La Russie emprisonne une pratiquante de Falun Gong

La Russie rejoint la Chine communiste comme le seul autre pays où un juge a condamné un citoyen à la prison simplement pour avoir médité et cherché à vivre selon les principes d’authenticité, de bonté et de patience

Par Eva Fu
6 mai 2024 15:25 Mis à jour: 6 mai 2024 18:47

Le 4 mai, un tribunal de Moscou a ordonné la mise en détention pendant deux mois d’une pratiquante de Falun Gong en raison de sa croyance, alors qu’une enquête est en cours. Il s’agit de la première condamnation de ce genre en Russie qui se rapproche de plus en plus de la Chine communiste.

Natalya Minenkova, âgée de 46 ans et arrêtée le 3 mai, sera détenue jusqu’au 27 juin en vertu d’une loi controversée interdisant de « mener toute activité liée à une organisation indésirable », a décidé le tribunal du district de Tushinsky de Moscou. La liste des « organisations indésirables » comprend, entre autres, des médias indépendants, des groupes de journalistes et des groupes de réflexion.

Dans le bref résumé de l’affaire publié par la police russe, Mme Minenkova est accusée d’avoir organisé illégalement les activités du Centre d’amélioration spirituelle et physique Falun Dafa. Ce centre ne fait pas partie des organisations répertoriées par le ministère russe de la Justice, conformément à la loi susmentionnée.

Le tribunal du district de Tushinsky de Moscou, le 4 mai 2024

L’audience a eu lieu après que la police a perquisitionné les domiciles de cinq pratiquants de cette discipline spirituelle qui fait l’objet d’une persécution brutale en Chine depuis 1999. Natalya Minenkova était l’une des quatre personnes qui ont été arrêtées. Un homme a été relâché. La police a interrogé Mme Minenkova et deux autres personnes et a maintenu Mme Minenkova en détention pendant la nuit jusqu’à sa comparution devant le tribunal le 4  mai.

« En ordonnant la détention de Mme Minenkova, la Russie rejoint la Chine communiste comme le seul autre pays où un juge a condamné un citoyen à la prison simplement pour avoir médité et cherché à vivre selon les principes d’authenticité, de bonté et de patience enseignés par le Falun Gong », a déclaré à Epoch Times Levi Browde, directeur exécutif du Centre d’information sur le Falun Dafa. « Cet acte honteux ne fait qu’éroder davantage les libertés en Russie et démontre les liens croissants et troublants de la Russie avec le régime communiste chinois. »

Le Falun Gong, appelé aussi Falun Dafa, est une méthode traditionnelle chinoise adaptée à la vie moderne et pratiquée dans le monde entier. Elle comprend cinq exercices, dont la méditation, ainsi que l’application dans la vie quotidienne des principes universels d’authenticité, de bonté et de patience. Selon différentes estimations, au début de 1999, de 70 à 100 millions de personnes pratiquaient cette discipline en Chine en lui attribuant des effets bénéfiques sur leur santé mentale et physique.

La popularité du Falun Gong, son retour aux valeurs traditionnelles et le fait que ces principes entraient en contradiction avec l’idéologie du Parti communiste ont contrarié le chef du Parti de l’époque. Voulant préserver le monopole de la pensée unique du régime, il lance en 1999 une immense campagne visant à éliminer le Falun Gong : désinformation, incitation à la haine, emprisonnements, lavage de cerveau, torture, travaux forcés et même prélèvements forcés d’organes.

« Fausse image donnée par les médias »

Les procureurs ont ouvert une enquête criminelle sur Mme Minenkova le 27 avril, une semaine avant la descente de la police, selon des documents juridiques obtenus par Epoch Times. Dans ces documents, elle est accusée d’avoir commis un « crime grave contre les fondements de l’ordre constitutionnel et de la sécurité de l’État » en référence au fait qu’elle a organisé des réunions liées au Falun Gong et a distribué de la documentation sur cette méthode.

M. Browde a souligné que de telles activités ne constituaient pas un crime.

« Tout ce que Mme Minenkova a fait est d’amener la musique des exercices méditatifs dans un parc et d’encourager les gens à faire ces exercices, ainsi que d’organiser la lecture de textes spirituels à son domicile – tout cela en tant que bénévole, car elle voulait partager avec les autres les bienfaits qu’elle a obtenus en pratiquant le Falun Gong », a-t-il indiqué. « Le Falun Gong n’est pas une ‘secte’ et Mme Minenkova n’est pas non plus une ‘dirigeante’- ces termes illustrent l’image complètement fausse qui a été donnée à cette affaire par les médias russes contrôlés par le gouvernement. »

En interrogeant l’un des deux témoins avant le procès, un enquêteur lui a demandé quelle était la taille de son groupe, quels étaient les principaux livres de Falun Gong et s’il avait participé dans des manifestations de Falun Gong à l’étranger.

Le 26 août 2023 à Paris, plus de 1400 pratiquants de Falun Gong de divers pays européens ont organisé une marche pacifique pour condamner la persécution en Chine. (Zhang Le/Epoch Times)

Les personnes qui connaissent bien Natalya Minenkova la décrivent comme gentille, toujours souriante et prête à aider les autres. Elle a arrêté de boire et de fumer après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong en 2010 après avoir constaté que la mauvaise vision de sa mère s’était améliorée depuis qu’elle pratiquait cette méthode.

L’escalade de la pression exercée par la Russie sur le Falun Gong intervient alors que Moscou se rapproche de la Chine en s’appuyant sur son soutien dans la guerre qu’elle mène en Ukraine. L’ouverture de l’enquête criminelle sur Natalya Minenkova, les perquisitions des domiciles des pratiquants, leur arrestation et l’emprisonnement de Mme Minenkova ont suivi l’annonce, faite par Vladimir Poutine le 25 avril, de son intention de se rendre en visite officielle en Chine au cours du mois de mai. Cette visite manifeste l’approfondissement du rapprochement entre les deux pays dans le cadre de leur « partenariat sans limites » annoncé trois semaines avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022.

Il convient de noter que le rapport 2023 sur les droits de l’homme du département d’État américain a déjà constaté que la Russie avait « abusé des lois antiterroristes et anti-extrémistes, ainsi que d’autres mesures » pour cibler, entre autres, l’association locale du Falun Gong et sept ONG qui lui étaient liées « sans aucune preuve crédible d’actions ou d’intentions violentes », interdisant de fait leurs activités.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT