Une rivière russe vire au rouge sang

15 septembre 2016 09:26 Mis à jour: 16 septembre 2016 20:56

Suite à la vague de consternation déclenchée sur les médias sociaux après la diffusion de photos d’une rivière pourpre, dans le Nord de la Russie, une société minière a confirmé que le déversement de déchets métallurgiques était à l’origine de cette couleur déconcertante.

Norilsk Nickel, une entreprise basée dans la ville arctique de Norilsk, en Sibérie, est le plus grand producteur de nickel au monde. Dans un communiqué de presse, la compagnie a indiqué que la rupture d’une digue a entraîné la fuite de déchets rouges dans la rivière.

« Le 5 septembre, après de fortes pluies inhabituelles », explique Norilsk Nickel, « l’une des digues a débordé, puis l’eau s’est engouffrée dans la rivière Daldykan », avant d’ajouter que « la coloration temporaire résultant des sels ferreux ne présente aucun danger, ni pour l’homme, ni pour la faune environnante. »

Cependant, des activistes environnementaux pensent que l’entreprise n’est pas en mesure d’émettre d’hypothèses sur l’impact environnemental réel.

« Vous ne pouvez pas simplement dire comme ça que cela n’est pas important. En ce moment même, il y a une commission du ministère de l’environnement sur les lieux », a dit un représentant officiel de Greenpeace Russia, Alexei Kiselyov, à The Guardian. Il a ajouté que pendant la fuite, Norilsk Nickel s’est réservé le droit de contrôler l’accès à toute la péninsule de Taymyr, et de prévenir les enquêteurs d’investiguer le problème.

Rivière Daldykan, Russie. (Instagram)
Rivière Daldykan, Russie. (Instagram)

Des groupes représentant des populations indigènes locales ont expliqué que les organes de presses régionaux ont volontairement omis de mentionner l’incident et d’en informer le public.

« Un rapport publié peu après l’accident expliquait que la couleur de la rivière était [naturellement] due à de l’argile. C’est se moquer des gens », a rapporté Sidor Chuprin, un activiste œuvrant pour les populations indigènes locales, à The Guardian.

Il explique que les locaux pêchant en aval du cours d’eau sont directement impactés.

« Bien sûr, c’est dans leur intérêt », ajoute Chuprin, se référant à Norilsk Nickel. « Nous ne sommes pas des experts, la seule chose que nous puissions faire est de prendre une photo. »

La région de Norilsk est considérée comme l’une des zones les plus polluées du monde.

Des photos de la rivière ont été largement diffusées la semaine dernière sur Internet.

Version anglaise : River that Turned Blood Red Caused by Metal Company Spillage

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.