Pour la première fois, un bébé est né d’un utérus transplanté venant d’une donneuse décédée

Pour la première fois, selon les les rapports de médecins brésiliens, une femme dont l’utérus transplanté venait d’une donneuse décédée a donné naissance à un enfant.

Onze naissances antérieures ont utilisé un utérus transplanté, mais elles provenaient de femmes vivantes – et non d’une femme décédée, qui était habituellement un parent ou un ami, selon l’Associated Press.

Dix tentatives antérieures d’utilisation de donneuses décédées aux États-Unis, en République tchèque et en Turquie n’ont pas fonctionné, selon le rapport.

La petite fille a été mise au monde en décembre 2017 par une femme née sans utérus en raison d’une maladie rare. La femme, âgée de 32 ans, a d’abord eu peur de l’intervention, a déclaré le Dr Dani Ejzenberg, médecin-chef de l’équipe de transplantation à l’École de médecine de l’Université de Sao Paulo, comme l’a indiqué AP.

« C’était la chose la plus importante dans sa vie », a-t-il dit à AP. « Maintenant elle vient nous montrer le bébé et elle est si heureuse. »

La femme est tombée enceinte par fécondation in vitro (FIV) environ sept mois après la transplantation. La donneuse était une femme de 45 ans décédée d’un accident vasculaire cérébral.

Les médecins disent que la mère, dont le nom reste confidentiel, a accouché par césarienne. Un an plus tard, les médecins affirment que la mère et l’enfant sont en bonne santé.

« Les premières transplantations d’utérus de donneuses vivantes ont constitué une étape importante sur le plan médical, créant la possibilité d’un accouchement pour de nombreuses femmes infertiles ayant accès à des donneuses compatibles et aux installations médicales nécessaires », a déclaré Ejzenberg à la BBC. « Cependant, le besoin d’une donneuse vivante est une limitation majeure car les donneuses sont rares, généralement des membres de la famille ou des amies proches volontaires et compatibles. »

Srdjan Saso, de l’Imperial College de Londres, a déclaré au journaliste que les résultats étaient « extrêmement encourageants ».

« Il permet d’utiliser une population de donneuses potentielles beaucoup plus large, de réduire les coûts et d’éviter les risques chirurgicaux sur des donneuses vivantes », a déclaré Srdjan Saso.

Les médecins de la clinique de Cleveland ont transplanté un utérus d’une donneuse décédée en 2016, mais l’intervention a échoué.

« Le groupe brésilien a prouvé que l’utilisation de donneuses décédées est une option viable », a déclaré le Dr Tommaso Falcone de la Cleveland Clinic, selon AP. « Cela pourrait nous donner une quantité d’organes plus importante que ce que nous pensions possible. »

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Le miracle de la vie : de magnifiques photos des premiers moments
de la vie humaine montrent comment nous sommes nés

 
VOIR AUSSI