Des bulletins de vote pour Trump ont été rejetés et sont devenus des bulletins de vote pour Biden sur le système Dominion, selon la présidente du Parti républicain de Maricopa

Par Isabel van Brugen
2 décembre 2020 18:05 Mis à jour: 2 décembre 2020 22:30

Le 30 novembre, Linda Brickman, présidente du Parti républicain du comté de Maricopa, a témoigné, devant les membres de l’assemblée législative de l’État d’Arizona, avoir personnellement observé que des votes pour le président Donald Trump avaient été comptabilisés comme des votes pour le candidat démocrate à la présidence Joe Biden lors de leur saisie dans les machines Dominion.

Linda Brickman, présidente du Parti républicain de l’un des plus grands comtés du pays et ancienne responsable du processus électoral, a présenté son témoignage dans une déclaration sous serment, sous peine de parjure. Elle a déclaré qu’elle et sa partenaire démocrate ont été témoins « plus d’une fois » que des bulletins de vote destinés à Donald Trump se sont transformés en bulletins de vote pour Joe Biden lorsque des opérateurs saisissaient dans les machines à voter Dominion des bulletins qui ne pouvaient pas être lus par les machines.

Elle a affirmé qu’elle avait ensuite été menacée par des superviseurs électoraux au centre de dépouillement et d’élection du comté de Maricopa (MCTEC) pour qu’elle taise ce dont elle avait été témoin.

« J’ai observé, avec ma partenaire démocrate, la préparation d’un nouveau bulletin de vote, car le premier était souillé ou ne passait pas dans les tabulatrices. Je lui ai lu un bulletin républicain pour Donald Trump, et dès qu’elle l’a entré dans le système, le bulletin s’est transformé à l’écran en bulletin démocrate pour Joe Biden », a déclaré Mme Brickman aux législateurs de l’État de l’Arizona du Parti républicain, lundi.

Elle a fait remarquer que lorsqu’elle a signalé le problème aux superviseurs en charge des élections, d’autres personnes présentes dans la salle ont également fait remarquer qu’elles avaient « été témoins du même type de traitement ».

« On ne nous a jamais expliqué ce qui se passait, si des mesures correctives étaient prises », a poursuivi Mme Brickman. Tout ce que je sais, c’est que le lendemain, j’ai été appelée à l’extérieur de la salle dans laquelle je travaillais pour les vérifications de signature, par un superviseur qui m’a dit : « Je comprends que vous avez causé des problèmes cette semaine et que vous pensiez que nos machines ne fonctionnaient pas correctement. »

« On m’a fait savoir à ce moment-là que je ne pouvais discuter de rien ni parler de ce qui se passait. »

« De nombreuses personnes ont été menacées », a déclaré Mme Brickman à l’audience. « On leur a dit que leurs paroles seraient étouffées, que ces personnes devraient quitter la pièce et ne plus y travailler. Je suis ici parce que je pense que c’est notre devoir de dire la vérité. »

Des supporters du président Donald Trump manifestent lors d’un rassemblement « Stop the Steal » devant le bureau du département des élections du comté de Maricopa à Phoenix, en Arizona, le 7 novembre 2020. (Mario Tama/Getty Images)

Elle a déclaré à l’audience qu’elle avait été engueulée et « réprimandée » par son superviseur, qui l’a accusée de causer des problèmes et de « soulever des choses qu'[elle] n’aurai[t] pas dû ».

Le bureau des enregistrements du comté de Maricopa et le bureau du secrétaire d’État de l’Arizona n’ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires formulées par le journal Epoch Times.

Elle a également déclaré que lors du test et de la certification des machines de vote Dominion effectués le 18 novembre, elle avait refusé d’approuver la certification du système Dominion au cours d’une réunion tenue avec la secrétaire d’État Katie Hobbs parce que les machines avaient mal fonctionné pendant le test, et qu’elles avaient été arrêtées et réinitialisées par le personnel de Dominion au lieu d’être corrigées.

Elle a affirmé qu’aucune explication n’avait été donnée sur les erreurs. « Nous pouvions voir les machines, mais nous ne pouvions pas voir ou observer le logiciel derrière la machine pour confirmer ce qui s’était réellement passé », a-t-elle ajouté.

