Un hôpital chinois reçoit une simple tape sur les doigts pour avoir profité de la médecine traditionnelle chinoise en contrefaçon

Un hôpital public de la province du Shandong, en Chine, a récemment reçu une petite amende de la part de responsables locaux de l’alimentation et des médicaments pour avoir vendu de faux médicaments, la punition suscitant des critiques de la part du public comme étant insuffisante.

Dazhong Net, un site d’information géré par l’État, a rapporté le 11 août que l’Hôpital populaire du district de Chengyang de Qingdao City a été condamné à une amende de 692,5 ¥ (environ 88 €) pour avoir vendu de faux écorces d’agrumes séchés, un type de médecine traditionnelle chinoise couramment utilisé pour soulager la toux et les mucosités.

Comme le produit était épuisé, les autorités ont confisqué les 167,50 ¥ (21,46 €) que l’hôpital a reçus de la vente de l’article. Puis, les autorités ont infligé une amende de 525 ¥ (67,30 €), selon un avis publié le 20 juin par la Qingdao City Food and Drug Administration.

La punition laxiste a attiré l’attention des médias et des internautes.

« Pourquoi n’y a-t-il qu’une amende ? Pourquoi n’y a-t-il pas de sanctions pour les personnes qui ont été impliquées [dans le stratagème], et une enquête plus approfondie sur les canaux par lesquels l’hôpital a acquis le [faux médicament] ? Pourquoi n’est-il condamné qu’à une amende de 600 ¥ (77 €) ? » Un autre a dit : « Le faux médicament a été vendu. Les distributeurs et les fabricants ne seront pas punis ? »

« On semble dire aux hôpitaux : vous pouvez continuer à le faire. C’est correct », a commenté un autre.

D’autres problèmes de sécurité médicale en Chine sont apparus récemment.

Le mois dernier, des vaccins périmés et défectueux fabriqués par plusieurs sociétés pharmaceutiques chinoises ont été distribués et utilisés pour vacciner des enfants, malgré la connaissance du gouvernement sur la situation. À la suite d’une forte pression publique, les autorités chinoises ont arrêté des dirigeants de l’un des principaux fabricants de vaccins touchés, Changsheng Bio-technologie de Changchun ; les autres entreprises liées aux problèmes de vaccins n’ont pas été pénalisées. Pendant ce temps, les enfants victimes et leurs parents sont harcelés ou réduits au silence par les autorités chinoises pour avoir présenté des pétitions.

Luo Tingting de NTD Television a contribué à ce rapport.

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

À l’est des montagnes de l’Himalaya, le royaume du Bhoutan
revendique le titre de « pays le plus heureux du monde »

 
VOIR AUSSI