Nouveau suicide à Blois: une policière, mère de famille, retrouvée morte à son domicile

Par Nathalie Dieul
20 septembre 2022 09:25 Mis à jour: 20 septembre 2022 09:25

La triste vague de suicides au sein de la police nationale continue de faire des victimes. Cette fois, c’est une policière du commissariat de Blois (Loir-et-Cher) âgée de 52 ans qui s’est enlevé la vie. Cette mère de famille est le 34e policier qui s’est suicidé en 2022.

Ce jeudi 15 septembre 2022, Géraldine B. s’est donné la mort à son domicile, a appris Actu 17. Cette policière du commissariat de Blois, mère de famille, était affectée à l’équipe de nuit de l’unité de police-secours.

« Notre commissariat est bouleversé. C’était une super collègue et une sacrée bonne flic. Qu’elle repose en paix », a tweeté un de ses collègues. « Sa fin de carrière était proche, la retraite, une seconde vie lui promettait plein de bons moments et elle nous quitte trop tôt. Sincères condoléances à sa famille, ses proches », a écrit le syndicat CFTC police by impact.

Trente-quatrième mort par suicide en 2022

Selon le site spécialisé dans l’actualité policière, il s’agirait au moins du 34e suicide au sein de la police nationale depuis le 1er janvier 2022. Le dernier en date avant Géraldine B. est un policier d’Argenteuil de 29 ans qui est passé à l’acte avec son arme de service fin août.

Ces chiffres ne tiennent pas compte des suicides qui ont eu lieu au sein de la gendarmerie. Le 5 septembre dernier, c’est un gendarme âgé de 21 ans qui a mis fin à ses jours au sein de la caserne de Saint-Martin-d’Auxigny dans le Cher.

« Cette vague de suicide dont personne ne parle, c’est vraiment triste ! », a tweeté une internaute, commentant l’annonce du décès de la policière.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.