EXCLUSIF – Un rapport de police prouve que des membres en civil d’une unité spéciale de surveillance ont été déployés parmi les manifestants du 6 janvier

Les membres de l'ESU (unité spéciale de surveillance électronique) portaient un bracelet spécifique sur leur poignet gauche afin d'être identifiés par les membres du MPD
Par Patricia Tolson
27 juin 2022 01:03 Mis à jour: 27 juin 2022 02:33

Les spéculations vont bon train quant au rôle des agents fédéraux et de la police du Capitole pour initier puis filmer les violences lors des manifestations du 6 janvier 2021. Il est désormais prouvé que des membres en civil d’une unité de surveillance électronique spéciale (ESU) se sont mêlés aux manifestants pour les filmer. Les preuves montrent également que la sécurité était particulièrement déficiente ce jour‑là et que les provocations policières faisaient probablement partie du traquenard.

Selon un rapport intitulé First Amendment Demonstrations [Manifestations en accord avec le premier amendement, ndt.], publié le 3 janvier 2021 par Robert Contee, chef du département de la police métropolitaine de Washington (MPD), Bureau de la sécurité intérieure, Division des opérations spéciales, obtenu en exclusivité par Epoch Times, le MPD a commencé à activer les pelotons Civil Disturbance Unit (CDU) le 4 janvier 2021. Le déploiement complet des 28 pelotons était prévu durant les deux jours suivants. [Dans la Constitution, le premier amendement assure aux citoyens américains le droit de se rassembler pacifiquement pour manifester, ndlr.]

Page de couverture du rapport « First Amendment Demonstrations » (Manifestations en accord avec le premier amendement), publié le 3 janvier 2021 par le Département de la police métropolitaine, Bureau de la sécurité intérieure, Division des opérations spéciales. (Obtenu par Epoch Times)

Selon le site Web du département de la Justice, « une CDU est composée d’agents chargés de faire appliquer la loi spécialement formés pour répondre aux protestations, aux manifestations et aux troubles civils dans le but de prévenir la violence, la destruction de biens et les interférences illégales avec des personnes exerçant leurs droits en vertu de la loi. »

L’objectif de la MPD était « d’aider à l’exécution en toute sécurité de la manifestation en accord avec le premier amendement et d’assurer la sécurité des participants, du public et des agents ». Les pelotons CDU et les membres de la Division des opérations spéciales (SOD) devaient « surveiller toute manifestation et/ou activité violente et réagir en conséquence », selon le rapport.

Tout cela contredit cependant radicalement les innombrables hypothèses selon lesquelles les agents fédéraux et la police du Capitole se sont en réalité appliqués à attiser les violences pendant les manifestations dans le but de tendre un piège. Comme l’a rapporté le site Red State en octobre 2021, « de multiples vidéos de surveillance montrent des hommes masqués ouvrant les portes du bâtiment du Capitole des États‑Unis pour permettre aux manifestants d’entrer. En fait, une vidéo les montre en train d’entrer alors que les agents de la police du Capitole restent simplement debout. Pourtant, nous n’avons aucune idée de qui sont ces hommes. »

L’ « encadrement secret » des « provocateurs »

Dans l’émission Tucker Carlson Tonight du 7 décembre 2021, l’avocat de plusieurs détenus du 6 janvier, Me Joseph McBride, a identifié un homme classé sur Internet par les « Sedition Hunters » comme étant « Red‑Faced 45 ». L’homme, vêtu de rouge de la tête aux pieds (avec même son visage peint en rouge) apparaît dans une vidéo dialoguant en continu avec des hommes en uniforme et d’autres personnes qui, selon Me Joseph McBride, sont des agents déployés dans la foule. Me Joseph McBride affirme que l’homme est « clairement un agent des forces de l’ordre ».

