Meurtre dans un squat à Brest: trois suspects mis en examen et écroués

Par Epoch Times avec AFP
25 novembre 2022 11:46 Mis à jour: 25 novembre 2022 12:48

Deux hommes et une femme ont été mis en examen pour meurtre et incarcérés après la découverte du corps sans vie d’un homme de 37 ans lundi dans un squat à Brest, a indiqué jeudi le procureur de la République.

Présentes au moment de l’intervention des secours, ces trois personnes, une femme de 36 ans, et deux hommes de 32 et 42 ans, avaient été placées en garde à vue dans le cadre de l’enquête ouverte à la suite de la découverte du corps sans vie de la victime, a expliqué le procureur Camille Miansoni.

Présentés à un juge d’instruction mercredi en début de soirée et mises en examen du chef de « meurtre », ils ont été incarcérés, a précisé le magistrat dans un communiqué.

Les pompiers avaient été appelés lundi vers 22H30 dans un immeuble désaffecté où ils avaient découvert la victime « gisant au sol dans une mare de sang », indiquait mardi le procureur.

« Des plaies importantes et apparentes sur le crâne »

« La personne présentait des plaies importantes et apparentes sur le crâne » et n’avait pu être ranimée, précisait M. Miansoni.

« Trois personnes présentes dans une chambre voisine », dont celle qui avait appelé les secours, avaient alors été interpellées et placées en garde à vue par les policiers, expliquait alors le procureur.

D’après le magistrat, les premières conclusions d’une autopsie sur le corps de la victime réalisée mercredi, indiquent que « le décès aurait été causé par un seul coup porté sur le sommet du crâne à l’aide d’un objet contondant ».

Selon Camille Miansoni, les trois mis en examen encourent au maximum 30 ans de réclusion criminelle.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.