Iran: photographiée sans foulard au restaurant, une jeune Iranienne devient une figure de la contestation

Par Epoch Times avec AFP
1 octobre 2022 16:00 Mis à jour: 1 octobre 2022 16:56

Une femme qui déjeunait sans foulard dans un restaurant de Téhéran, dont la photo est devenue virale sur les réseaux sociaux, a été arrêtée, a déclaré sa sœur vendredi, au moment où la répression bat son plein en Iran contre le mouvement de contestation né après la mort de Mahsa Amini.

La photo montrait Donya Rad assise dans un restaurant de Téhéran, prenant apparemment son petit-déjeuner, en compagnie d’une amie, elle aussi sans foulard.

L’image a été largement partagée sur les réseaux sociaux, de nombreux comptes félicitant les deux femmes pour leur désobéissance civile au code vestimentaire strict que la République islamique impose aux femmes.

Les autorités iraniennes agacées par la photo

Mahsa Amini est décédée au début du mois après son arrestation par la police des mœurs qui l’accusait de ne pas porter son hijab de manière adéquate.

« Hier, après la publication de cette photo, les agences de sécurité ont contacté ma sœur Donya Rad et lui ont demandé de donner des explications », a écrit sa sœur Dina sur Twitter.

« Aujourd’hui, après s’être rendue là où on lui a dit, elle a été arrêtée. Après quelques heures de silence, Donya m’a dit lors d’un bref appel qu’elle avait été transférée au pavillon 209 de la prison d’Evin », a-t-elle ajouté, en référence à une aile de la prison de Téhéran qui est réputée être dirigée par le ministère des Renseignements.

« Notre famille est très inquiète », a-t-elle ajouté.

La désobéissance civile s’organise en Iran

Ces derniers jours, les médias en langue persane hors d’Iran ont montré des images de plus en plus nombreuses de désobéissance civile, avec des femmes en Iran partageant des images d’elles marchant, faisant des courses ou dans des cafés sans hijab.

« Elles sont allées prendre leur petit-déjeuner sans foulard. Elles ont été arrêtées. Voilà à quel point la politique du hijab est brutale/tordue en Iran », a commenté sur Twitter le militant et journaliste Omid Memarian, basé aux États-Unis.

Les militants affirment que l’Iran est en proie à l’une de ses répressions les plus féroces depuis des années pour réprimer les manifestations qui ont éclaté à la suite de la mort de Mahsa Amini.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.