas, il se fera taper sur les doigts. Par conséquent, celui qui tient à sa carrière de jeune chef de police dira : « Bon, on va faire ainsi ».

Depuis le début de l’immigration de masse, une certaine proximité entre les extrémistes de gauche et les migrants s’annonçait déjà. Mais jusqu’à présent, il ne s’est pas passé grand-chose. Actuellement, on pourrait toutefois avoir l’impression qu’une telle alliance se forme contre Israël ?

Bien sûr, ils se mélangent les uns aux autres. Mais je vois encore un tout autre grand danger : je suis originaire du milieu de la police criminelle, du domaine de la lutte contre le crime organisé. Le crime organisé, c’est une forme de criminalité prête à tout. Mais elle s’est toujours tenue très largement à l’écart de la politique. On ne verra pas la mafia s’immiscer activement dans la politique chez nous.

Mais nous sommes maintenant confrontés à une situation – et j’aborde maintenant ces clans qui faisaient déjà l’objet de nos mises en garde dans les années 80 : ils sont hautement criminels, ils appartiennent au crime organisé et ils deviennent maintenant politiques.

Et c’est là que ça devient dangereux. Ici, la police est actuellement désespérément dépassée. D’un côté, les délinquants doivent être poursuivis – le cambriolage de la Voûte verte à Dresde en est un exemple – et ces mêmes personnes se rangent désormais du côté des partisans du Hamas, et les antifas leur emboîtent le pas. C’est donc un mélange toxique que l’on peut à peine évaluer correctement pour le moment, mais je le considère comme hautement explosif.

Maintenant, un habitant de Brunswick pense peut-être : « Bon, c’est Berlin ou Francfort. » Ou le phénomène est-il déjà arrivé dans la région ?

Cela fait longtemps que les régions sont touchées. Cela a d’ailleurs commencé avec la ghettoïsation de ceux que l’on appelle les réfugiés libanais. Ce sont les familles que nous avons aujourd’hui dans les agglomérations. Elles ont été emmenées à Brême, Berlin, Duisburg et Cologne. C’est là qu’elles se sont établies.

Mais entre-temps, cela a pris de l’ampleur. Nous avons maintenant toute la problématique dans des villes plus petites comme Salzgitter par exemple ou dans d’autres petites villes moyennes. Là aussi, ils s’étendent et ils savent très bien comment s’y prendre : d’une part avec les commerces légaux et d’autre part avec la branche illégale.

Mais ce qui me semble le plus explosif en ce moment, c’est qu’ils se rangent entièrement du côté des opposants à Israël. Dernièrement, ils ont fait une manifestation devant la porte de Brandebourg – vous vous rendez compte ? -, ils ont frappé la police, pour ensuite s’agenouiller et prier leur Dieu. C’est mon point limite. Et je ne comprends pas non plus les responsables politiques qui laissent faire et n’interviennent pas.

Quelle est la marge de manoeuvre de la police ? On parle beaucoup de racisme au sein de la police, etc. Cela a quand même beaucoup paralysé la police. Ce n’est que contre les manifestations contre les confinements du Covid que la situation est redevenue plus dure, alors que l’on avait surtout un public allemand devant soi. La police peut-elle encore faire face aux problèmes actuels et si oui, que faut-il changer ?

Nous avons besoin de toute urgence d’un changement de paradigme en politique. Et maintenant, je parle en tant que personne vivant à la campagne : les gens ici ne reconnaissent aucunement le fonctionnement d’un système démocratique. Une masse critique de citoyens est apparue, qui n’a plus de loyauté envers la politique. La confiance a disparu.

Les Allemands ont-ils peur que quelque chose se prépare contre eux, alors qu’une police plus forte est nécessaire mais qu’elle n’existe plus ?

Je peux confirmer que certains évitent désormais certaines zones du centre-ville. Les ruraux disent clairement: « Là, nous n’irons pas, que nous n’y allons plus, que nous n’en voulons pas, que ce n’est plus à nous, que cela ne nous convient plus ici. »

Et si nous allons dans les grandes villes, Berlin ou Duisburg, inutile d’en parler, ce sont des quartiers entiers de plusieurs centaines de milliers de personnes qui sont désormais complètement en marge et ne sont plus du tout soumis au droit allemand.