L’équipe juridique de Donald Trump avait déjà présenté des témoignages alléguant que les résultats des élections obtenues par la société Dominion Voting Systems étaient susceptibles de faire l’objet de manipulations – une allégation que la société a démentie à plusieurs reprises.

Dans un article publié cette semaine dans le Wall Street Journal, le PDG de Dominion, John Poulos, a déclaré que les récentes plaintes contre sa société « ont nourri des actes de harcèlement à l’encontre des fonctionnaires électoraux et des employés de Dominion à travers le pays », y compris des menaces de mort.

« Les mensonges et les calomnies ne reposent sur aucun fondement, mais ils portent un réel préjudice à notre démocratie en jetant le doute sur la légitimité du processus électoral. Les fausses allégations devraient être retirées immédiatement », a-t-il déclaré.

Dominion n’a pas encore répondu à une demande de commentaires formulée par le journal Epoch Times.

Des employés du bureau de vote comptent les bulletins de vote au sein du département électoral du comté de Maricopa à Phoenix, en Arizona, le 5 novembre 2020. (Olivier Touron/AFP via Getty Images)

Lors de l’audition, Mme Brickman a également témoigné d’un certain nombre d’autres irrégularités de vote qu’elle a directement observées, notamment la dérogation constante aux normes de vérification des signatures par ses superviseurs électoraux dans le but de « progresser plus rapidement » et de traiter le nombre plus élevé de bulletins de vote par anticipation et par correspondance reçus pour l’élection du mois de novembre.

« Les normes ont été ramenées d’environ 15 points de concordance… à un minimum de trois, puis à un, et finalement à aucun », a déclaré Mme Brickman, en rappelant qu’on lui avait demandé de « simplement se contenter de laisser passer chaque vérification de signature ».

« On nous a dit : ‘Trop de refus ont déjà été enregistrés […] nous devons agir plus rapidement.’ Ce n’est pas ainsi qu’une élection doit être menée. Où se trouve l’intégrité du processus électoral ? » a contesté Mme Brickman.

La présidente du Parti républicain a également déclaré qu’elle avait observé que des signatures apposées sur des enveloppes dont le nom était complètement différent de celui de l’électeur inscrit sur la liste ont été autorisées par les superviseurs des élections.

« Les personnes qui ont signé les enveloppes n’étaient donc pas les véritables électeurs, mais elles ont été autorisées à passer avec le cachet ‘Vérifié dans le comté de Maricopa’ apposé sur l’extérieur de chaque enveloppe de déclaration sous serment », a-t-elle déclaré.

Des lots d’enveloppes portant la même écriture pour des signatures différentes ont également été remarqués, a-t-elle déclaré.

« J’ai vu au moins 30 bulletins de vote à un moment donné, signés avec la même écriture mais sous des noms d’électeurs différents », a témoigné Mme Brickman. « Lorsque j’ai demandé si le procureur du comté allait être alerté pour une éventuelle fraude, on m’a répondu que non, que les superviseurs s’en occuperaient. »

L’une des irrégularités les plus « flagrantes », selon Mme Brickman, a été le refus des votes destinés à Donald Trump comme des votes doublons ou des « sur-votes », parce que l’électeur qui avait rempli le bulletin de vote a coché la case « Trump » sur le bulletin, mais a également écrit le nom du président en dessous du nom du candidat inscrit.

« Le vote était considéré comme un sur-vote, ce qui signifie qu’aucun vote n’a été comptabilisé, bien que la politique ait été modifiée pour permettre les votes en surnombre. Les superviseurs ont contredit leur propre stratégie alors que l’intention de l’électeur était claire », a-t-elle ajouté.

« Je suis ici aujourd’hui non pas en tant que spécialiste du logiciel Dominion, mais en tant qu’électrice du comté de Maricopa qui veut entendre et dire la vérité, même si nous avons été empêchés, moi et d’autres, de parler devant vous maintenant », a déclaré Mme Brickman lors de l’audition.

« Ils devraient faire preuve d’intégrité », a-t-elle déclaré.

Focus sur la Chine – La fonction cachée du barrage des Trois-Gorges

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.