La Russie allège les normes de fabrication des voitures sans ABS ni airbags

Par Epoch Times avec AFP
18 mai 2022 09:00 Mis à jour: 18 mai 2022 16:08

À cause des pénuries de composants électroniques et pièces détachées dues aux sanctions occidentales, la Russie a allégé les normes pour la fabrication de véhicules sur son territoire, autorisant la production de voitures sans ABS ou sans airbags.

Pénalisée à la suite de l’offensive russe en Ukraine, les pays occidentaux ont imposé de lourdes sanctions au secteur automobile russe, bannissant notamment les exportations de composants électroniques essentiels à la fabrication  des voitures.

Pour faire face à la pénurie de pièces détachées, le 12 mai dernier, le gouvernement russe a promulgué un décret qui établit une liste des normes allégées pour pouvoir certifier les nouveaux véhicules produits dans le pays.

Parmi ces nouvelles normes, le gouvernement autorise les fabricants à ne pas équiper les véhicules de capteurs ABS ou d’airbags, ou encore de pré-tendeurs de ceintures de sécurité. Ce décret est en vigueur jusqu’au 1er février 2023.

Retour en arrière

Un véritable retour en arrière, révèle le quotidien Kommersant dans son édition du mardi 17 mai. Le journal indique que celles-ci reviennent à un niveau équivalent aux véhicules produits en 1988.

Lundi 16 mai, contraint par les sanctions visant la Russie, le groupe automobile français qui produisait des Renault et des Nissan, a cédé ses actifs à l’État russe.

 

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.