Le 13 janvier 2021, J. Michael Waller, analyste principal en stratégie au Center for Security Policy, a publié un compte‑rendu de ses observations faites le jour même. J. Michael Waller est également le président de Georgetown Research, une agence de renseignement privée à Washington, D.C. C’est aussi un des membres fondateurs de l’équipe de rédaction de la revue Defence Strategic Communications de l’OTAN (2015‑2018), et un des principaux chercheurs de Wikistrat. Il est convaincu que des personnes ont été déployées dans la foule pour exécuter « une opération organisée et planifiée bien avant la session conjointe du Congrès du 6 janvier ».

J. Michael Waller, analyste principal de la stratégie au Center for Security Policy. (Avec l’aimable autorisation de J. Michael Waller)

Selon J. Michael Waller, la foule était « secretement encadrée » par des agents dont la mission était d’encourager les gens à se diriger vers le Capitole. Ces « faux manifestants Trump » qu’il soupçonne être des Antifa « portaient des casquettes Trump ou MAGA à l’envers ».

Epoch Times a rapporté le 1er janvier que de hauts responsables des forces de l’ordre fédérales ont refusé de répondre aux questions concernant un homme de l’Arizona nommé Ray Epps, filmé la veille du rassemblement portant une casquette Trump et encourageant à plusieurs reprises les manifestants à « entrer dans le Capitole demain ». Globalement, il inspire la méfiance. On ne peut pas vraiment entendre ce qu’il dit à cause des chants « fed, fed, fed » qui recouvrent sa voie. Quoi qu’il en soit le jour d’après, le 6 janvier, on le voit dire à la foule « nous allons au Capitole, la source de tous nos problèmes ».

Ray Epps encourage les manifestants à entrer dans le Capitole à la veille des manifestations du 6 janvier 2021. (Villain Report/Capture d’écran via Epoch Times)

On voit également Ray Epps se tenir devant des supports à vélos et chuchoter à l’oreille d’un manifestant portant sa casquette Trump à l’envers. Quelques instants plus tard, cet homme est rejoint par d’autres personnes pour démolir les supports à vélos. On voit ensuite Ray Epps courir avec la foule vers le Capitole. Malgré toutes ces preuves, aucune charge n’a été retenue contre lui et sa photo a été retirée de la liste des personnes les plus recherchées par le gouvernement pour cet événement.

Bobby Powell, hôte du podcast « The Truth is Viral », dispose de plusieurs vidéos exposant deux hommes, complètement vêtus de noirs, qu’il croit être des informateurs du FBI. On les voit briser des fenêtres, attaquer le bâtiment du Capitole et même pousser des gens à l’intérieur.

Me McBride trouve étrange que ces « provocateurs », comme il les appelle, n’aient pas encore été inculpés, alors qu’ils ont joué un rôle beaucoup plus actif dans l’incident du Capitole que certains de ceux qui ont été inculpés. Il y a sur le banc des accusés des personnes qui n’ont pas même mis les pieds dans l’enceinte du Capitole. (Plus de 500 personnes ont été inculpées.)

La preuve

Inconnu du public jusqu’à présent, le Rapport sur les manifestations en accord avec le premier amendement révèle également qu’un nombre non divulgué de « membres de l’ESU » du MPD en civil étaient intégrés dans la foule pour « documenter les actions des manifestants et la réaction du MPD à toute désobéissance civile ou activité criminelle ».

En 2016, le MPD a acheté 2800 caméras corporelles.

On ne sait pas exactement qui étaient les « membres » de l’ESU du MPD. Cependant, ils ne sont jamais qualifiés d’« officiers » ou de « policiers ». Sur les 37 « unités spécialisées » répertoriées au sein du MPD, l’ESU n’en fait pas partie. Afin que les autres membres du personnel de sécurité puissent reconnaître les membres de l’ESU intégrés parmi les manifestants, ils portaient un « bracelet spécifique au poignet gauche permettant de les identifier ».

Photo du bracelet porté par les membres en civil de l’unité de surveillance électronique du Département de la police métropolitaine, intégrés dans la foule le 6 janvier 2021 pour « documenter les actions des manifestants et la réaction du MPD à toute désobéissance civile ou activité criminelle. » (Rapport du Département de la police métropolitaine sur les manifestations relatives au premier amendement).

