Les prédictions des modèles climatiques sont fausses

Par John Paul Micha
18 mai 2022 16:29 Mis à jour: 18 mai 2022 16:29

La modélisation à long terme (MLT) peut être relativement utile pour calculer l’évolution probable des systèmes qui impliquent un nombre limité de facteurs physiques. Dans ces domaines, les lois de la physique sont connues. Les ordinateurs peuvent tracer des lignes droites entre les variables bien connues, et le résultat final du calcul a toutes les chances d’être correct.

Toutefois, la MLT ne fonctionne pas bien dans les systèmes organiques complexes. La fiabilité de la prévision diminue davantage lorsque les facteurs humains y sont introduits. L’envie, la cupidité, la quête du pouvoir, le narcissisme, la manie, la dépression, les problèmes œdipiens, les comportements autodestructeurs, la peur, l’anxiété, le courage et les préoccupations liées à l’emploi compliquent la MLT dans les systèmes impliquant des facteurs humains.

Voici quelques exemples de mauvaise fiabilité de prévisions par le biais de la MLT dans les systèmes organiques :

1. Le marché boursier : Des milliers de variables affectent le marché boursier, y compris les émotions humaines. Aucun système informatique ne peut prédire de manière fiable les cours de la bourse. Le programmeur qui résoudra ce problème deviendra rapidement la personne la plus riche du monde et conservera ce statut. On vous laisse y rêver.

2. La médecine humaine : Les chercheurs de la Silicon Valley ont essayé sans succès de s’aventurer dans le domaine pharmaceutique. Il y a trop de variables inconnues. De plus, leur modèle « casser puis réparer » ne fonctionne pas avec les êtres humains. Le code de Nuremberg, les limites de l’expérimentation sur les humains, les questions de réglementation et de responsabilité ont poussé ces chercheurs à lever le drapeau blanc. La MLT ne fonctionne pas bien dans ce système organique.

3. Le climat : Même la modélisation à court terme ne fonctionne pas bien pour prédire la situation climatique locale au-delà de quelques semaines. Il est impossible de prédire la durée d’une sécheresse, les volumes de précipitations annuelles de pluie ou de neige, le rayonnement solaire ou même les températures locales mensuelles moyennes des 10 prochaines années. Le système solaire et le climat de la Terre comportent trop de variables incertaines pour permettre des prévisions. La MLT ne fonctionne pas dans ce système organique.

4. Le réchauffement climatique d’origine humaine : Les facteurs organiques solaires et terrestres affectant les fluctuations de la température dans le cadre des cycles glaciaires sont au-delà de la capacité de prédiction avec la MLT. Quand le soleil va-t-il se réchauffer ou se refroidir ? Quand commencera le prochain cycle glaciaire ? Quelles seront la température et la durée de la prochaine période glaciaire ? Quelle proportion de la Terre sera ensevelie sous la glace ? De combien baissera le niveau des océans ? La MLT ne donne aucune réponse concrète fiable à ces questions. Ce système organique comporte trop de variables qui sont inconnues, qui interagissent et qui s’autocorrigent.

Les prédictions des modèles qui annoncent un réchauffement climatique catastrophique et provoqué par l’homme sont des mythes créés par l’homme et motivés par des considérations politiques. Ce ne sont absolument pas des faits scientifiques. La MLT n’est pas capable de prédire avec précision les températures dans 50 ou 100 ans. C’est un mythe pour lequel l’homme a déjà gaspillé des milliers de milliards de dollars. Des centaines de millions, voire des milliards de personnes pourraient mourir par manque d’eau potable, d’énergie, de nourriture, de moyens de transport, d’assainissement, à la suite d’inondations incontrôlées et de maladies – et ce, à cause des mythes créés par la MLT sur la nécessité de la décarbonisation et de la désindustrialisation.

C’est vrai que chaque génération a besoin d’une « cause », d’un moyen de « rendre le monde meilleur », d’un « grand objectif ». Je suggère que cet objectif soit d’augmenter de 100 % les réserves d’eau douce dans le monde. L’eau douce potable et utilisable ne représente que 0,4 % de l’eau sur Terre. Augmenter ce chiffre de 0,4 à 0,8 % permettrait d’augmenter considérablement la croissance des plantes, l’approvisionnement en nourriture, le recyclage du CO2 en nourriture, de diminuer les maladies attribuables à l’ingestion d’eau contaminée et de créer un monde plus vert et plus heureux.

C’est un Grand Objectif qui peut être vraiment atteint et produire des avantages au niveau mondial pour les animaux, pour les plantes et pour les êtres humains.

Le Dr John Paul Micha est un oncologue à la retraite, chercheur sur le cancer et entrepreneur.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.