Shen Yun : « Cette féerie de couleurs qui nous transporte »

Shen Yun : « Cette féerie de couleurs qui nous transporte »

Philippe Durand était venu découvrir Shen Yun en famille, ce jeudi 3 mars au Palais des Congrès de Paris. (NTD)

16 avril 2022

PARIS  – Le jeudi 3 mars à Porte Maillot, les spectateurs du Palais des Congrès avaient rendez-vous avec la danse et la musique classique chinoise qui célèbrent des histoires de la littérature traditionnelles chinoises, des scènes de vie des différentes ethnies qui peuplèrent la Chine ancestrale et des histoires contemporaines de la Chine actuelle.

« Grâce et légèreté, force et puissance »

Francis Jouffroy, retraité des technologies de l’information, était venu découvrir Shen Yun au Palais des Congrès de Paris, le 3 mars 2022. (NTD)

Francis Jouffroy est un retraité des technologies de l’information. Ce septuagénaire est fier de sa famille de 7 enfants et de 12 petits-enfants.

Shen Yun était pour lui « fabuleux ! » Il s’est dit « impressionné d’une qualité et d’une grâce et d’une élégance… d’une légèreté et en même temps d’une force et d’une puissance qui est tout à fait impressionnante ! »

Le spectacle lui a procuré « plutôt un sentiment… presque de paix et de sérénité. »

« La grâce, que ce soit des danseuses, c’est presque un peu naturel… mais aussi des danseurs, donne l’impression de légèreté et de sérénité. De la légèreté au sens physique du terme, pas la légèreté psychique. Et on peut être impressionné, on a un sentiment d’étonnement et en même temps de communion avec les sentiments que dégagent ces différents tableaux. »

« Une expérience très immersive »

Pascal Le Brun, ingénieur à la retraite, était présent pour le spectacle Shen Yun à Paris, ce 3 mars 2022. (NTD)

Pascal Le Brun est un ancien ingénieur senior dans les études de reconstruction nucléaire. Ce jeune retraité explique : « C’est la première fois que je vois un tel spectacle! Je trouve que c’est un art et une technique de danse qui sont très particuliers et qui sont très impressionnants. »

Il a éprouvé de l’admiration « face aux gestes » et à « l’impression d’ensemble » créé par les danseurs.

Pour cet ingénieur, « on est vraiment immergé dans un monde, dans un imaginaire particulier. »

Philippe Durand travaille pour un groupe américain de protection des données. Il est venu découvrir Shen Yun en famille, avec son épouse et ses deux filles.

Lui aussi a expérimenté cette sensation d’immersion, depuis son fauteuil, dans la Chine ancestrale.

« On est immergé dans un tourbillon de couleurs et d’images. C’est une expérience qui est très immersive de par l’expérience liée à l’écran, le mélange des technologies entre la danse traditionnelle et les technologies beaucoup plus nouvelles. »

En effet, on peut ainsi lire sur le site de Shen Yun que « les costumes et les couleurs utilisés dans Shen Yun se basent sur le style et l’esthétique traditionnels. Les teintes vibrantes et les détails exquis des costumes apportent éclat et fraîcheur à chaque histoire et scène dansée, éclairant le présent avec la splendeur du passé. »

En effet, M. Durand souligne « cette féérie des couleurs qui nous transporte. On rentre très vite dans les tableaux, on est très vite immergé dans l’environnement ou l’ambiance qui est traduite par les chorégraphes. »

Afin d’ajouter cette touche de magie qui plonge vraiment le spectateur dans les histoires dansées, le site explique comment fonctionne le fond de scène animé de Shen Yun, aujourd’hui breveté : « Les projections digitales innovantes de Shen Yun vous transportent au cœur même de la scène. En étendant les décors de manière infinie, la projection interagit ingénieusement avec les actions des interprètes sur scène, conférant aux histoires racontées une richesse d’expression captivante. »

M. Durand invite donc « les gens à venir découvrir une danse classique qui est très différente de la danse classique ou de la danse contemporaine occidentale, avec ses propres codes et une très, très belle coordination ». 

Un spectacle qui « peut faire réfléchir »

L’ingénieur aura su ressentir « cet aspect divin de la Chine de l’époque », soulignant que « ces tableaux » dansés « dégagent une vraie joie de vivre entre les gens ».

Des différentes scènes présentées, M. Durand s’est dit « surpris par le tableau un peu plus moderne », retraçant une histoire de la Chine actuelle.

« Je trouve que c’est une belle façon d’introduire une liberté d’expression, une modernité qui n’est pas toujours évidente, pour moi c’est une bonne surprise qu’on puisse exprimer au travers de cet art ».

De même, M. Jouffroy estime qu’avec le contexte actuel de conflits en Europe, le spectacle « peut faire réfléchir, parce qu’il y a des scènes qui montrent que, de nos jours, on laisse trop de place à la violence et trop de place à la censure et à l’interdiction de penser et de parler ».

Les deux hommes auront été touchés par ce tableau dansé évoquant ainsi la persécution actuelle par le Parti communiste chinois des pratiquants de Falun Gong, une discipline de méditation basée sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de patience.

Pour M. Durand, voir Shen Yun, « c’est une ouverture aussi à un Orient… un Orient qui est fantasmé et un Orient qui est aussi l’Orient contemporain… Le monde occidental est un peu en choc par rapport à tout ça et l’émotion qu’on essaie de ressentir, c’est le rapprochement qu’on peut avoir avec cette culture… Je pense que c’est porteur de beaucoup d’espérance quand on voit que la culture peut porter les peuples vers la bienveillance et la paix, et on se retrouve tous sur une même émotion ».