Le Yémen exécute publiquement deux hommes pour avoir agressé et tué un enfant

Deux hommes accusés d’avoir violé et tué un enfant ont été exécutés publiquement au Yémen, selon des photos publiées par Reuters.

Wadah Refat, 28 ans, et Mohamed Khaled, 31 ans, ont tous deux été retenus à terre et fusillés devant une foule de spectateurs dans la ville portuaire d’Aden, le 7 février 2019. Ils ont été accusés d’avoir violé et tué un garçon, Mohamed Saad, l’année dernière.

L’enfant jouait à côté d’une maison où l’un des hommes vivait. Les deux hommes l’ont ensuite attrapé et l’ont emmené dans la maison, avant de commettre les crimes.

« Après le viol, ils n’ont pas pu faire taire les cris de l’enfant, qui appelait à l’aide, alors l’un d’eux a saisi un couteau et [lui a tranché] la gorge », ont déclaré les documents du tribunal, a rapporté El Mundo.

Pendant ce temps, une femme de 33 ans a été condamnée pour son implication dans la mort du garçon, a rapporté le Daily Mail, qui affichait les photos Reuters. La femme est sur le point d’être exécutée, mais cela a été reporté parce qu’elle est enceinte.

En ce qui concerne l’exécution publique, « j’ai été témoin d’exécutions publiques et le peuple [yéménite] y prend plaisir en criant ‘justice, justice' », a déclaré à El Mundo Ahmad al Gohbary, journaliste yéménite.

Les organisations de défense des droits humains ont déclaré que les exécutions publiques au Yémen constituent une « violation grotesque des droits humains ».

Sarah Leah Whitson, directrice de Human Rights Watch, a déclaré en condamnant les exécutions : « L’exécution publique est une violation encore plus grotesque des droits de l’homme, en particulier dans un pays où la capacité de l’accusé à obtenir une représentation légale adéquate et la couverture du processus sont très limitées. »

En décembre 2017, Reuters a rapporté qu’un homme avait été publiquement exécuté dans la capitale, Sanaa, pour avoir agressé et tué un enfant.

Un policier a tiré cinq balles avec un fusil d’assaut sur Muhammad al-Maghrabi, 41 ans, alors qu’il était étendu les mains menottées dans le dos sur une couverture au sol sur la place Tahrir de Sanaa, après qu’un juge eut lu la sentence de mort, a rapporté Reuters à cette époque.

Comme les hommes qui ont été exécutés à Aden cette semaine, M. Maghrabi a été tué par des bourreaux armés de fusils d’assaut.

L’agence de presse yéménite Saba News Agency a déclaré à l’époque que l’exécution de M. Maghrabi avait eu lieu « dans un lieu public sur la place Tahrir au centre de Sanaa où des milliers de personnes ont été témoins de l’événement ».

Des policiers se préparent à exécuter Muhammad al-Maghrabi en décembre 2017 (centre en bleu). (Reuters)

Guerre au Yémen

Les pourparlers sur un échange de prisonniers parrainé par l’ONU dans la guerre au Yémen pourraient durer des mois si le gouvernement soutenu par les Saoudiens nie l’existence de milliers de combattants Houthi en captivité, a déclaré M. Houthis, le 7 février, selon l’agence iranienne Reuters.

Au cours de deux séries de pourparlers dans la capitale jordanienne, Amman, les parties belligérantes ont mis au point les détails de l’échange de prisonniers qu’elles ont convenu de faire en décembre dernier, en guise de geste qui renforcera leur confiance lors des premières grandes négociations de paix depuis le déclenchement du conflit il y a presque quatre ans.

Les 4 années de guerre ont laissé près de 16 millions de personnes confrontées à une grave famine.

Des soldats yéménites fidèles aux rebelles chiites Huthi marchent dans la capitale Sanaa le 16 octobre 2018 pour manifester leur soutien contre l’intervention saoudienne dans le pays. (Mohammed Huwais/AFP/Getty Images)

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se battent contre les houthis pour restaurer le gouvernement du président Abd-Rabbu Mansour Hadi – pour se sortir d’une guerre qui a duré presque quatre ans et qui coûte cher. Ils ont appuyé les efforts de l’ONU pour parvenir à un accord de paix.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Le tabou de la traite arabo-musulmane des Africains :
14 siècles d’esclavage et 17 millions de victimes

 
VOIR AUSSI