Le Brésil suspend l’utilisation de 12 millions de doses du vaccin chinois Sinovac

Par Rita Li
10 septembre 2021 13:34 Mis à jour: 10 septembre 2021 13:34

Le régulateur brésilien de la santé a suspendu l’utilisation de plus de 12 millions de doses de vaccins fabriqués en Chine, le 4 septembre dernier, à la suite de la découverte de leur production dans une usine non autorisée, selon un communiqué officiel.

Les autorités ont déclaré que l’interdiction était « par mesure de précaution » pour prévenir « un éventuel risque imminent ».

« L’unité de fabrication […] n’a pas été inspectée et n’a pas été approuvée par Anvisa dans le cadre de l’autorisation de l’utilisation d’urgence du vaccin mentionné », a déclaré samedi Anvisa, l’autorité fédérale de régulation de la santé du pays.

Un jour auparavant, l’Institut Butantan de Sao Paulo, un centre biomédical local fondé par le gouvernement de l’État, avait envoyé une alerte à Anvisa. L’institution devait remplir et finaliser 25 lots de 12,1 millions de doses à leur arrivée au Brésil, dans le cadre d’un partenariat avec la société chinoise Sinovac.

Dix-sept autres lots, totalisant 9 millions de doses produites dans la même usine, étaient en route pour le Brésil, a indiqué M. Butantan au régulateur.

Le régulateur a maintenant émis une interdiction de 90 jours et il enquête sur l’usine et le processus de fabrication.

Le Brésil a lancé son programme de vaccination au début de l’année, la grande majorité des vaccins administrés provenant de Sinovac. D’autres vaccins provenant d’autres fabricants ont depuis été mis en ligne.

Le ministre de la Santé, Marcelo Queiroga, a déclaré le 25 août que les personnes âgées de 70 ans ou plus ou dont le système immunitaire est faible pourront recevoir une troisième dose, à partir du 15 septembre, de préférence avec le vaccin Pfizer.

Un personnel médical prépare une dose du vaccin chinois Sinovac Covid-19 lors d’un programme de vaccination de masse à Yogyakarta, en Indonésie, le 2 mars 2021. (Ulet Ifansasti/Getty Images)

Diana dos Santos, 71 ans, a reçu deux injections du vaccin Sinovac mais refuse désormais de sortir de chez elle tant qu’elle n’a pas reçu son rappel.

« Je ne peux pas sortir comme avant et j’ai encore peur de tout cela », a déclaré Mme Santos à l’Associated Press. « Je me sentirai plus en sécurité [avec un rappel]. »

Les responsables chinois ont affirmé que le vaccin protège contre le variant Delta, empêchant notamment les hospitalisations et les cas graves.

Le Brésil a signalé plus de 580 000 décès dus au virus, mais le pays a connu une baisse du taux de mortalité et des cas actifs au cours des deux derniers mois.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.