La torture sexuelle dans les prisons chinoises : aucune limite à la perversion

Note de la rédaction : Le journal Epoch Times publie un certain nombre d’articles dénonçant le recours à la torture par le régime chinois contre les groupes qu’il cible, ainsi que les souffrances et les dommages que cela cause à ceux qui en sont victimes.

Bien que la torture soit officiellement interdite en Chine, elle est largement et systématiquement utilisée dans tout le vaste système carcéral du pays, affirment les organisations des droits de l’homme. Une grande partie de la brutalité est de nature sexuelle, qui est connue pour être particulièrement efficace pour humilier les victimes et briser leurs défenses.

Selon la Société internationale pour les droits de l’homme, une organisation non gouvernementale, les femmes sont victimes d’abus sexuels, soit par des policiers ou des gardiens de prison, soit déshabillées et jetées dans des cellules avec des hommes détenus. Les gardiens expliquent clairement aux détenus qu’ils peuvent maltraiter les femmes sans crainte d’être punis.

« La perversion de certains membres de ces institutions de sécurité chinoises n’a pas de limites, selon les survivants de la torture », affirme l’organisation sur son site Web.

Amnesty International rapporte que des prisonniers politiques musulmans ouïghours sont victimes de torture sexuelle dans la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, depuis des années.

« Certains ont été torturés avec des méthodes particulièrement cruelles qui, à la connaissance d’Amnesty International, ne sont pas utilisées ailleurs en Chine. Cela inclut l’insertion de crin de cheval dans le pénis, ou d’un fil spécial avec de petites pointes cloutées qui se plient à plat lorsqu’elles sont insérées mais s’étendent lorsqu’elles sont retirées. »

Amnesty a également rapporté que des femmes tibétaines ont été torturées sexuellement, incluant un groupe de religieuses qui ont été dépouillées, sauvagement battues et agressées sexuellement à coups de matraques électriques, le tout sous les yeux de prisonniers masculins.

Le recours à la torture sexuelle sur les prisonniers d’opinion du Falun Dafa est particulièrement répandu. Selon Minghui.org, il y a eu des milliers de cas de torture sexuelle parmi les prisonniers d’opinion de Falun Dafa, hommes et femmes. Le site Internet Minghui documente la campagne de persécution lancée par le Parti communiste chinois contre les pratiquants de Falun Dafa depuis 1999.

Gao Zhisheng, avocat des droits de l’homme bien connu, qui s’est rendu dans plusieurs provinces vers le milieu des années 2000 pour enquêter sur les abus commis contre des pratiquants pendant leur détention, a déclaré que presque tous les prisonniers de Falun Dafa, hommes et femmes, ont été victimes de torture sexuelle.

L’avocat des droits de l’homme Gao Zhisheng sur une photo de dossier. (Verna Yu/AFP/Getty Images)

Gao Zhisheng lui-même a été torturé sans relâche et soumis à des violences sexuelles, après avoir été détenu pour avoir dénoncé la situation désastreuse dans laquelle se trouvaient les pratiquants, notamment en se faisant percer les parties génitales avec des cure-dents.

Le site Internet Minghui signale que le viol est systématiquement et constamment utilisé comme moyen d’humilier et de traumatiser les prisonnières d’opinion du Falun Dafa. Dans un cas tristement célèbre du camp notoire de travaux forcés de Masanjia, des gardiens ont placé 18 pratiquantes dans les cellules des prisonniers, encourageant les hommes à les violer, ce qui a entraîné la mort, un handicap ou l’instabilité mentale des victimes.

En avril 2016, Yin Liping, une pratiquante de Falun Dafa qui a été sauvée de Chine en émigrant aux États-Unis, a raconté lors d’une réunion de la Commission exécutive du Congrès sur la Chine qu’elle avait été torturée au seuil de la mort à plusieurs reprises pendant son incarcération à Masanjia.

Reconstitution d’une torture sexuelle. (Minghui.org)

Elle a également été soumise à des tortures sexuelles. Mme Yin a déclaré à l’audience qu’un jour, elle et huit autres pratiquantes de Falun Dafa ont été emmenées dans une soi-disant prison noire pour y être violées par les hommes détenus. Elle a été enfermée dans une pièce avec quatre hommes qui l’ont battue jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse et l’ont violée collectivement. Elle s’est rendu compte quand elle a repris conscience que l’agression avait été enregistrée sur vidéo, ce qui a intensifié sa détresse et son humiliation.

Selon le site Internet Status of Chinese People, au moins 100 méthodes de torture différentes sont utilisées sur les prisonniers d’opinion du Falun Dafa en Chine. Il s’agit notamment de viols, d’agressions sexuelles, de viols à coups de matraque électrique, de viols à l’aide de corps étrangers (incluant des brosses de toilette et des bâtons), d’introduction de piments forts dans le vagin, de pincements et de tirs des mamelons des hommes et des femmes jusqu’à les arracher, de coups de pied aux organes sexuels, d’injections forcées de médicaments pour faire cesser les règles et forcer des avortements, et bien plus.

Version originale

 
VOIR AUSSI