Parade des planètes: les cinq planètes formeront un alignement cosmique avec la Lune en juin – ce qu’il faut savoir

Par Michael Wing
13 juin 2022 13:11 Mis à jour: 13 juin 2022 13:11

La parade des cinq planètes embellit déjà le ciel du matin et continuera à accueillir les lève‑tôt pour le reste du mois.

Ce rassemblement rare de plusieurs planètes visibles, dont nous avons profité dans le ciel avant l’aube au cours des derniers mois (avec plusieurs conjonctions rapprochées) a maintenant commencé à s’espacer. Résultat ? Un alignement des cinq planètes de notre système solaire « à l’œil nu » : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, dans cet ordre. Par coïncidence, il s’agit de leur ordre naturel depuis le soleil, ce qui rend ce spectacle déjà rare encore plus extraordinaire. La série céleste s’étend du bas de l’horizon à l’est jusqu’en haut de l’horizon au sud.

(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)

La distance entre Mercure et Saturne était à son maximum dans l’alignement stellaire les 3 et 4 juin, lorsque les cinq planètes étaient à 91 degrés, selon Sky and Telescope, et elles se sont progressivement éloignées depuis. Bas sur l’horizon, Mercure est difficile à repérer pour l’instant – il faut une vue dégagée, un bon point d’observation, des jumelles et il faut se lever avant que le soleil ne se lève et n’estompe la planète – mais elle deviendra de plus en plus accessible au fil du mois et le cortège planétaire montera plus haut dans le ciel du matin.

La Lune rejoint le défilé des planètes le 23 juin

Pendant le reste du mois, le défilé des planètes s’étendra de plus en plus, mais le matin du 23 juin, nous aurons droit à une surprise particulière : la Lune décroissante fera son entrée dans le cortège, s’insérant entre Vénus et Mars, là où la Terre devrait se trouver ! À ce stade du spectacle, la distance entre Mercure et Saturne sera d’environ 107 degrés. Nous aurons environ une heure pour profiter de ce spectacle avant l’aube, depuis le moment où Mercure émerge de l’horizon jusqu’à ce qu’il se perde dans les reflets du soleil.

Voici à quoi cela pourrait ressembler 45 minutes avant le lever du jour, selon la NASA :

(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)

Pour ceux qui n’ont pas encore assisté au spectacle, ou qui manquent de temps, pas de panique, il reste tout le mois pour profiter du spectacle cosmique. Il suffit de régler son réveil à l’aube et de trouver sa place tôt pour profiter au mieux du spectacle. Le défilé commence avant le lever du soleil.

Selon Sky & Telescope, la dernière fois que les cinq planètes visibles à l’œil nu se sont alignées en séquence à l’horizon remonte à décembre 2004. Cette année, Mercure et Saturne sont encore plus proches l’une de l’autre.

Observation des amas globulaires d’étoiles en juin

Le mois de juin est également la période idéale pour observer l’un des amas globulaire d’étoiles les plus connus : l’amas d’Hercule, également appelé M13. Cet ancien rassemblement d’étoiles s’élève à des dizaines de milliers d’années‑lumière au‑dessus des bras spiraux de la Voie lactée. M13 peut être trouvé haut à l’est dans la constellation d’Hercule dans les premières heures de la nuit. En forme de « clef de voûte », un ensemble de quatre étoiles au centre de la constellation, M13 se trouve à environ un tiers du chemin entre les étoiles brillantes Véga et Arcturus.

(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)
(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)

L’amas est mieux vu avec un télescope, mais peut également être observé avec une paire de jumelles. Il apparaîtra comme une tache brumeuse. Pas de télescope ? Pas de problème. Le Night Sky Network de la NASA peut vous aider à trouver un événement d’observation public près de chez vous.

Les amas globulaires tels que M13, selon la NASA, sont composés de centaines de milliers d’étoiles qui se sont formées loin, très loin au‑dessus et en dessous du disque de la galaxie. Les étoiles qui composent M13 sont d’un âge insondable, puisqu’on pense qu’elles ont quelque 12 milliards d’années, un âge qui, selon de nombreux scientifiques, rivalise avec celui de l’univers lui‑même.

(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)
(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)
(Avec l’aimable autorisation du NASA Jet Propulsion Laboratory)

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.