Comme il n’a pris ses fonctions de chef de la police que le 2 janvier 2021, J. Michael Waller pense que Robert Contee a hérité de l’ESU plutôt que de la créer. Cependant, J. Michael Waller est convaincu que « ce rapport soulève beaucoup de questions ».

« C’est reconnu, il s’agit d’un type d’unité important à avoir dans la capitale nationale et pourtant la surveillance électronique nécessite des mandats », explique M Waller à Epoch Times. « Le mot surveillance lui‑même implique un contrôle intrusif plutôt que passif des personnes, auquel cas il serait nécessaire pour la police d’obtenir des mandats pour mener une surveillance électronique sur les gens. Quel type de mandat a été demandé et sous quelle juridiction ? Ont‑ils été délivrés ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi ? Ces mandats sont‑ils nécessaires pour le type de surveillance effectué par cette unité et comment cela fonctionne‑t‑il ? Cela soulève une quantité énorme de questions sur un tout nouveau type d’unité de surveillance par le chef de la police de la capitale nationale. »

M. Michael Waller estime également que la référence aux « membres » de l’unité, par opposition aux « officiers » ou aux « agents », est également très troublante. Selon lui, « le reste du mémorandum semble très discipliné dans son langage et spécifique », mais le fait qu’il n’identifie pas les « officiers » comme membres de l’unité de surveillance électronique « est très troublant ».

« Utilisent‑ils des contractuels privés ? Utilisent‑ils des volontaires politiques ? » J. Michael Waller pose la question. « Utilisent‑ils différents types d’agents rémunérés ? Nous ne le savons pas. C’est quelque chose que le public a le droit de savoir et nous devons aller au fond des choses. Si la police de Washington exerce une surveillance électronique sur des citoyens américains sans mandat, cela pourrait être une violation très grave de nos libertés civiles. »

Même après l’occupation et la violence du Capitole le 6 janvier 2021, la police du Capitole n’a pas tenté d’appréhender « Q Anon Man », qui se trouve sur les marches du Sénat, à quelques mètres de la ligne de police du Capitole. Cette photo a été prise après l’expulsion des manifestants de l’aile du Sénat du Capitole par la police du Capitole. (Avec l’aimable autorisation de J. Michael Waller)

Failles intentionnelles de la sécurité

Un article du 29 octobre 2021 de Politico a révélé qu’un rapport stratégique de 17 pages intitulé « The Civil Disturbance Unit Operational Plan » (Plan opérationnel de l’unité de perturbation civile) montrait que la police prévoyait que des « agents » en civil surveillent les manifestants et réalisent cinq objectifs :

  1. 1. Fournir un environnement dans lequel la manifestation légale du premier amendement peut se dérouler en toute sécurité ;
  2. 2. Prévenir tout impact négatif sur le processus législatif résultant d’une activité de manifestation illégale ;
  3. 3. Atténuer efficacement les actions associées aux désordres civils, répondre en toute sécurité aux crimes violents et à la destruction/ dégradation de biens ;
  4. 4. Éviter et prévenir tout dommage matériel dirigé vers le Capitole des États‑Unis, l’espace d’inauguration du front ouest et tous les bâtiments du Congrès.
  5. 5. Établir et maintenir un itinéraire de marche fixe tout en repoussant l’accès aux contre‑manifestants afin de minimiser des interactions potentiellement violentes.

Cependant, en raison du manque de personnel et de préparation, la CDU a échoué dans tous ses objectifs.

Selon un rapport de 140 pages publié par l’inspecteur général de la police du Capitole de l’époque, Michael Bolton, intitulé « Review of the Events Surrounding the Jan. 6, 2021, Takeover of the U.S. Capitol » [Réexamen des événements entourant la prise du Capitole des États‑Unis le 6 janvier 2021, ndt.], la CDU de la police du Capitole a reçu l’ordre de ses supérieurs de ne pas utiliser les outils les plus puissants du département, comme les pistolets paralysants. Le rapport de M. Bolton, qui n’a pas encore été rendu public, affirme également que « des armes plus lourdes et moins létales », notamment des grenades paralysantes, « n’ont pas été utilisées ce jour‑là en raison des ordres de la direction ».

