Comment un jeune moine devint un éveillé

Sur une montagne se trouvait un temple qui abritait un groupe de moines. Parmi eux se trouvaient un moine âgé et un jeune moine. Chaque fois que le moine âgé descendait la montagne pour mendier l’aumône, le jeune moine le suivait. Ils étaient ensemble partout où ils allaient.

Le jeune moine était devenu moine à un jeune âge et avait suivi le moine âgé dans sa pratique spirituelle. Il devait faire des corvées comme aller chercher de l’eau, faire du feu, cuisiner et faire le ménage tous les jours, mais cela ne le gênait pas. En fait, il appréciait les effectuer.

La question du jeune moine

Un jour, le jeune moine était en train de balayer le plancher quand tout à coup il regarda la statue de Bouddha qui se trouvait dans le temple, et une pensée le frappa : « J’ai chanté les soûtras et médité avec le moine âgé tous les jours pendant de nombreuses années. Qu’est-ce qu’un Bouddha exactement ? »

Il posa le balai, alla dans la chambre du moine âgé et lui demanda ce qu’était un Bouddha. Le moine âgé répondit aimablement : « Un Bouddha est une personne qui s’est éveillée. Il ne se laisse pas corrompre dans un environnement souillé. Il ne se laisse pas anéantir par un désastre. Il se déplace sans utiliser ses jambes, et il brille sans n’utiliser aucune lumière. » (A Record of Buddha in the Various Dynasties – Volume 5) (Un Compte rendu de Bouddha dans les diverses dynasties – 5e volume)

Le jeune moine était ravi. Il a demandé : « Comment puis-je atteindre la bouddhéité ? »

Le moine âgé sourit et répondit : « Faites le bien, mais pas le mal. Quand vous n’aurez plus de pensées, vous aurez atteint la Bouddhéité. »

Le jeune moine dit : « Maître, j’entends cela il y a un long moment. Cependant, voudriez-vous m’apprendre en partageant votre expérience avec moi ? »

Le moine âgé lui demanda : « Dites-moi, qu’est-ce que vous faites tous les jours ? »

Le jeune moine réfléchit un moment et dit : « Par exemple, quand nous allons en ville pour mendier l’aumône et que les gens vous calomnient, vous ne laissez pas cela vous déranger. J’ai suivi votre exemple. Quand quelqu’un me vilipende, je ne me laisse pas déranger par cela non plus. Vous aidez les autres. J’apporte aussi la joie aux autres en les aidant. »

Le moine âgé soupira. « Je vous enseigne le bouddhisme, mais je ne vous demande pas de suivre mon exemple. Vous êtes capable d’imiter mes manières et mon comportement, mais pouvez-vous imiter mon état d’esprit ? »

Le jeune moine sourit. « Ce n’est pas facile. »

Endurer patiemment la faim

Le moine âgé demanda au jeune moine de faire face au mur et de méditer. Un jour passa et le jeune moine méditait encore. Soudain, il se rendit compte que personne ne lui avait apporté de nourriture. Peut-être que le maître avait oublié. Il ne se fâcha pas et décida de supporter la faim et de continuer sa méditation.

Mais le lendemain, encore une fois, il pensa au fait que personne n’était venu lui offrir de nourriture. Le jeune moine pensa : « Le maître teste ma patience et exerce ma persévérance. Le maître est si attentionné. D’autant plus que je ne dois pas avoir de ressentiment. » Il a dû travailler encore plus dur pour rembourser son maître.

Le moine âgé l’observait à partir de l’extérieur de la pièce. Le jeune moine ne démontra aucune colère. Le moine âgé hocha la tête et sourit. « Bien. Il n’est pas distrait, et il ne regarde pas les erreurs des autres. C’est pourquoi il est capable de rester concentré. »

Le moine âgé lui demanda de terminer sa méditation et dit : « Vous n’avez pas de rancune envers les autres à l’égard d’une question futile. Vous êtes capable d’être résolu dans votre cultivation. Venez avec moi. » Le jeune moine ne perdit pas de temps et suivit le moine âgé.

Le moine âgé l’emmena dans une salle de méditation. Il y avait un bol de riz, une tasse de thé, une robe de moine, une paire de baguettes et trois pièces de cuivre sur la table. Le moine âgé lui dit : « Avant-hier, vous m’avez demandé comment vous devriez vous y prendre pour cultiver votre esprit et répandre les enseignements du bouddhisme. Je vous donne trois pièces de cuivre. Descendez la montagne tout seul pour mendier l’aumône. Vous comprendrez le sens de la cultivation. »

Aider un mendiant

En descendant la montagne, le jeune moine rencontra un mendiant. Il remarqua que personne ne donnait de nourriture au mendiant. Le jeune moine pensa : « Comme les vertus sont rares ! Personne ne veut l’aider. Mais je ne suis qu’un pauvre moine qui ne peut même pas se nourrir lui-même. Comment pourrais-je l’aider ? » Le jeune moine n’avait pas mangé depuis deux jours. Il avait pitié du mendiant, mais il ne pouvait rien faire pour l’aider.

