Une femme qui a perdu ses bras et ses jambes après une morsure de chien sensibilise les gens sur la septicémie

Une Canadienne qui a perdu trois membres à cause d’une septicémie causée par une morsure de chien raconte maintenant son histoire dans l’espoir de sensibiliser la population à cette maladie.

En 2013, Christine Caron avait 49 ans lorsque son petit shih tzu, nommé Buster, lui a accidentellement fait une petite morsure.

« Même pas une grosse morsure », a dit Mme Caron aux nouvelles télévisées du Canada, CTV News. « Mais je n’avais pas réalisé que mon système immunitaire était déjà compromis et j’ai fait un choc septique. »

L’agence de presse Caters a rapporté qu’après la morsure, Mme Caron a commencé à se sentir malade et à vomir.

« Trois jours après la morsure du chien, j’ai commencé à avoir quelques étourdissements et je me suis sentie plus mal à partir de là », a-t-elle dit au Daily Mail.

Une semaine plus tard, elle était à l’hôpital dans le coma.

Amputée des bras et des jambes

Trois semaines plus tard, la mère de quatre enfants d’Ottawa s’est réveillée d’un coma, pour découvrir qu’elle souffrait d’une septicémie.

« La prochaine chose que j’ai su, c’est que j’étais à l’hôpital et que je me réveillais d’un coma artificiel provoqué le 13 juin », a déclaré Mme Caron à l’agence de presse Caters. « C’est à ce moment-là qu’on m’a dit que j’avais contracté une septicémie et que le seul moyen de me sauver, c’était de m’amputer les bras et les jambes. »

La septicémie a d’abord touché les quatre membres de Mme Caron. Cependant, après avoir recouvré la circulation dans son bras droit, on lui a dit qu’elle pourrait continuer à l’utiliser.

« On m’avait d’abord dit qu’il faudrait m’amputer les quatre membres, mais par miracle, la circulation est revenue dans mon bras droit », a-t-elle dit au Daily Mail, ajoutant : « Cela m’a donné la petite lueur d’espoir dont j’avais tant besoin pour survivre. »

Elle a dit à CTV que le fait de savoir qu’elle devait être là pour ses enfants est ce qui l’a maintenue en vie.

« J’ai dû prendre des décisions, aller de l’avant et changer mon point de vue sur la vie », a-t-elle déclaré à la chaîne d’information.

Depuis, Mme Caron a subi plusieurs autres interventions chirurgicales et a appris à fonctionner à l’aide de jambes artificielles.

« Au fil des ans, j’ai travaillé à redevenir active après avoir été arrêtée par les conséquences mentales de la chirurgie. Maintenant j’ai même un bras de yogi – ce qui aide énormément ma santé mentale », a-t-elle dit à l’agence de presse Caters.

« Aucun soutien »

Mme Caron a dit à la Société Radio-Canada qu’en 2013, qu’il n’existait aucun soutien pour les victimes de septicémie.

« J’ai quitté l’hôpital en apprenant qu’il n’y avait pas d’information, que vous devrez faire des recherches quand vous sortirez, qu’il n’y avait pas de soutien après l’hospitalisation », a dit Mme Caron à la CBC.

« Apparemment, certains patients ont constitué des groupes de soutien », a-t-elle ajouté. « C’est ce qu’on m’a dit en quittant l’hôpital. »

Depuis lors, Mme Caron travaille à sensibiliser les gens à la septicémie et à offrir du soutien aux personnes qui ont souffert comme elle.

« C’est réconfortant de savoir que vous n’êtes pas la seule à souffrir de ce genre de maladie », a déclaré Mme Caron à la CBC.

Mme Caron a créé une page Facebook @christinecaronsmiles où elle a écrit en 2016 : « Comme la plupart d’entre vous le savent, en mai 2013, on m’a surnommée la ‘dame à la morsure de chien’ après avoir subi les effets dévastateurs de la septicémie sur ma vie. Je me suis concentrée sur mon rétablissement, mes enfants, l’avenir et tout ce que la vie a à offrir. »

Elle a continué : « Je suis une survivante de la septicémie et je reprends ma vie en main ! Si mon histoire aide une personne à sortir de l’obscurité, à entrer dans la lumière, si mon histoire sensibilise et aide à sauver ne serait-ce qu’une personne de septicémie, alors ma vie en aura valu la peine. »

Elle affiche régulièrement sur la page, y compris des photos et des mises à jour sur son état.

Mme Caron a écrit le 14 février : « Saviez-vous que la septicémie est la première cause évitable de décès au Canada ?! J’ai survécu à la septicémie, mais le combat n’est pas terminé ! ✊❤️ »

Mme Caron a dit à CTV qu’elle espère que son histoire pourra aider les autres à persévérer malgré les difficultés.

« Il y a un moyen. Il y a toujours une lumière. Il suffit de la trouver », a déclaré Mme Caron à la chaîne de télévision.

Qu’est-ce que le sepsis ?

Selon les Centers for Disease Control and Prevention des maladies (CDC), la septicémie est la réaction extrême de l’organisme à une infection.

La septicémie survient lorsqu’une infection déclenche une réaction en chaîne dans tout l’organisme, entraînant potentiellement des lésions tissulaires rapides, une défaillance des organes et la mort.

Selon l’Institut Pasteur, chaque année, 30 000 Français décèdent du sepsis.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

 
VOIR AUSSI