Le patron d’un bar accuse un policier de l’avoir obligé à lui embrasser les pieds : « Je suis harcelé et abandonné par les pouvoirs publics »

Patron du bar La Sirène au Bourget, en banlieue parisienne, Temim Ben Abdallah a porté plainte contre un commissaire de police qu’il accuse de l’avoir obligé à s’agenouiller pour baiser la pointe de ses souliers. Une accusation démentie par le gradé qui a porté plainte à son tour pour dénonciation calomnieuse et diffamation.

Depuis près de 2 ans, cet estaminet du Bourget faisait l’objet d’une surveillance policière, les forces de l’ordre soupçonnant l’établissement d’être une plaque tournante du trafic de drogue tout en abritant un réseau de proxénètes.

Le 19 juillet au soir, le commissaire Boisard et ses hommes procédèrent à un contrôle du bar à la demande du parquet.

Selon Temim Ben Abdallah, c’est à ce moment-là que le commissaire l’aurait prévenu qu’il savait qu’il « l’insultait par derrière » avant de lui ordonner d’embrasser la pointe de ses souliers.

« Je n’ai pas pu faire autrement que de lui baiser les pieds. Je suis harcelé et abandonné par les pouvoirs publics. J’ai signalé tous les agissements du commissaire à la police des polices. Pour rien. Je ne veux pas finir comme la libraire du Bourget qui a subi durant dix ans une situation similaire et a fini par mettre la clé sous la porte. La Seine-Saint-Denis, ce n’est pas le Far West », a expliqué le gérant de La Sirène dans les colonnes du Point.

Après avoir contacté l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) dès le lendemain des faits, le gérant du bar a lancé des poursuites judiciaires avant d’entamer une seconde procédure début août pour « menaces ou actes d’intimidation en vue de déterminer une victime à ne pas déposer plainte».

D’après Le Parisien, les images de vidéosurveillance du bar récupérées par l’IGPN montrent bien le gérant de l’établissement en train de s’accroupir en direction des chaussures du commissaire Boisard, tandis qu’un policier monte la garde à côté. Mais en l’absence de bande-son, il paraît difficile de tirer des conclusions pour l’instant.

« C’est un gars nerveux, qui lâche rien et peut aller au clash verbalement. Il a d’ailleurs déjà eu des soucis pour ça. Mais l’imaginer faire un truc comme ça, franchement, non, je n’y crois pas », a confié un fonctionnaire qui côtoie régulièrement le commissaire Boisard à nos confrères du Parisien.

Sans préciser ni son identité ni sa qualité, le quotidien rapporte également les propos d’un témoin ayant assisté à la scène du 19 juillet. Des propos qui vont à l’encontre de la version du tenancier de La Sirène :

« Il s’est précipité sur les pieds du commissaire, en faisant des jérémiades », aurait confié ce témoin au sujet du cafetier.

De son côté, le fonctionnaire incriminé a déposé plainte auprès du parquet de Bobigny pour « dénonciation calomnieuse » et « diffamation ».

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis.

 
VOIR AUSSI