Le rôle du mari et de la femme à la maison d’après le manuel d’étiquette du gentleman des années 1880

Par Epoch Times
7 juillet 2022 20:37 Mis à jour: 7 juillet 2022 20:37

Le mari devrait agir envers sa femme comme le ferait un parfait gentleman, la considérant comme la « meilleure dame du pays », à qui, par-dessus tout, il doit une allégeance primordiale.

LE FOYER est le royaume de la femme et elle y règne en maître. Embellir ce foyer, rendre heureuse la vie de son mari et des êtres chers qui lui sont confiés, telle est la tâche honorable qu’il appartient à l’épouse d’accomplir. Tous les éloges reviennent à celle qui règne et gouverne ainsi dans ce royaume, de sorte que ceux qui sont élevés sous son toit « grandiront et l’appelleront bienheureuse ».

Un foyer

Après le mariage, l’une des premières conditions du bonheur est d’avoir un foyer. Celui-ci se trouve rarement dans une pension de famille ou un hôtel, et pas toujours sous le toit parental du mari ou de la femme. Le plus souvent, il se trouve dans une maison ou même un chalet, loin de l’association immédiate de parents ou d’amis, de connaissances ou d’étrangers. C’est là que le mari et la femme peuvent commencer réellement cette nouvelle vie dont ils ont rêvé, et c’est de leurs propres actions que doit dépendre leur bien-être futur.

L’amitié au foyer

Le mari et la femme doivent se rappeler, au début de leur vie de couple, qu’ils doivent être des compagnons de vie, que l’affection qu’ils ont ressentie et exprimée en tant qu’amants doit mûrir en un dévouement de toute une vie pour le bien-être et le bonheur de l’autre. Que l’amitié la plus étroite doit naître de leur amour précoce et que chacun doit vivre et travailler pour l’autre. Ils doivent chercher à être des compagnons agréables l’un pour l’autre, afin que chaque heure passée ensemble soit mutuellement agréable. Ils doivent s’efforcer d’avoir les mêmes goûts, afin que ce qui plaît à l’un plaise également à l’autre, et que ce qui déplaît à l’un ne déplaise pas moins à l’autre. Chacun doit céder dans les domaines où il est juste de céder et être ferme seulement quand il s’agit du devoir. Avec une confiance absolue l’un en l’autre, ils devraient toujours tenir compte de l’autre, afin que chacun puisse dire au monde : « J’ai une personne au caractère et au cœur sur laquelle je peux m’appuyer comme sur un rocher. »

La conduite du mari et de la femme

Qu’aucun des deux ne trompe l’autre ou ne fasse quoi que ce soit pour ébranler sa confiance, car une fois trompé, le cœur ne peut plus jamais faire entièrement confiance. La recherche des fautes ne doit se faire que par des critiques douces et modérées, puis par des paroles affectueuses et des regards agréables. Soyez indulgents envers les faiblesses de l’autre, tout en vous efforçant de les réprimer mutuellement. Dans un souci d’élévation mutuelle, le mari et la femme doivent se corriger mutuellement dans un esprit de bienveillance, et ce faisant, ils se prépareront à l’œuvre que Dieu confie aux parents, à savoir former des vies utiles ici et dans l’au-delà. Leur devise doit être « fidèle jusqu’à la mort en toutes choses », et ils doivent faire preuve de tolérance à l’égard des particularités de l’autre.

Que tous deux veillent strictement sur leurs paroles, afin qu’ils ne puissent rien dire de grossier, de méprisant ou de sévère, et sur leur tempérament, afin qu’ils ne se passionnent pas, ne deviennent pas maussades ou moroses en présence l’un de l’autre. Ils ne doivent pas attendre trop l’un de l’autre. Si l’un d’eux est offensé, c’est à l’autre de lui pardonner, en se souvenant que personne n’est exempt de fautes et que nous sommes tous constamment dans l’erreur.