La CDU a reçu des boucliers anti‑émeutes, la plupart étaient déposés dans un bus non loin, et qui « se sont brisés à l’impact ». Ils avaient des armes périmées qui ne fonctionnaient pas et une formation inadéquate.

Le rapport de M. Bolton note également que les responsables ont été avertis dans une évaluation des services de renseignement trois jours avant la manifestation que « la propension des militants du mouvement ‘Stop The Steal’ [‘Halte au vol’] à attirer des suprémacistes blancs, des membres de milices antigouvernementales et d’autres personnes qui encouragent activement la violence peut conduire à une situation très dangereuse pour les forces de l’ordre et le grand public » et que « le Congrès lui‑même est la cible ».

Cependant, des rapports ont révélé que Timothy Blodgett, alors sergent d’armes de la Chambre des représentants, a envoyé un mémo aux parlementaires pour les informer que les responsables de la sécurité ont estimé qu’« il n’existe pas de menace connue et crédible contre le Congrès ou le complexe du Capitole justifiant l’installation d’une clôture de sécurité temporaire ».

Enfin malgré le manque de personnel, certains agents de la police du Capitole ont été priés de rentrer chez eux, rapporte Business Insider.

Le 4 janvier 2021, « le chef de la police Steven Sund a demandé au sergent d’armes du Sénat (SSAA) Michael Stenger et au sergent d’armes de la Chambre (HSAA) Paul Irving l’autorisation de faire appel à la Garde nationale pour assurer la sécurité de l’événement du 6 janvier 2021, après une mise au point avec ses partenaires des forces de l’ordre et une évaluation révisée de ce qui avait été avancé par les services de renseignement ».

Cependant, l’échéancier montre qu’il a fallu plus de trois heures et cinq demandes frénétiques avant que la Garde nationale ne soit déployée.

Lors de son discours d’ouverture devant deux commissions sénatoriales le 3 mars 2021, M. Walker a déclaré aux membres du Congrès qu’il avait reçu un « appel affolé » du chef de la police Sund en début d’après‑midi, l’informant que le périmètre de sécurité du Capitole avait été violé. Cependant, les chefs militaires l’ont informé que le déploiement de troupes serait « mal perçu ».

Lors de leur témoignage devant la commission de la Chambre des représentants chargée de la surveillance et de la réforme du gouvernement, Le lieutenant‑général Walter Piatt, directeur de l’état‑major de l’armée, et le général Charles Flynn, frère de l’ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche du président Donald Trump, Michael Flynn ont nié avoir fait de tels commentaires.

Lors de l’audition, la représentante Marjorie Taylor Greene a informé la commission que trois personnes étaient impliquées dans le rejet des demandes répétées de déploiement de la Garde nationale : « Chuck Schumer au Sénat, Nancy Pelosi à la Chambre et la maire Muriel Bowser. Sont également impliqués, le SSAA Stenger, qui répond directement à Chuck Schumer, et le HSAA Irving, qui répond directement à Nancy Pelosi ».

Le 22 janvier 2021, des articles ont commencé à montrer des images de membres de la Garde nationale contraints de rester dans des parkings voisins par des températures proches de zéro, suscitant l’indignation des parlementaires des deux côtés de l’allée politique.

Des troupes de la Garde nationale quittent Washington après y avoir stationné pendant quatre mois à la suite de l’attaque du Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021, le 24 mai 2021. (Kevin Dietsch/Getty Images)

En contradiction flagrante avec l’évaluation de Timothy Blodgett, alors sergent d’armes de la Chambre, selon laquelle il n’existait aucune « menace crédible contre le Congrès ou le complexe du Capitole » justifiant l’installation d’une « clôture de sécurité temporaire », le Rapport sur les manifestations en accord avec le premier amendement contient de multiples avertissements sur l’importance « pour les membres de surveiller la ligne de clôture » et des ordres selon lesquels « tous les membres » devaient « surveiller la 16e rue et les environs pour détecter tout problème ou manifestation potentiels ».

