Omicron « ressemble bien plus à un simple rhume » déclare un scientifique britannique

Par Alexander Zhang
25 décembre 2021 11:56 Mis à jour: 26 décembre 2021 04:43

Les symptômes des personnes positives au variant Omicron « ressemblent bien plus à ceux du rhume », a déclaré jeudi un scientifique britannique. Selon lui, la moitié des personnes présentant des symptômes semblables à ceux du rhume sont en réalité atteintes du Covid-19.

Tim Spector, professeur d’épidémiologie génétique au Collège King’s de Londres en charge de l’application ZOE Covid Study, a critiqué le gouvernement britannique pour les « informations erronées » sur les symptômes du Covid-19 contenues dans ses dernières instructions.

Selon le Pr Spector, les données tirées de l’étude ZOE Covid « montrent clairement que les symptômes les plus importants ne sont désormais plus une nouvelle toux continue, une température élevée ou une perte du goût ou de l’odorat. »

« Pour la plupart des gens, les symptômes que provoque l’apparition du variant Omicron s’apparentent davantage à ceux d’un rhume, à savoir un mal de gorge, un écoulement nasal et des maux de tête », a-t-il ajouté. « Il suffit de demander à un ami qui a récemment été testé positif pour s’en rendre compte. »

Le Pr Spector a affirmé que le gouvernement devait « modifier de toute urgence sa communication avec le public », car « la moitié des personnes présentant les symptômes d’un rhume ont maintenant le Covid ».

Ce résultat a été obtenu en comparant le nombre de nouveaux cas de maladie semblable au rhume au nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19, a expliqué le groupe de recherche ZOE dans une revue de l’actualité.

Selon le Pr Spector, le nombre de nouveaux cas symptomatiques a « explosé » au cours de la semaine dernière. C’est le bond du nombre de cas le plus important qu’il ait vu depuis le début de l’étude ZOE Covid.

L’étude estime qu’en moyenne 1 sur 45 personnes sur l’ensemble du Royaume-Uni présente actuellement des symptômes de Covid-19, 1 sur 43 en Grande-Bretagne.

Au Pays de Galles, 1 sur 47, et en Écosse, 1 sur 67.

Mais, selon le Pr Spector, les données recueillies par ZOE confirment les études récentes indiquant une faible virulence du variant Omicron.

« Si les chiffres dressent un tableau inquiétant, la bonne nouvelle est que les données préliminaires que nous avons obtenues, sur la base d’environ 2 500 cas probables signalés sur l’application ZOE, laissent penser qu’Omicron est plus bénin que Delta », a-t-il déclaré.

Selon certains chercheurs du Collège Impérial de Londres les patients touchés par le variant Omicron sont 20 à 25 % moins susceptibles d’avoir besoin de soins hospitaliers par rapport aux patients atteints du variant Delta. Quant au nombre d’entre eux susceptibles d’être hospitalisés pour une nuit ou plus, il est de 40 à 45 % plus faible.

Les chercheurs ont également estimé que l’immunité naturelle, soit la protection résultant d’une infection antérieure, réduit de 50 % le risque d’hospitalisation et de 61 % le risque d’une hospitalisation d’une nuit ou plus.

Les scientifiques d’une autre étude menée sur l’ensemble de l’Écosse, intitulée « Early Pandemic Evaluation and Enhanced Surveillance of COVID-19 » (Évaluation précoce de la pandémie et surveillance renforcée du Covid-19, ndt.), ont déclaré qu’avec Omicron le risque d’admission à l’hôpital avait diminué de deux tiers par rapport à Delta.

La PA a contribué à cet article.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.