Si, par hasard, après être entrés dans les dures réalités de la vie, ils découvrent qu’ils se sont trompés, qu’ils ne sont pas bien assortis, ils doivent accepter l’inévitable et endurer jusqu’à la fin, « pour le meilleur et pour le pire », car ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront se consoler d’avoir découvert, trop tard, qu’ils n’étaient pas aptes à vivre ensemble toute leur vie. Un journaliste a dit : « Aucune leçon apprise par l’expérience, même si elle a été enseignée de façon brutale et tristement gagnée, ne peut éclairer les sens engourdis que l’amour a endormis par sa fascination magique. Des choses aussi claires que le soleil dans le ciel, pour d’autres sont sombres comme la nuit, insondables comme la mer, pour ceux qui se laissent aimer avant de prouver. »

Les devoirs de la femme envers son mari

L’épouse doit se rappeler que c’est à elle qu’incombe, dans une large mesure, le devoir de rendre le foyer heureux. Elle ne doit rien faire pour que son mari se sente mal à l’aise, que ce soit mentalement ou physiquement. Mais, d’un autre côté, elle doit s’efforcer, dans toute la mesure de ses moyens, de faire tout ce qui est le mieux pour lui plaire, en lui montrant continuellement que son amour, promis sur l’autel, reste inébranlable et qu’aucun événement malheureux ne peut le changer ou le diminuer.

Elle ne devrait jamais se laisser aller à des crises d’humeur, à des hystéries ou à d’autres habitudes de mauvaise éducation, qui, bien que faciles à surmonter au début, grandissent et se renforcent avec l’indulgence, si elle veut garder son mari comme son amant et son ami le plus cher et le plus proche. Elle doit être aussi soignée et ordonnée dans son habillement et son apparence personnelle à la maison que lorsqu’elle apparaît en société. Ses manières envers son mari doivent être aussi aimables et agréables lorsqu’elle est seule avec lui que lorsqu’elle est en compagnie. Elle devrait garder à l’esprit que conserver la bonne opinion de son mari vaut beaucoup plus que de gagner la bonne opinion de centaines de dévots de la société, et que, comme elle possède l’amour et la confiance de son mari, elle recevra le respect et l’estime de tous ses amis.

Elle doit veiller à ne pas confier à une autre personne les petits malentendus ou les petites querelles qui pourraient survenir entre elle et son mari. C’est le moyen le plus sûr d’aggraver la rupture d’harmonie qui peut se produire entre le mari et la femme, car plus on parle de ces malentendus et plus elle reçoit de conseils de ses confidents, moins il y a de chances que des relations harmonieuses soient rapidement rétablies.

L’épouse, une compagne

Une femme doit agir ouvertement et honorablement en ce qui concerne les questions d’argent, en tenant un compte exact de ses dépenses et en se gardant soigneusement de toute extravagance. Pendant que son mari travaille assidûment, elle doit chercher à l’encourager, par sa propre frugalité, à être économe, entreprenant et prospère dans ses affaires, afin qu’il soit mieux à même, au fil des années et des soucis familiaux qui pèsent davantage sur chacun, de s’offrir tout le confort et peut-être même certains des luxes d’un foyer heureux. Aucune condition n’est désespérée lorsque l’épouse fait preuve de fermeté, de décision et d’économie, et aucune prospérité extérieure ne peut contrecarrer l’indolence, la folie et l’extravagance au foyer. Elle doit s’enquérir des dispositions et des goûts de son mari et s’efforcer de l’amener à avoir des pensées élevées et nobles, des objectifs nobles et un confort temporel ; être toujours prête à l’accueillir à la maison et, en sa compagnie, détourner ses pensées des affaires et l’amener à jouir du confort et du bonheur du foyer. L’influence d’une bonne épouse sur son mari peut être très grande si elle l’exerce dans la bonne direction. Elle doit, par-dessus tout, s’efforcer de connaître les dispositions de son mari, et si, par hasard, elle se trouve unie à un homme au tempérament vif et violent, la plus grande discrétion, ainsi qu’une parfaite équanimité de sa part sont requises, car elle doit avoir une maîtrise d’elle-même si parfaite qu’elle puisse calmer ses esprits perturbés.

