Cette ville française rachète des terres pour les confier à des maraîchers bio

Près de Dunkerque, la ville de Grande-Synthe dans le Nord a décidé de faire des pas concrets vers l’autonomie alimentaire de la commune via un projet de fermes urbaines. Son implication ? Proposer à des maraîchers bio de s’installer sur la commune en leur faisant une offre qui défie toute concurrence.

Non seulement les candidats se font proposer une terre d’une superficie de deux à trois hectares pour un loyer modique de 65 € par hectare et par an, mais ils disposent aussi d’une infrastructure dans la zone, à partager avec les autres producteurs : 1 000 m² de serres, 430 m² de hangar.

Les porteurs de projets se voient également bénéficier d’un appui technique et juridique afin de les aider à tester pendant un an la viabilité économique de leur entreprise.

La commune avait déjà acheté près de 9 hectares de terres qui étaient en jachère, sur lesquelles elle a installé 3 maraîchers en 2018. Elle a maintenant acquis d’autres terres cultivables, d’une superficie d’environ 5 hectares, pour la phase 2 du projet qu’elle a lancé il y a environ un mois.

« L’idée est de permettre à de petits exploitants de se lancer. D’abord en trouvant des terres cultivables puis, lorsqu’ils le souhaiteront, en rachetant les terres », a expliqué Damien Carême, maire de Grande-Synthe, au Phare dunkerquois.

Ce n’est pas la première fois que la ville de 23 000 habitants se distingue dans son implication vers une vie meilleure et plus saine, à tel point qu’elle est devenue un modèle de développement durable. La réalisatrice Béatrice Jaud en a d’ailleurs fait le sujet d’un film : Grande-Synthe, la ville où tout se joue.

La ville a par ailleurs été la première ville de France de plus de 20 000 habitants à proposer, depuis la rentrée 2011, 100 % de repas bio dans les cantines scolaires. Les maraîchers n’auront donc aucun problème à écouler leur production !

« On sera, avec ce terrain, en autonomie alimentaire pour la restauration collective sur la ville pour les cantines scolaires, les personnes âgées et peut-être de la restauration d’entreprise », constate le maire, en entrevue à France 3.

Intéressé ? Vous avez jusqu’au 19 avril 2019 pour déposer votre candidature.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous os commentaires.

 
VOIR AUSSI