Une physicienne pionnière invente un traitement nanotechnologique qui tue les cellules cancéreuses

Ce n’est que dans les années 50 que les États-Unis ont officiellement commencé à interdire la ségrégation raciale, et ce n’est que dans les années 80 que les femmes ont obtenu l’égalité des chances dans certains établissements d’enseignement supérieur. L’Université Columbia, par exemple, n’a pas permis aux femmes de présenter une demande avant 1983 – et les autres écoles de l’Ivy League n’ont pas permis aux femmes de le faire avant les années 1960 et 1970.

Ces progrès en matière d’opportunités académiques ont contribué à ouvrir la voie à une contribution encore plus importante des femmes et des personnes de couleur au progrès social et scientifique, mais les Afro-Américains constituent toujours une minorité de pionniers dans ces domaines.

Cela fait de la Dre Hadiyah-Nicole Green une véritable pionnière dans son domaine. Dre Green est l’une des moins de 100 physiciennes noires qui travaillent actuellement aux États-Unis, et elle est un modèle rare dans sa démographie.

Elle est actuellement professeure adjointe à la Morehouse School of Medicine, où elle a obtenu des diplômes très impressionnants de l’Université d’Alabama-Birmingham (où elle a obtenu sa maîtrise et son doctorat en physique à l’âge de 30 ans). Au cours de ses études, cependant, elle a vécu quelques expériences tragiques qui ont inspiré ses travaux actuels sur l’utilisation de lasers pour cibler les cellules cancéreuses – ce qui lui a valu une subvention d’un million de dollars (880 000 €) et pourrait littéralement changer le monde.

Enfant, Hadiyah-Nicole Green est devenue orpheline, ce qui l’a amenée à être élevée par sa tante et son oncle à St. Louis, dans le Missouri.

Quand elle a fréquenté Alabama A&M pour son baccalauréat, elle est devenue la première personne de sa famille à aller à l’université et au moment où elle a obtenu son doctorat, elle était la deuxième femme noire dans l’histoire de l’Université d’Alabama-Birmingham à obtenir le diplôme de deuxième cycle en physique. Elle a surmonté un monde dans lequel elle a même fait rire un membre du comité de thèse et lui a dit qu’elle n’obtiendrait jamais son diplôme, disant au monde que les « haineux vont détester cela » quand elle abattra les barrières.

À la maison, cependant, elle a essuyé une grande perte lorsque sa tante et son oncle sont décédés du cancer. Maintenant, elle utilise son diplôme pour faire deux choses : changer le monde et changer la façon dont le monde perçoit les femmes noires.

Son travail de physique est assez impressionnant à lui seul. Elle a mis au point une façon d’injecter des nanoparticules dans les cellules cancéreuses, en évitant les cellules saines dans le processus. Ensuite, la thérapie laser est utilisée pour réchauffer les nanoparticules, tuant les cellules cancéreuses « tout en évitant les effets secondaires désagréables de la chimiothérapie et de la radiothérapie ». Ce travail pourrait littéralement sauver des vies, offrant aux médecins la possibilité de détruire des tumeurs cancéreuses qui étaient auparavant considérées comme trop dangereuses ou difficiles à atteindre.

Elle utilise aussi sa plateforme pour inspirer les jeunes femmes noires à entrer dans le domaine des STEM (Sciences, technologie, ingénierie et mathématiques). Elle fait un effort concerté pour prendre la parole à chaque événement auquel elle est invitée, se sentant responsable de faire en sorte que son programme inspire les autres.

« Habituellement, s’il y a une invitation à prendre la parole dans un forum, je l’accepte parce que j’ai l’impression que c’est une responsabilité », a-t-elle dit. « Nous sommes si peu nombreuses [les femmes noires dans les champs de STEM] que je n’ai pas l’impression d’avoir le luxe de dire que ‘je suis trop occupée’. »

« Il y a des femmes scientifiques noires qui n’ont pas accès aux médias », poursuit-elle. « Pour cette raison, les jeunes filles noires ne voient pas ces modèles aussi souvent qu’elles voient Beyonce ou Nicki Minaj. Il est important de savoir que notre cerveau est capable de plus que la mode, le divertissement et la musique, même si les arts sont importants. »

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et faites-nous part de vos commentaires.

 
VOIR AUSSI