L’Australie va ouvrir un nouveau centre mondial de recherche à ARNm pour faire face à la « prochaine pandémie »

Par Jessie Zhang
16 septembre 2022 09:20 Mis à jour: 16 septembre 2022 09:20

Le gouvernement australien a annoncé la création d’un nouveau centre de recherche thérapeutique à Melbourne afin de mettre au point un médicament révolutionnaire comparable à la technologie des vaccins à ARNm pour lutter contre les futures pandémies.

Le philanthrope Geoffrey Cumming a accéléré le développement du projet en faisant un don à hauteur de 250 millions de dollars (171 millions de dollars américains), le don le plus important jamais fait pour la recherche médicale dans l’histoire de l’Australie.

Il sera baptisé Cumming Global Centre for Pandemic Therapeutics [Centre mondial Cumming pour les thérapies anti-pandémie] en l’honneur de l’homme d’affaires canadien et néo-zélandais.

« Notre objectif est de créer des solutions pour minimiser l’impact des futures pandémies et créer une plus grande résilience mondiale dans les décennies à venir », a déclaré M. Cumming dans un communiqué.

Depuis 2014, le gouvernement a également apporté une contribution importante, en engageant 1,3 milliard de dollars dans le financement de la recherche médicale, dont 75 millions de dollars pour le Centre mondial Cumming.

Il a également acheté récemment à Melbourne la première usine de fabrication de vaccins à ARNm Moderna implantée en dehors de l’Amérique du Nord.

L’Université de Melbourne, qui en est la bienfaitrice, a déclaré que le nouveau centre se consacrerait à la mise au point, aux essais et à la commercialisation rapides de nouveaux traitements au cours des mois suivant l’apparition d’une pandémie et prévoit de recruter des experts internationaux.

« L’université de Melbourne remercie Geoff Cumming pour son don incroyablement généreux et le gouvernement de l’État de Victoria pour sa contribution à la recherche thérapeutique sur les pandémies », a déclaré le professeur Duncan Maskell, vice-chancelier de l’université de Melbourne.

« Si un médicament thérapeutique avait été disponible à grande échelle en juillet 2020, conformément à l’approbation du vaccin Covid-19, il aurait pu sauver des millions de vies à travers le monde. »

Le professeur Sharon Lewin lors du lancement officiel du Cumming Global Centre for Pandemic Therapeutics, le 31 août 2022. (Fourni par l’Institut Doherty)

Le professeur Sharon Lewin, directrice de l’Institut Peter Doherty, sera également directrice du Centre mondial Cumming.

« Le centre se concentrera sur la recherche de plateformes moléculaires émergentes à fort potentiel et sur le développement de nouvelles thérapies à un rythme sans précédent », a déclaré Mme Lewin.

« Nous avons l’intention de faire le difficile travail que requiert la science fondamentale ; les nouvelles technologies qui pourraient un jour être l’ARNm des produits thérapeutiques. »

Dans un premier temps, l’accent sera mis sur les thérapies destinées à lutter contre les coronavirus et la grippe. Les chercheurs souhaiteraient toutefois créer des « technologies de plate-forme » équivalentes à l’ARNm.

Selon des experts, cinq familles de virus pourraient être à l’origine de la prochaine pandémie

L’agence scientifique nationale australienne CSIRO a également publié récemment un rapport qui devrait permettre au pays de mieux se préparer aux futures épidémies de maladies infectieuses.

Le rapport a identifié cinq familles de virus qui pourraient être à l’origine de la prochaine pandémie : Coronaviridae, avec Covid-19, MERS et SARS comme exemples, Flaviviridae (par exemple l’encéphalite japonaise), Orthomyxoviridae (par exemple la grippe), Paramyxoviridae (par exemple le virus Nipah), et Togaviridae (par exemple la fièvre Chikungunya).

Un enfant subit un test par écouvillonnage pour le Covid-19 dans une enceinte au cours d’un confinement dans le district de Pudong à Shanghai, en Chine, le 17 avril 2022. (Liu Jin/AFP via Getty Images)

Le Centre mondial Cumming sera initialement implanté au sein de l’Institut Peter Doherty pour les infections et l’immunité avant d’être situé dans le nouvel Institut australien pour les maladies infectieuses (AIID) dont l’ouverture est prévue en 2027.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.