« Les membres affectés aux supports à vélos » ont reçu l’ordre de « restreindre la circulation des piétons et des véhicules dès la fermeture des lignes de police ».

« Les supports à vélos, en conjonction avec les voitures de police et les véhicules de blocage, créeront une barrière dans laquelle aucune personne ou véhicule ne sera autorisé à passer », indique le rapport.

Cependant, des vidéos montrent que la police fait signe aux manifestants de passer devant les supports à vélos et les enlève même pour ouvrir un chemin dans les zones interdites et encourager les gens à se diriger vers le Capitole.

Un rapport d’enquête de l’USCP (United States Capitol Police) du 2 mars 2021 concernant l’incident, également obtenu par Epoch Times, confirme que le mercredi 6 janvier 2021, « un officier inconnu a violé la directive 2053.013 de l’USCP, Règles de conduite, lorsqu’il a prétendument fait entrer des personnes non autorisées dans une zone restreinte sécurisée par des supports à vélos vers le Capitole américain pendant une insurrection ». Les preuves dans cette affaire comprennent la « vidéo postée sur twitter, datée du 01/06/21 » et la « CCTV de la façade est du Capitole américain, datée du 01/06/21 ».

Le lundi 1er février 2021, l’inspecteur Michael Shaffer, alors commandant de l’Office of Professional Responsibility (OPR) de la police du Capitole des États‑Unis, a envoyé un mail contenant la vidéo Twitter de l’agent non identifié (UO) aux inspecteurs Amy Hyman (division du Sénat), Thomas Loyd (division du Capitole), Kimberley Bolinger (division de la Chambre des représentants) et à l’inspecteur intérimaire Jessica Baboulis (division de la Bibliothèque), demandant de l’aide pour identifier l’UO. Toutes les parties lui ont répondu qu’elles n’étaient pas en mesure d’identifier l’UO.

La recommandation était que le rapport « soit APPROUVÉ et l’affaire CLOTURÉE ».

Le 4 février 2021, cette affaire a été mise en suspens dans l’attente d’un examen par le bureau du procureur américain chargé de la corruption publique. Aucune autre information n’est disponible.

Provocation et piège

Dans une interview accordée le 10 juin dans Facts Matter d’EpochTV, Julie Kelly, consultante politique dans l’Illinois et collaboratrice principale d’American Greatness, a décrit le 6 janvier 2021 comme « un travail en interne » et « quelque chose que les démocrates, certains républicains et des agences fédérales ont mis en place pour attirer » et « piéger » les personnes qui sont allées écouter le discours du président Donald Trump. Elle a noté que le FBI a utilisé des agents pour tenter d’infiltrer de prétendues milices.

Jeremy Brown a exposé une vidéo montrant des agents du groupe de travail sur le terrorisme du FBI tentant de le recruter pour espionner des membres du mouvement Oath Keepers.

Le Département de la justice n’a toujours pas répondu aux questions concernant Ray Epps, le résident de l’Arizona filmé en train d’encourager les manifestants à entrer dans le bâtiment du Capitole.

Julie Kelly note également comment la police du Capitole a utilisé des flashs, des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc « pour énerver la foule et provoquer une grande partie des confrontations » visibles dans les vidéos et qui sont maintenant utilisées comme preuves pour arrêter, inculper et incarcérer ceux qui ont participé au rassemblement.

Plus précisément, elle accuse la maire de Washington D.C., Muriel Bowser, et la présidente de la majorité démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, d’avoir « intentionnellement » laissé les terrains du Capitole non sécurisés ». Elle affirme également qu’il s’agissait d’un « coup monté » conçu spécifiquement pour paralyser le mouvement MAGA.

