Pékin isole près de 200 athlètes et officiels olympiques testés positifs

Par Nicole Hao
3 février 2022 23:22 Mis à jour: 3 février 2022 23:38

Plus de 200 athlètes, officiels et autres intervenants étrangers qui se sont rendus en Chine pour les Jeux olympiques d’hiver ont été isolés par le régime chinois le 1er février. Il y a peu de chances que ces personnes puissent assister aux Jeux en raison de la politique zéro Covid de Pékin.

Selon la police du régime, Pékin teste chaque jour tous les athlètes, les officiels et le personnel connexe. Si le résultat du test est positif, la personne est immédiatement séparée des autres. Les personnes présentant des symptômes du Covid-19 seront envoyées à l’hôpital et les personnes asymptomatiques seront envoyées dans un centre de quarantaine. Les athlètes en quarantaine ne seront autorisés à participer aux Jeux qu’après avoir obtenu deux résultats négatifs consécutifs en 24 heures.

L’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de 2022 aura lieu le 4 février.

Le 1er février, le Comité d’organisation de Pékin 2022 a annoncé que 8 07 athlètes, officiels et personnel connexe étaient entrés en Chine du 23 au 31 janvier. Parmi eux, 200, soit 2,5 %, ont été testés positifs au Covid-19 à l’aéroport ou dans la bulle « en circuit fermé », qui est la zone qui sépare le personnel de l’événement des résidents de Pékin.

Selon la politique chinoise en matière de Covid-19, personne ne peut prendre un vol pour Pékin sans un résultat négatif au test de Covid-19 effectué dans les 48 heures. Ces dernières semaines, Pékin n’a cessé de signaler de nouveaux cas de Covid-19 diagnostiqués localement, qui, selon le régime, n’ont aucun lien avec les athlètes olympiques.

Une femme regarde son téléphone devant une installation de Shuey Rhon Rhon, mascotte des Jeux paralympiques d’hiver de Pékin 2022, au parc olympique de Pékin, le 13 janvier 2022. (Jade Gao/AFP via Getty Images)

Athlètes et officiels isolés

Le 29 janvier, la patineuse de vitesse polonaise Natalia Maliszewska, espoir de médaille, a été contrôlée positive et envoyée en isolement.

Les 500 mètres de patinage de vitesse commenceront le 5 février, et Natalia Maliszewska est engagée dans une course contre la montre pour gagner la possibilité de concourir.

Le Comité olympique polonais a déclaré le 30 janvier que 8 athlètes polonais avaient été contrôlés positifs et mis en isolement. Parmi ceux-ci se trouvent 3 patineuses de vitesse courant avec Natalia Maliszewska, Natalia Czerwonka, Magdalena Czyszczon et Marek Kania.

Le Comité olympique australien a communiqué dimanche qu’un membre de sa délégation avait été placé en isolement après avoir été contrôlé positif à son arrivée à l’aéroport de Pékin. Le membre a été testé à nouveau le 30 janvier et a reçu un résultat négatif. Il est stipulé : « Le membre de l’équipe va maintenant subir un dernier test demain, qui, s’il est à nouveau négatif, lui permettra de reprendre sa routine habituelle. »

Le 29 janvier, la présidente de la commission des athlètes du Comité international olympique (CIO), Emma Terho , âgée de 40 ans, a été placée en isolement après avoir été contrôlée positive au Covid-19 à l’aéroport de Pékin.

La double médaillée olympique de bronze en hockey sur glace, élue l’année dernière à la présidence de la commission des athlètes du CIO à Tokyo 2020, a affirmé le 30 janvier qu’elle se sentait « en pleine forme », selon Insidethegames. En raison de cette quarantaine, Emma Terho pourrait ne pas être en mesure d’assister aux rencontres en personne, dont celle avec la joueuse de tennis chinoise Peng Shuai.

Peng Shuai a fait des allégations d’agression sexuelle contre l’ex-vice-premier ministre chinois Zhang Gaoli le 2 novembre. Depuis lors, l’endroit où se trouve Peng Shuai et sa sécurité sont devenus une préoccupation mondiale.

Une vue panoramique de la Tour olympique de Pékin depuis le vert olympique quelques jours avant l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin, en Chine, le 31 janvier 2022. (Bruce Bennett/Getty Images)
Épidémie à Pékin

Le 1er février, les autorités de Pékin ont annoncé la découverte de nouveaux cas de Covid-19 dans les districts de Chaoyang et de Fengtai. Il s’agit du 16e jour consécutif où le régime a annoncé de nouvelles infections locales.

Ces patients sont originaires des districts de Haidian, Fangshan, Xicheng, Daxing, Chaoyang et Fengtai.

Le régime a confiné les résidences et déplacé les contacts proches des patients du Covid-19 vers des centres de quarantaine.

« Notre complexe résidentiel a été confiné ce matin… parce qu’un voisin a été mis en quarantaine en tant que contact proche dans un centre de quarantaine et a été testé positif ce matin », a confié Ming Hua (pseudonyme), un habitant du district de Chaoyang, à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times le 24 janvier. « Je n’ai aucune idée de quand nous pourrons être déconfinés. »

Un jeune homme prénommé Li du district de Haidian a été interviewé par téléphone le 27 janvier. Il explique que le complexe résidentiel dans lequel il vit a été confiné : « Je ne sais pas ce qui s’est passé, et pourquoi nous avons été confinés. On m’a demandé de rester à la maison. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.