Besançon : flashée 33 fois par un radar tronçon, elle pensait qu’il s’agissait d’un radar fixe

Par Emmanuelle Bourdy
28 juillet 2021 09:17 Mis à jour: 28 juillet 2021 09:17

37, c’est le nombre de points qu’a perdus Suzy sur son permis qui n’en compte que 12 ! La jeune femme a reçu pas moins de 33 contraventions entre le 13 et le 16 juillet dernier. La raison en est qu’elle ne savait pas comment fonctionnait le radar tronçon des Mercureaux.

Comme elle n’avait jamais vu de flash et qu’elle ignorait le fonctionnement de ce radar tronçon, Suzy Colombani a fait de nombreux excès de vitesse sur la voie des Mercureaux, qu’elle a empruntée quotidiennement d’octobre 2020 à mars 2021. Mais récemment, elle a eu la désagréable surprise de trouver dans sa boîte aux lettres un nombre impressionnant de contraventions entre le 13 et le 16 juillet, rapporte L’Est républicain.

10 mois avant de recevoir la première contravention !

« J’empruntais la voie des Mercureaux tous les jours. Et en redescendant, il y avait ce radar. Je freinais avant, dans la pente je reprenais un peu de vitesse, puis je freinais à nouveau à la fin, en pensant qu’il s’agissait de radars fixes », explique Suzy au quotidien régional.

Au total, elle a reçu 33 infractions, ce qui pourrait lui coûter 2 500 €. Elle a également perdu 37 points sur son permis qui n’en a que 12. Le courrier est arrivé chez son père, Lionel Colombani, la première contravention ayant mis 10 mois pour parvenir à son domicile. Ce délai, excessivement long, est contesté par la famille Colombani qui ne compte pas en rester là.

En attendant, d’autres courriers devraient encore arriver dans les jours prochains.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.