Le rapport Bolton indique que « des armes plus lourdes et moins létales », y compris des grenades paralysantes, « n’ont pas été utilisées ce jour‑là en raison des ordres de la direction ». Pourtant, l’échéancier de la police du Capitole indique que l’USCP a « déployé des munitions à la porte de la Rotonde » à 16 h 45, où des manifestants auraient « enfoncé des portes et brisé des fenêtres ». Trois minutes plus tard, l’USCP a déployé « des munitions chimiques sur Lower West Terrace pour disperser les insurgés ».

Une vidéo trouvée sur Gateway Pundit montre des grenades flash lancées par la police du Capitole sur un groupe de manifestants, composé de femmes, d’enfants et de personnes âgées, qui se tenaient pacifiquement derrière des barrières. Selon le site American Greatness, la police du Capitole tirait également sur la foule avec des balles en caoutchouc. L’heure approximative de la confrontation se situe aux alentours de 13 h 36. Toutefois, la chronologie de l’USCP ne mentionne pas le déploiement de ces grenades flash.

Une autre vidéo, qui existe toujours sur TeaParty.org, a été filmée par Kash Kelly depuis le niveau du sol où les grenades flash ont explosé. On y voit Kelly assurant l’évacuation des femmes dans la zone où les grenades flash ont explosé. Or Kash Kelly est actuellement en prison pour violation de la liberté provisoire concernant une précédente accusation et les accusations ultérieures liées à sa présence à Washington.

« La police a commencé à tirer sur les gens », dit Kash Kelly. « Il y avait des enfants dans la foule. »

Des séquences vidéo plus complètes, analysées par Ray Dietrich de Red Voice Media, montrent « le début de la violence le 6 janvier ».

On voit un officier USCP non identifié crier à plusieurs reprises à la foule, rassemblée pacifiquement sous sa position, en lui conseillant de « monter dans les gradins » si elle « veut avoir une bonne photo ».

« La vidéo montre le moment où des grenades assourdissantes ou des grenades lacrymogènes ont été déployées dans la foule des manifestants », explique Ray Dietrich pendant le visionnage de la vidéo. « La question que je me pose, après 20 ans de carrière dans les forces de l’ordre, est de savoir pourquoi ces munitions ont été déployées. J’ai décortiqué cette vidéo et bien d’autres, et je ne vois pas pourquoi l’USCP a utilisé cette force contre la foule. Il n’y a pas de combat et pas de violence, alors pourquoi ont‑ils ciblé ces personnes avec des armes à létalité réduite ? »

« Que s’est‑il passé ensuite ? » se demande Ray Dietrich. « Le chaos. La violence. La foule s’est défendue. Le Capitole a été envahi. »

Alors que la foule stupéfaite se précipite à l’attaque, on peut voir la police asperger les gens au visage avec du spray au poivre. Dans une autre séquence, trois policiers frappent un manifestant maintenu au sol. Dans une mesure qui fait encore monter la tension, la police commence à déployer des gaz lacrymogènes dans la foule déjà frénétique. En l’espace de 20 minutes, une scène auparavant paisible se transforme en chaos total.

En juin 2021, des informations ont fait surface selon lesquelles le département de la Justice avait commencé à publier ses propres séquences vidéo, y compris des séquences provenant de caméras corporelles qui montreraient des agressions contre des policiers défendant le Capitole des États‑Unis.

Un résumé des conclusions montre que :

.  les preuves montrent que jusqu’au déploiement des munitions, les foules étaient pacifiques ;
.  les membres de l’unité de surveillance électronique (ESU) du MPD étaient intégrés à la foule pour « documenter les actions des manifestants et la réaction du MPD en cas de désobéissance civile ou d’activité criminelle » ;
.  Sur les 37 « unités spécialisées » répertoriées au sein du Département de la police métropolitaine, l’ESU n’en fait pas partie.

La police du Capitole a orienté Epoch Times vers le département de la Police métropolitaine pour tout commentaire.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.