Puis il s’est rendu dans un restaurant. Il a acheté deux petits pains. Il regarda les petits pains dans ses mains et se dit : « Ce n’est même pas assez pour moi. » Pourtant, il ne pouvait se résoudre à manger les deux petits pains. Il décida d’en donner un au mendiant.

Puis il réfléchit à nouveau. « La vie est courte et imprévisible. Si je n’aide pas le mendiant cette fois, je n’en aurai peut-être plus jamais la chance. Personne n’attendra que je sois prêt pour ensuite revenir au bon moment. Certes, j’ai faim en ce moment, mais ne pas être prêt à donner et à partager sous prétexte que c’est au-delà de mes moyens est un terrible état d’esprit. Je devrais soigner mes pensées.

« Ce n’est qu’une question de temps avant que je perde mon corps fait de chair. Mais ma compassion ne sera jamais perdue. » Le jeune moine n’avait plus faim. Au lieu de cela, il se sentait radieux et rempli de joie. Il a donné le deuxième petit pain.

Compassion envers un papillon de nuit

Le jeune moine était enveloppé de sérénité en raison de sa nature de Bouddha émergente. Avant même de s’en rendre compte, il approchait d’une pente. Tandis qu’il profitait de son moment de jubilation, un papillon de nuit s’est dirigé vers lui, et avant qu’il n’ait pu l’esquiver, il heurta son l’œil. Ça lui a fait très mal.

Tandis que le jeune moine supportait la douleur, il pensa : « J’ai fait le vœu d’atteindre la Bouddhéité. Si je suis en colère contre le papillon de nuit juste parce qu’il a percuté mon œil, je ne serai pas capable d’atteindre l’illumination moi-même, encore moins de sauver les êtres sensibles. Non seulement je ne dois pas avoir de rancune, mais je dois aussi prier pour le papillon. J’espère qu’il ne sera pas blessé. »

Au fur et à mesure qu’il s’apaisait, la douleur diminuait elle aussi. Son cœur était à nouveau rempli de jubilation et de lumière. « Le papillon de nuit est là pour m’aider à atteindre la bouddhéité. Si je me fais encore blesser par des insectes, je dois l’accepter et être reconnaissant envers les insectes, puisque ces derniers croisent ainsi mon chemin pour aider à m’améliorer dans ma cultivation. »

Atteindre l’éveil

Le moine âgé avait observé le jeune moine de loin et observé toutes ses pensées. Il savait que ce dernier avait tout compris de la vie. Si vous êtes compatissant, vous placerez les êtres sensibles au-dessus de tout le reste. Si rien n’obstrue votre esprit, vous aurez la motivation de continuer à travailler dur à la cultivation de votre esprit.

Le jeune moine retourna au temple et s’inclina devant le moine âgé. Il dit : « Maître, j’ai appris à comprendre certaines choses. Si je tombe sur un mendiant, je devrais lui donner à manger. Si je vois un pauvre homme, je devrais lui donner de l’argent et des vêtements. Si je rencontre un homme blessé, je devrais lui venir en aide rapidement. Tout ce que j’ai est pour le bien des êtres sensibles, et je suis prêt à y renoncer à tout moment. »

Ses paroles remplissaient tout le monde d’admiration, mais le moine âgé se tut. Il écrivit sur une feuille de papier : « Un récit sans mérite », et s’en alla.

Tout le monde a commencé à chuchoter entre eux. Le jeune moine était perplexe. C’était une journée remplie de lumière et de joie ; pourquoi le Maître a-t-il dit qu’il n’avait pas un seul mérite dans tout cela ? Il a recommencé à puiser dans sa sagesse pour interpréter la situation. « Le maître a toujours été bienveillant, surtout envers moi. Est-ce parce que j’ai dit quelque chose de mal ? »

Il se rappelait son état d’esprit et son attitude lorsqu’il parlait à son maître, et tout à coup, il a réalisé quelque chose. « Je n’arrêtais pas d’insister sur mes accomplissements. Le maître n’est pas fâché contre moi, mais il me teste. Il ne veut pas que je parle comme un Bouddha, mais plutôt me voir le mettre en pratique. »

En se souvenant de ce qu’il avait dit, il s’est rendu compte de quelque chose. « Je n’ai peut-être rien fait de mal, mais mon esprit n’était pas pur. Je voulais que tout le monde sache à quel point j’étais bienveillant et aimable, et combien j’avais progressé vers la bouddhéité. Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire. Dès que je commence à être imbu de moi-même et que mon esprit n’est plus pur, je n’ai aucun mérite. »

Le moine âgé était dans un coin tranquille, hochant la tête. « Les pensées du jeune moine sont pures. Il est capable de rejeter les pensées distrayantes en tout temps et de faire passer la compassion avant tout le reste. Il se qualifie pour la terre pure de Bouddha. »

À ce moment-là, ce que le jeune moine vit devant lui n’était plus des objets fabriqués dans le monde des mortels, mais la terre de Bouddha illuminé, et lui était assis sur un lotus en ascension.

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Un éléphant gigantesque s’endort comme un bébé
quand cette dame commence à chanter sa berceuse préférée

 
VOIR AUSSI