Un homme britannique vit hors des sentiers battus sur une île flottante fabriquée à partir de 150 000 bouteilles en plastique

Tout a commencé avec quelques bouteilles en plastique et un homme nommé Richart Sowa au large de Cancun, au Mexique.

Depuis deux décennies, Richart Sowa, un artiste anglais, travaille sur un projet visant à trouver une utilisation pour les déchets plastiques. Sa solution ingénieuse consiste en une île – une île flottante – construite à partir d’un mélange de divers déchets et de matières biologiques vivantes. En les mettant à profit et en utilisant efficacement leurs propriétés particulières, l’île offre une solution écologique à certains des problèmes de pollution dans le monde.

En plus de cela, il vit pratiquement hors des sentiers battus dans ce que l’on pourrait qualifier de paradis.

L’île, surnommée l’île Joyxee, était attachée à Isla Mujeres, à quelques kilomètres du continent. Des bouteilles en plastique remplies d’air, au nombre d’environ 150 000, selon Richart Sowa, sont contenues dans des filets et constituent la couche inférieure du port flottant. Leur flottabilité est ce qui élève l’île au-dessus des vagues. Ils sont recouverts de palettes de bois, de contreplaqué, de sable et de terre. Les palétuviers et les plantes fournissent de l’ombre en haut tout en étendant leurs racines en bas, tissant et liant les couches de bois et de plastique, maintenant littéralement l’île ensemble.

Le projet est conçu comme un écosystème autosuffisant. L’île grandit comme un organisme. Richart accumule les nouveaux déchets dans des sacs, qui sont empilés sur les vieux déchets et recouverts de terre comme des « lasagnes », comme le dit Richart dans une visite vidéo.

L’habitat flottant a commencé en 2008 sous la forme d’un humble radeau recouvert de feuillage en remplacement de l’ancienne île de Richart Sowa, Spiral Island, détruite par l’ouragan Emily en 2005. Depuis, Joyxee a été aménagée d’une maison de trois étages de 70 m², avec climatiseur, toilettes, appareils ménagers, douche et Internet. L’île est alimentée par des panneaux solaires. Dans le jardin, Richart cultive des produits agricoles et des herbes.

Il croit qu’il est possible à terme de générer une climatisation gratuite, refroidie à l’eau, à partir des vagues, qui sera canalisée à travers des tubes faits de bouteilles en plastique. Il a déjà construit un four solaire.

Aussi ingénieux que cela puisse paraître, Richart a rêvé d’atteindre des sommets encore plus élevés. À l’aide de voiles, d’un gouvernail/hélice en Y et de pinces à bec pointu, Richart a imaginé une île mobile qui peut naviguer en haute mer. Plus fantastiquement, Richart décrit quelque chose de si farfelu que cela ressemble à de la science-fiction :

« Quand on a une île flottante, on crée son propre microclimat », explique Richart. « Et, vous disposez de la lumière du soleil, et vous mettez au milieu de l’île une grande antenne parabolique avec des miroirs, vous pouvez focaliser le soleil pour faire un point chaud au milieu de l’île, et créer votre propre tornade (…) et vous pouvez même permettre à l’île de voler comme cela. »

Richart envisage des îles couvertes de plantes qui volent autour de la planète, à différents niveaux. « Tout est possible », ajoute-t-il.

Au cours des derniers mois, l’île a subi d’autres dommages causés par une tempête, mais Richart est déterminé à maintenir le projet à flot. Il prévoit non seulement de réparer l’île, mais aussi de l’agrandir et d’en créer d’autres. Actuellement, un groupe écologique l’a invité à Bali pour y construire trois autres paradis de bouteilles en plastique flottants.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et faites-nous part de vos commentaires.

 
VOIR AUSSI