Dans votre biographie, on peut lire que vous avez également été responsable de la police à Wolfenbüttel. Il y a quelques jours, il y a eu une grande intervention avec plus de 50 forces de police contre des migrants qui faisaient du grabuge dans le centre-ville. Trente-trois personnes ont été temporairement emmenées au poste. Wolfenbüttel veut maintenant mettre en place des clubs de jeunes à l’extérieur et offrir des possibilités d’emploi. Mais cela permettra-t-il d’améliorer la situation ?

Non, nous ne rattraperons pas ce qui a été gâché ici au cours des 20 dernières années. J’ai également lu les mesures proposées par la municipalité de Wolfenbüttel. Je pense que c’est une grave erreur. Beaucoup ne sont pas du tout prêts à s’intégrer ici dans notre système. Ils ne sont absolument pas prêts à reconnaître nos droits et nos lois. Qu’est-ce qu’on peut leur proposer ?

Ne sont-ils pas prêts à le faire parce que nous ne l’exigeons pas ?

Je dirais que oui, mais nous sommes passés à côté de cela. Il faut maintenant taper du poing sur la table. Il doit y avoir des conséquences. Car si je fais des bêtises et qu’il n’y a pas de conséquences pour moi, et ce à tous les niveaux, cela se termine mal. C’est comme avec les petits enfants. Si je dis à mon enfant de ne pas toucher au tiroir à couteaux et qu’il le fait quand même, et que je lui dis : « Bon, d’accord, comme tu veux ». Je ne dois pas m’étonner de me faire marcher sur les pieds.

Encore une fois, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à la violence. Mais il est tout à fait possible de leur mettre des bâtons dans les roues. Et il faut aussi réfléchir à la question de savoir si ces naturalisations frauduleuses qui sont offertes ne vont pas devoir être annulées, et ensuite, il faudra les expulser. Il faut le dire clairement.

Pourquoi rien n’a-t-il changé depuis 2015 ?

Parce que rien n’a changé en politique. Il suffit de regarder à Berlin. Quand je regarde Mme Faeser ou ces autres figures lumineuses de la politique, que ce soit une Mme Baerbock qui n’est même plus reçue au Liechtenstein avec sa politique étrangère féministe, nous ne devons pas nous étonner.

Nous sommes la risée de l’Europe. Ils se moquent de nous. Ils disent : « Qu’est-ce qui ne va pas avec les Allemands ? Est-ce qu’ils ont encore toute leur tête ? » Mais entre-temps, il y en a aussi qui sont très inquiets de ce qui se passe ici en Allemagne.

Si nous ne tapons pas du poing sur la table en tant qu’État libéral et démocratique et si nous ne prenons pas des mesures impopulaires, nous aurons perdu, notre système s’écroulera. Je ne peux alors pas prédire où tout cela va aboutir.

Nous ne deviendrons certainement pas un État islamique, mais il y aura certainement une sorte d’émeute dans les années à venir si la politique ne change pas à 180 degrés.

Ce que nous vivons ici depuis 2015 en matière d’immigration est-il politiquement voulu ?

C’est le résultat de la négligence et de la bêtise. Et pas seulement depuis 2015, mais depuis le début des années 90. C’est là que tout commence. C’est comme un fil rouge qui traverse notre société. Et même l’ancien chancelier Helmut Schmidt, qui était encore en vie à l’époque et qui a été interviewé x fois, a dit qu’il ne pouvait pas y avoir d’assimilation de l’islam en Allemagne. Helmut Schmidt a même mis en garde contre cela et a dit qu’on ne pouvait pas mélanger ces cultures.

J’ai beaucoup voyagé dans le monde. Et je dois malheureusement dire que les religions ont fait plus de dégâts qu’autre chose. L’islam a, en fait, détruit l’Égypte ancienne en effaçant tout ce que les pharaons avaient créé. Et nous n’avons même pas besoin de parler de nos chrétiens d’Amérique du Sud. Toujours harceler les autres avec la croix ou avec Dieu à la main, cela ne peut pas fonctionner à long terme, mais il semble que ce soit la roue de l’histoire.

Merci pour cet entretien !

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.