« L’importance de voir des spectacles malgré la pandémie », explique le professeur Bricaire à l’occasion du spectacle Shen Yun

« L’importance de voir des spectacles malgré la pandémie », explique le professeur Bricaire à l’occasion du spectacle Shen Yun

Le professeur François Bricaire et sa petite-fille lors d’une représentation de Shen Yun au Palais des Congrès de Paris le 15 janvier 2022. (photo NTDTV).

16 janvier 2022

L’ancien chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, le professeur François Bricaire, était présent samedi 15 janvier pour une représentation du spectacle Shen Yun. Infectiologue de renom, membre de l’Académie nationale de médecine, le professeur Bricaire est également connu pour avoir dès 2005 publié un livre aux accents prophétiques, Pandémie : la grande menace.

Très actif dans la gestion de la crise Covid en France, le professeur considère qu’il est bon que la vie ne s’arrête pas et que les Français puissent accéder à l’art : « On en a besoin », explique-t-il. « Il est tout à fait important de sortir, de voir des spectacles malgré cette pandémie qui vient de Chine. Cette situation nous oblige à essayer de faire autre chose et les spectacles en font partie. »

Sa petite-fille, Lucie, amoureuse de ballet, a reçu les billets de Shen Yun comme cadeau de Noël. «J’ai très bien choisi, franchement j’adore, c’est super », s’exclame la petite fille, heureuse d’avoir sélectionné Shen Yun. C’est un grand-père au regard attendri qui confirme son impression devant notre journaliste : « Oui, c’est absolument magnifique, très émouvant. Je trouve cela si beau parce que le spectacle met en en avant la vraie culture chinoise et c’est avec grand plaisir d’admirer les mouvements et la coordination remarquables des danseurs. »

« C’était très émouvant », ajoute Lucie, sensible à la mission affichée du spectacle de faire revivre la culture traditionnelle chinoise. « Magnifique, magnifique ! »

« On est à la fois subjugué, on est ému et on ne se lasse pas de regarder », conclut le professeur. « On est bercé par l’ensemble des danses ». Son avis sonne presque comme une prescription médicale.