La « Gestapo » chinoise impose un mois de lavage de cerveau à des pratiquants de Falun Gong

Par Frank Yue
2 novembre 2021 20:00 Mis à jour: 2 novembre 2021 20:00

Une organisation semblable à la Gestapo dans une ville chinoise a détenu un groupe de personnes ayant des croyances spirituelles dans un centre d’isolement pour un lavage de cerveau d’un mois, a rapporté le site web américain Minghui.org, qui se consacre à la dénonciation de la persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC).

Le Falun Gong, également appelé Falun Dafa, est une pratique spirituelle chinoise ancestrale. Elle consiste en des exercices de méditation simples et lents et en des enseignements sur l’intégration des principes de vérité, de compassion et de tolérance dans la vie quotidienne.

Le Bureau 610 de la ville de Ningbo, dans la province chinoise du Zhejiang à l’est, a placé en détention 10 pratiquants de Falun Gong dans un centre local de lavage de cerveau situé dans le village de Zhongzhan. Ce centre est situé dans l’école de formation professionnelle Xiangshan Zhifeng, qui servait également de centre de formation pour les autorités policières du canton.

En Chine continentale, le Bureau 610 est un réseau national secret et extra-légal qui cible les pratiquants de Falun Gong. Surnommé la « Gestapo » de la Chine, il a le pouvoir d’utiliser les vastes ressources du pays dans les secteurs de la sécurité publique, du parquet, de la justice et de la propagande pour opprimer des millions de pratiquants de Falun Gong.

L’endoctrinement, qui a été financé par la commission locale des affaires politiques et juridiques, a duré un mois complet, du 26 août au 28 septembre, selon Minghui.

Le chef du Bureau local 610, Tong Weichang, a orchestré et mené le programme d’un mois, avec l’aide de travailleurs communautaires, de psychologues et de gourous spirituels validés par l’État et coopérant avec le PCC.

Les séances de lavage de cerveau étaient programmées quotidiennement le matin, l’après-midi et le soir. Ces séances comprenaient des cours de lecture intensive, destinés à persuader les détenus de renoncer à leur foi en leur endoctrinant des messages anti-Falun Gong.

Les organisateurs ont également eu recours à des conversations en tête-à-tête pour contraindre les fidèles. Certains détenus n’ont pas été autorisés à s’endormir la nuit pour avoir refusé d’écouter les ordres de leurs persécuteurs.

À la fin du programme, les détenus ont été récupérés par leurs autorités respectives et libérés.

Les données montrent que le lavage de cerveau est depuis longtemps l’un des outils les plus fréquemment utilisés par le PCC pour éliminer les pratiquants de Falun Gong. Une recherche sur Minghui.org pour le terme chinois « session de lavage de cerveau » renvoie plus de 64 000 articles connexes. Ce type de torture psychologique est courant en Chine continentale, à tous les niveaux de l’administration, dans les usines et les lieux de travail publics, et même dans les écoles, même si l’ampleur et la durée de la détention varient.

Pendant ce temps, les autorités chinoises soumettent le groupe de personnes ayant des croyances à d’autres formes de mauvais traitements, notamment la tromperie, la séance punitive prolongée, la privation de sommeil et la torture.

Le tableau Une tragédie en Chine montre une femme en deuil devant son mari décédé. Elle croise les bras en signe de force et de résilience. Son mari torturé s’est accroché à sa foi jusqu’à la fin. Dans sa main, il tient des documents de lavage de cerveau que le régime chinois utilise pour amener les pratiquants de Falun Gong à renoncer à leur croyance. (The Art of Zhen Shan Ren)

« Le lavage de cerveau est une horreur »

D’anciens survivants des efforts de lavage de cerveau du PCC ont raconté leurs expériences à Epoch Times.

Lily Kong, une résidente permanente canadienne, s’est souvenue de son expérience de trois mois dans un centre d’endoctrinement situé dans un hôtel de la ville de Guangzhou, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, en 2003, bien qu’elle ne se souvienne pas du nom exact de l’hôtel en raison de sa mémoire embrouillée.

« Subir un lavage de cerveau est une horreur », a-t-elle déclaré à Epoch Times le 26 octobre. « Plus douloureux qu’un coup de poing ou un coup de pied dans le corps (…) parce que la partie la plus importante en vous est arrachée. »

Là-bas, elle a refusé de manger quoi que ce soit pendant une semaine pour résister au traitement inhumain. Cependant, elle a fini par abandonner lorsque des fonctionnaires du PCC l’ont menacée de la soumettre à une dangereuse alimentation forcée.

Mme Kong a relaté l’histoire d’un autre pratiquante de Falun Gong, nommée Mme Peng. Mme Peng a été détenue à l’école d’éducation juridique de Guangzhou pendant plus d’un an. Cette école était un centre de lavage de cerveau notoire dans le district de Huangpu à Guangzhou. Mme Peng a raconté à Mme Kong qu’elle avait été sévèrement battue, forcée de boire de l’eau de toilette impure et aspergée de gaz poivre au visage.

Mme Kong a fui la Chine en 2013 et a demandé l’asile aux Nations unies en Thaïlande. En 2018, elle a été acceptée comme réfugiée par le Canada. Actuellement, elle vit à Montréal, au Québec.

La citoyenne canadienne Ivy Zhang a déclaré à Epoch Times le 26 octobre qu’elle avait été maintenue dans un centre de lavage de cerveau au centre de détention de Taoshuping de la ville de Lanzhou, dans la province du Gansu (nord-ouest de la Chine), du 16 janvier au 19 avril 2001.

Pendant sa détention, elle a été détenue avec plus de 50 autres pratiquants de Falun Gong.

Les autorités locales ont demandé à des responsables ou à des propagandistes du PCC de prononcer des discours contre le Falun Gong, mais ils se sont heurtés à la résistance des détenus, a expliqué Mme Zhang. Les arguments des orateurs ont été contestés et ils ont dû interrompre leurs conférences.

Les pratiquants de Falun Gong n’ont pas seulement été privés de visites en détention, ils ont été placés sous une surveillance stricte, les lumières de leurs cellules restant allumées 24 heures sur 24, se souvient Mme Zhang.

Plus tard, Mme Zhang a évité de justesse d’être soumise à deux autres séances de lavage de cerveau, qui ont été organisées respectivement par son district de Gaolanshan à partir de janvier 2002 et par sa ville de Gongjiawan en avril 2003. Cependant, la persécution a continué à s’aggraver, et les nouvelles de la mort et de la torture des détenus ont commencé à être diffusées dans le monde par les survivants.

En avril 2013, Mme Zhang a déménagé au Canada. Depuis lors, elle vit dans la ville de Burnaby, en Colombie-Britannique.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.