Un camp d’entraînement de l’État Islamique aux portes du Texas

D’après un rapport, les combattants de l’EI (État Islamique) s’entraîneraient au Mexique, juste de l’autre côté de la frontière américaine et en face d’El Paso, au Texas.

Le groupe conservateur de surveillance Judicial Watch, qui cite des sources de l’armée et de la police fédérale mexicaine, annonce l’existence d’un camp de l’État Islamique d’Irak et de Syrie, à Ciudad Juarez, «à quelques kilomètres d’El Paso». Le camp se trouve dans une zone appelée «Anapra», à l’ouest de Juarez dans l’État mexicain de Chihuahua.

Le rapport fait état d’une autre cellule de l’EI à Puerto Palomas, soit à l’ouest de Juarez. Selon les sources, la cellule aurait choisi «les villes de Colomb et de Deming, au Nouveau-Mexique pour leur proximité immédiate avec les États-Unis».

Le rapport précise «que la semaine dernière, au cours d’une opération conjointe, menée par l’armée mexicaine et les agents fédéraux, on a trouvé des documents en arabe et en ourdou, ainsi que des plans de Fort Bliss – l’installation militaire géante qui abrite la première division blindée de l’armée américaine. Des tapis de prière musulmans ont également été trouvés avec les différents documents».

La zone autour d’Anapra est contrôlée par le puissant cartel de Juarez et le gang Barrio Azteca, rendant toute opération de la police fédérale et de l’armée mexicaine très difficile.

D’après les informations des sources, les trafiquants de migrants clandestins de la région ont participé à l’installation des terroristes de l’EI dans le désert et à Sunland Park, au Nouveau-Mexique, ainsi qu’à l’est de El Paso et de Ciudad Juarez. Ils sont actifs également entre Ocala et Fort Hancock, Texas.

Toujours selon le rapport, «l’EI procèderait à une reconnaissance des universités locales, de la rampe de lancement de White Sands Missile Range, des installations gouvernementales d’Alamogordo, de Fort Bliss, ainsi que des centrales électriques se trouvant à proximité d’Anapra et de Chaparral, au Nouveau-Mexique».

En septembre 2014, la sécurité intérieure avait démenti les allégations annonçant l’installation au Mexique, donc aux portes des États-Unis de terroristes de l’EI de retour d’Irak et de Syrie.

Selon The New York Times, la sécurité intérieure avait répondu à l’époque: «il n’y a aucun renseignement crédible, avérant l’existence d’un complot actif de l’EI visant à traverser la frontière sud».

Jeff Duncan, élu républicain de Caroline du Nord, avait alors critiqué la position des responsables de la sécurité intérieure.

Duncan lançait: «Réveille-toi Amérique ! Avec une frontière septentrionale aussi poreuse, nous n’avons aucune idée de qui est dans notre pays».

Version originale: ISIS Has a Camp Just a Few Miles from Texas: Report

 
VOIR AUSSI