Les voisins de la Russie s’inquiètent de récentes manœuvres militaires à Kaliningrad

13 octobre 2016 11:17 Mis à jour: 13 octobre 2016 11:17

La Russie a confirmé avoir déployé des missiles de type Iskander, pouvant être chargé d’une ogive nucléaire, dans l’oblast de Kaliningrad, entre la Pologne et la Lituanie.

La Lituanie, l’Estonie et la Pologne, tous membres de l’OTAN, se sont inquiétées du déploiement de ces missiles dans la région.

Mais le Kremlin a rapidement minimisé l’importance des manœuvres. Une déclaration du ministère de la défense les décrit comme un simple exercice de routine, qui n’a de secret pour personne.

« Les personnes faisant grand cas de cette histoire doivent savoir que le système Iskander est un système mobile », explique Gen Igor Konashenkov, porte-parole du ministère, à The Guardian. « Dans le cadre de l’entraînement des unités de combats, les porteurs de missiles travaillent toute l’année à améliorer leur capacité de déplacement, en couvrant de larges distances à travers la Fédération de Russie, que cela soit par air, mer, ou terre. »

Sputnik News, un média financé par l’État, explique qu’après le déploiement des missiles, les « médias se sont jeté frénétiquement sur l’information », avant d’ajouter que « le déplacement des systèmes balistiques fait partie de l’entraînement routinier, il n’y a rien d’exceptionnel ».

Le manœuvre s’est jouée alors que les relations entre la Russie et les pays de l’OTAN sont au plus bas depuis des décennies, les tensions ravivées par la gestion du conflit Syrien. Pour rappel, Moscou a pris parti pour le président syrien Bachar al-Assad, alors que les États-Unis se sont rangés du côté des forces rebelles. Les deux camps ont non seulement des positions opposées, mais aussi des façons de gérer les conflits aux antipodes.

Le ministre des affaires étrangères lituanien Linkevicius considère le déploiement des missiles Iskander comme une rupture du traité sur l’utilisation des armes nucléaires.

« La Russie effectue des manœuvres militaires à Kaliningrad, qui incluent des scénarios de déploiement et d’usage potentiel de missiles Iskander. Nous sommes au courant », a-t-il dit à l’agence de presse AFP.

Enclave russe de Kaliningrad. (GoogleMap)
Enclave russe de Kaliningrad. (GoogleMap)

Linkevicius a précisé que les missiles disposent d’une portée d’environ 700km, une distance suffisante pour atteindre la capitale allemande, Berlin.

Antoni Macierewicz, ministre de la défense polonais, s’est exprimé samedi dernier sur cette manœuvre qu’il juge « très alarmante ».

L’Estonie, un autre pays frontalier avec la Russie, est aussi préoccupée de ces récents développements. Le lieutenant général Riho Terras, chef d’état-major de la défense estonienne, estime que le mouvement n’est autre qu’une tentative pour la Russie de dominer la mer Baltique. « À long terme, la Russie souhaite contrôler plus extensivement la mer Baltique, et les routes qui y mènent, comme elle le fait déjà avec la mer Noire », explique Terras à The Independent.

Moscou a pour habitude d’exhiber ses missiles Iskander, montés sur des véhicules routiers motorisés, au cours de parades militaires — en particulier celle du Jour de la Victoire, le 9 mai, qui célèbre la victoire de l’Union Soviétique sur l’Allemagne nazie. Les missiles peuvent être armés de différents types de charges, dont des ogives nucléaires, des bombes à sous-munitions (explosifs remplis de petits projectiles permettant d’impacter des équipements/personnes sur un large rayon), des charges pénétrantes (utilisées contre les bunkers), ou encore des bombes à impulsions électromagnétiques (pour détruire des appareils électromagnétiques, ou brouiller les communications).

Version anglaise : Russia Moves Nuclear-Capable Missiles to Kaliningrad, Alarming Neighbors

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.