Saint-Nazaire : un dealer lance ses chiens sur les policiers avec l’intention de les « tuer »

Par Christine Modock
14 janvier 2022
Mis à jour: 14 janvier 2022

Un homme de 23 ans a été condamné jeudi 13 janvier 2022 pour violences sur des policiers à Saint-Nazaire. Les policiers, en cours de contrôle, se sont retrouvés face à deux molosses, des Staffordshire terrier, sans muselière, volontairement excités par leur maître qui leur criait « d’attaquer » et « de tuer » les policiers.

Cet homme avait refusé d’être contrôlé par la police anticriminalité qui patrouillait dans le quartier sensible du Petit caporal, un lieu réputé pour le trafic de stupéfiant. L’individu ayant déclaré : « Personne ne me contrôle ici ».

18 mois de prison dont 6 avec sursis 

Le prévenu est un consommateur de drogue et est connu pour de multiples méfaits ayant entraîné des infractions. De nationalité portugaise, l’homme a expliqué pendant son audition : « La drogue, c’est pour ma consommation. Je fume depuis que j’ai 9 ans, je suis père de famille. L’argent, c’est pour faire des cadeaux à mes enfants », rapporte le journal L’Écho de la Presqu’Île.

Son intention à l’égard des policiers a été jugée criminelle par le tribunal, car il a appelé les chiens à agresser les forces de l’ordre en criant « de les tuer ».

Son avocat a prétendu que les chiens ont été appelés « pas pour blesser les policiers, mais pour leur faire peur », explique le journal.

« Ces chiens ont été utilisés comme des armes », affirme le procureur Jean-François Héry, qui requiert 18 mois de prison, dont six avec sursis.

« Cette affaire illustre bien la situation de certaines cités de Saint-Nazaire, avec des zones non-droit », poursuit le procureur. On imagine la souffrance des habitants de ces quartiers quand on mesure la difficulté avec laquelle les policiers doivent faire leur métier.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