Près de Saint-Malo : plus de 150 chats et chiens retrouvés dans un camion, au milieu de leurs excréments

Par Emmanuelle Bourdy
20 mai 2024 17:26 Mis à jour: 20 mai 2024 17:43

Près de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) le 16 mai dernier, la police a découvert une véritable scène d’horreur dans le camion d’une quadragénaire. Une centaine d’animaux, chiens et chats, se trouvaient entassés dans des conditions épouvantables, au milieu de cadavres. Une enquête a été ouverte.

Ce sont des habitants de St Jouan-des-Guérets, une commune située non loin de Saint-Malo, qui ont alerté les forces de l’ordre ce jeudi 16 mai. Ils avaient entendu des cris d’animaux en provenance d’un camion destiné au transport de chevaux, rapporte Le Télégramme.

Sans eau ni nourriture

Au total, pas moins de 19 chiens et 130 chats se trouvaient entassés les uns sur les autres, enfermés dans des cages. Ces animaux étaient squelettiques et certains semblaient malades. Quatre cadavres de chats ont également été découverts. Une odeur pestilentielle régnait à l’intérieur de ce poids-lourd. « Les animaux gisaient dans leurs excréments et ne disposaient ni d’eau ni de nourriture », a expliqué dans un communiqué de presse l’association Action protection animale ce vendredi.

La conductrice, une femme de nationalité britannique, a été interpellée le soir même de cette macabre découverte. Âgée d’une quarantaine d’années et accompagnée de sa fille de 8 ans, cette femme « a fait l’objet d’une audition libre en qualité de mise en cause, en présence d’un interprète et assistée d’un avocat », précisent nos confrères du Parisien.

« Aucune réponse pénale n’a été apportée à ce jour »

L’association Action protection animale a porté plainte. Elle a indiqué au quotidien francilien que la Britannique aurait traversé l’Europe en partant de la Grèce, dans le but de « sauver » les chiens et les chats qu’elle croiserait. La quadragénaire serait vraisemblablement atteinte du « syndrome de Noé », selon les premiers éléments.

Une enquête a été ouverte portant notamment sur les infractions suivantes : « Détention de cadavre ou partie de cadavre d’animal sans déclaration, mauvais traitements envers un animal, sévices graves ou acte de cruauté, privation de nourriture ou d’abreuvement, utilisation de mode de détention inadapté ou pouvant être cause de souffrance ou blessure », a stipulé le parquet.

Les investigations se poursuivent et « aucune réponse pénale n’a été apportée à ce jour », précise le parquet de Saint-Malo, la procédure n’ayant pas été clôturée. Quant aux animaux, plusieurs associations les ont recueillis, la SPA de Saint-Malo a d’ailleurs pris en charge tous les chiens.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT