La mine d’or intérieure : « L’alchimiste à la recherche de la pierre philosophale »

Atteindre l'intérieur : ce que l'art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes
Par Eric Bess
1 décembre 2021 00:20 Mis à jour: 1 décembre 2021 00:20

Parfois, lorsque nous nous trouvons dans une situation difficile, nous ne savons pas comment nous en sortir.

Il y a quelques semaines, je parlais à une amie de certaines de mes difficultés. Elle m’a dit de rester positif et a ajouté : « Toute situation peut être transformée en or. » Les paroles de mon amie ont résonné dans ma tête et m’ont fait penser plus tard à un tableau de Joseph Wright de Derby intitulé The Alchemist in Search of the Philosopher’s Stone/L’alchimiste à la recherche de la pierre philosophale.

L’alchimiste traditionnel

Avant de discuter des paroles de mon amie et du tableau de M. Wright, il faut d’abord comprendre brièvement ce qu’est l’alchimiste traditionnel.

En Occident, l’alchimiste est souvent associé à un ermite à l’allure mystique qui tentait de transformer les métaux de base en or par le biais de processus chimiques complexes.

Cependant, l’alchimie était bien plus qu’une simple transformation des métaux de base en or. L’alchimiste spirituel, par exemple, croyait généralement que le fonctionnement du monde et de l’univers révélait la volonté du Créateur et donc le but profond de la vie humaine. Tous les événements, même ceux qui semblent difficiles, peuvent, comme les métaux communs, être transformés dans la beauté surnaturelle de l’or si tous les événements sont compris comme étant la volonté du Créateur.

Pour l’alchimiste, comprendre la volonté du Créateur pourrait révéler la pierre philosophale, une substance mystérieuse capable d’inverser le vieillissement, de prolonger la vie et même d’accorder l’immortalité. Elle pourrait également conduire à un passage du royaume humain à un royaume surnaturel.

La pierre philosophale posait de grandes difficultés aux alchimistes, car elle était presque impossible à obtenir. L’alchimiste devait rester positif et continuer à avancer malgré la tâche impossible d’obtenir la substance.

Au cours du siècle des Lumières, l’alchimie traditionnelle a été considérée comme superstitieuse et a finalement été remplacée par ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de chimie.

The Alchymist in Search of the Philosopher’s Stone 1771, par Joseph Wright de Derby. Huile sur toile, 127 cm sur 106 cm. Musée et galerie d’art de Derby, en Angleterre. (PD-US)

L’alchimiste à la recherche de la pierre philosophale

Le titre complet de la peinture de Wright est The Alchymist, in Search of the Philosopher’s Stone, Discovers Phosphorus, and prays for the successful Conclusion of his operation, as was the custom of the Ancient Chymical Astrologers, c’est-à-dire « L’alchimiste, à la recherche de la pierre philosophale, découvre le phosphore, et prie pour la réussite de son expérience, comme c’était la coutume des anciens astrologues chimistes. »

M. Wright a représenté l’alchimiste agenouillé au bas du tableau devant une fiole de phosphore. Le phosphore brille et illumine l’alchimiste et les objets autour de lui, notamment des livres avec des symboles astrologiques et un globe céleste sur une table. Le phosphore illumine également une horloge sur une colonne au fond de la pièce.

Cependant, l’alchimiste ne regarde pas le phosphore devant lui. Au contraire, il regarde vers et au-delà du globe céleste et de la lune dans le ciel. Ses sourcils relevés semblent pousser son regard encore plus loin, au-delà des limites de la composition.

L’alchimiste apparaît dans un état quasi extatique, un état de prière selon le titre complet du tableau. Un détail de The Alchymist, in Search of the Philosopher’s Stone. (PD-US)

Derrière l’alchimiste, deux apprentis se trouvent dans la composition comme points focaux secondaires. L’un est assis à une table, allume une bougie et regarde attentivement l’alchimiste, qui semble être dans un état extatique. Pourtant, le titre complet du tableau explique qu’il est en train de prier. L’autre apprenti regarde le premier apprenti et désigne l’alchimiste comme pour réitérer la signification de l’événement.

Les apprentis sont frappés par l’expression de l’alchimiste. (PD-US)

Le plafond voûté et la fenêtre, éléments architecturaux des églises médiévales, nous indiquent également qu’il s’agit d’un événement religieux et non d’un simple événement scientifique.

L’horloge et le globe captent tous deux une partie de la lumière phosphorescente. (PD-US)

La mine d’or intérieure

Peint au cours du siècle des Lumières, lorsque la science et la rationalité devenaient extrêmement populaires, The Alchymist, in Search of the Philosopher’s Stone de Wright rappelle aux scientifiques la racine de leur succès : l’ancienne croyance au divin.

L’alchimiste s’agenouille devant le phosphore, mais son regard s’étend au-delà des limites de la composition. L’alchimiste communique avec le Créateur et espère le succès de ses expériences. Les nombreuses années difficiles passées à chercher la pierre philosophale ont finalement produit quelque chose de potentiellement valable.

En d’autres termes, l’alchimiste sait que la volonté du Créateur est responsable de son succès. Ce n’est que par le biais de la volonté du Créateur que l’alchimiste pourra faire apparaître l’or.

Les deux apprentis sont éclairés par la bougie qu’ils allument. Leurs visages illuminés suggèrent également l’acquisition de connaissances. Cependant, ce n’est pas simplement la bougie qui suggère cette nouvelle connaissance, mais aussi ce qu’ils voient lorsqu’ils allument la bougie ?

Il n’est pas certain que les apprentis puissent voir le phosphore, car l’alchimiste et la table avec la nappe verte pourraient leur obstruer la vue, ce qui expliquerait également pourquoi la lumière du phosphore n’atteint pas les visages des deux apprentis alors qu’elle atteint l’horloge sur la colonne au fond.

Si les apprentis ne voient pas le phosphore, ils doivent voir l’alchimiste dans un moment d’extase. Si c’est le cas, l’apprenti qui montre l’événement réaffirme la signification des croyances divines de l’alchimiste.

Revenons maintenant à mon amie qui m’a rappelé de rester positif et m’a dit : « Toute situation peut être transformée en or. » Elle a peut-être raison. Et peut-être que, si mes pensées reflètent la volonté du Créateur, chaque situation, même celles qui semblent difficiles, peut être considérée comme faisant partie de leur source divine et dorée.

Peut-être que nos circonstances difficiles sont simplement ce que le Créateur veut et qu’elles constituent le processus nécessaire pour forger nos esprits en or. Peut-être que si nous restons positifs, recherchons l’harmonie entre le ciel et la terre et nous alignons sur la volonté du Créateur, nous découvrirons quelque chose de nouveau sur nous-mêmes. Et peut-être, juste peut-être, trouverons-nous une mine d’or en nous.

Les arts traditionnels contiennent souvent des représentations et des symboles spirituels dont la signification peut être perdue pour nos esprits modernes. Dans notre série « Atteindre l’intérieur : ce que l’art traditionnel offre comme réflexion sur nous-mêmes », nous interprétons les arts visuels d’une manière qui peut être moralement perspicace pour nous aujourd’hui. Nous ne prétendons pas fournir des réponses absolues aux questions auxquelles les générations ont été confrontées, mais nous espérons que nos questions inspireront un voyage de réflexion dans le but de devenir des êtres humains plus authentiques, plus compatissants et plus courageux.

Eric Bess est un artiste figuratif en exercice et est candidat au doctorat à l’Institut d’études doctorales en arts visuels (IDSVA).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.