Les devoirs du mari

Il ne faut pas croire qu’il incombe à la femme seule de rendre la vie conjugale et le foyer heureux. Elle doit être soutenue dans ses nobles efforts par celui qui l’a retirée de son propre foyer avec ses parents et ses bons amis pour en faire sa compagne dans le pèlerinage de la vie. Il l’a placée dans une nouvelle maison, dotée du confort que ses moyens lui permettent, et le courant entier de leurs vies respectives a été changé. Son devoir constant envers sa femme est d’être toujours bon et attentif, de l’aimer comme il s’aime lui-même, même en sacrifiant son propre confort pour son bonheur. De l’affection qu’il lui porte, doit naître une amitié et une camaraderie telles qu’il n’en possède aucune pour une autre personne. Ses soirées et ses moments libres doivent lui être consacrés et ils doivent être utilisés pour leur avancement intellectuel, moral et social.

Les soucis et les anxiétés des affaires ne devraient pas exclure les attentions à la femme et à la famille, tandis qu’il devrait la tenir soigneusement informée de l’état de ses affaires. Plusieurs femmes sont capables de donner à leur mari des conseils importants sur divers détails de ses affaires et, si elles connaissent l’état de ses affaires financières, elles seront en mesure de gérer leurs dépenses en conséquence.

Il est du devoir du mari de s’associer à sa femme dans tous ses efforts pour instruire ses enfants, de lui confier toutes les questions relatives à leur discipline et de l’aider à cet égard lorsqu’elle en a besoin. Dans les affaires du foyer, c’est la femme qui domine, et il ne doit jamais s’opposer à son autorité et à sa façon de faire dans ce domaine. Il a le devoir et le plaisir de l’accompagner à l’église, aux réunions sociales, aux conférences et aux lieux de divertissement qu’ils apprécient tous les deux. En fait, il ne devrait pas assister à une réunion sociale sans être accompagné de sa femme, ni aller à une soirée sans elle. Si l’endroit n’est pas approprié pour sa femme, il ne l’est pas non plus pour lui.

S’il doit donner à sa femme sa parfaite confiance en sa fidélité, en se fiant implicitement à son honneur en tout temps et en tout lieu, il doit, de son côté, lui rester fidèle et constant, et ne lui donner aucun sujet de se plaindre. Il doit laisser passer inaperçues les particularités et les fautes désagréables, en ayant soin, au moment opportun, et sans s’en offenser, de les lui rappeler, dans l’idée de les faire corriger. Il ne doit jamais chercher à lui faire perdre les habitudes ou les particularités désagréables qu’elle peut avoir, en les ridiculisant. Il doit l’encourager dans tous ses projets visant à promouvoir le bien-être de son foyer, ou dans ses efforts louables pour promouvoir le bonheur des autres, en s’engageant dans des œuvres de bienveillance et de charité que les devoirs de son foyer lui permettent d’accomplir.

Le mari, en fait, devrait agir envers sa femme comme le ferait un parfait gentleman, la considérant comme la « meilleure dame du pays », à qui, par-dessus tout, il doit une allégeance primordiale. S’il s’efforce d’agir ainsi, son bon sens et son jugement lui dicteront les nombreuses petites courtoisies qui lui sont dues et que toute bonne épouse ne peut manquer d’apprécier. L’observation des règles de politesse n’est nulle part plus souhaitable que dans le cercle domestique, entre mari et femme, parents et enfants.

Ce qui précède est un extrait de Our Deportment, un code de bonnes manières pour une société raffinée par John H. Young A.M., publié en 1881. Nous le proposons dans l’espoir de promouvoir une conduite de gentleman parmi les hommes – jeunes et moins jeunes – dans le monde souvent déséquilibré d’aujourd’hui.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.