Une jeune femme de 22 ans élève sa demi-sœur adolescente après le décès de ses parents : « Elle est comme ma fille »

"J'adore ma vie avec elle. J'ai tellement hâte de voir ce que l'avenir lui réserve."
Par Louise Bevan
31 mars 2022 19:39 Mis à jour: 31 mars 2022 19:39

Une étudiante de 22 ans, qui a demandé la tutelle de sa demi-sœur de 16 ans après le décès de la mère de l’adolescente, affirme que donner à sa sœur la chance de vivre pleinement son adolescence vaut le sacrifice.

Hunter Nelson, originaire de Caroline du Nord, vit désormais dans le Kentucky avec Gracie Nelson, une lycéenne de seconde. Le père des demi-sœurs est décédé en octobre 2015, et la maman de Gracie est morte en mai 2021.

« Je savais qu’elle rencontrait déjà des difficultés dans sa vie à la maison », explique Hunter, qui poursuit des études de professeure des écoles, à Epoch Times. « J’ai ressenti le besoin de faire tout mon possible pour que la vie de Gracie soit aussi normale que possible après la disparition de sa maman. »

« Je ne voulais pas qu’elle prenne des décisions d’adulte si jeune, et j’avais vraiment le sentiment que personne dans la famille de sa mère ne pouvait rendre cela possible. »

Le père des filles, et la mère de Gracie, étaient tous deux alcooliques. Selon Hunter, c’est leur dépendance à l’alcool qui a fini par les tuer. « Notre père avait également de nombreux autres problèmes de santé, dont une forme de cancer. »

Hunter reconnait n’avoir pas vraiment pris conscience, au moment où elle a demandé la tutelle de sa sœur , du nombre de difficultés auxquelles elle serait confrontée, notamment les défis émotionnels qu’elle aurait à relever.

« J’aime ma vie avec elle, et je l’aime comme une sœur et comme si elle était mon propre enfant. Mais parfois, je fais le deuil de la vie que je ne pourrais jamais avoir et de ce qu’aurait pu être ma vie de jeune fille. »

Hunter tenant Gracie dans ses bras lorsqu’elle était bébé. (Avec l’aimable autorisation de Hunter Nelson)
Hunter avec sa petite sœur Gracie et leur papa. (Avec l’aimable autorisation de Hunter Nelson)

Hunter vivait à cinq heures de distance de sa demi-sœur depuis leur enfance. Elles adoraient passer les vacances ensemble, mais quand Hunter est entrée dans l’adolescence, elles se sont éloignées.

Tout a changé quand elles ont perdu leurs parents. Gracie a emménagé chez sa grande sœur le mois même où sa mère est morte. Pour témoigner de ce changement majeur dans leur vie commune, Hunter a commencé à raconter sa vie et celle de Gracie sur TikTok dans une série de vidéos désormais virales. Elle assure que leur lien est unique.

« Je la protège comme une mère, et je la soutiens émotionnellement comme une sœur. Elle est d’accord pour dire qu’elle me soutient comme une sœur et qu’elle me considère comme sa tutrice, et je trouve cela adorable », explique Hunter.

Au cours d’une journée typique, Hunter se lève tôt et prépare le petit-déjeuner de Gracie avant de la déposer à l’école à 8 heures. Puis elle va à l’université, qui se trouve à une heure de route. Gracie joue au basket et s’entraîne comme pom-pom girl quasiment tous les jours.

« Si c’est un jour de match, après l’école, je prépare le dîner, elle se change, nous mangeons, puis nous partons pour le match. Les jours d’entraînement, je la dépose, je prépare le dîner, je la récupère, puis nous dînons. Lorsque tout se termine, nous pouvons aller dormir ! »

Gracie avec sa maman. (Avec l’aimable autorisation de Hunter Nelson)

Hunter bénéficie du soutien inestimable de son petit-ami, de sa meilleure amie et de sa mère, mais elle admet qu’il n’est pas facile d’être la tutrice de Gracie. Elle a établi des règles pour leur faciliter la vie : elles échangent leurs emplois du temps tous les jours, aucune ne peut faire de projets de dernière minute avant la fin de la saison des pom-pom girls de Gracie et du semestre universitaire de Hunter, et tout changement doit être envisagé au moins un jour à l’avance, sauf urgence.

Un des plus grands défis auxquels Hunter a été confrontée est d’être prise au sérieux, mais pas par Gracie. Elle a dû « envoyer des courriels et faire preuve d’assurance » auprès du personnel scolaire de l’école de Gracie et estime que la situation s’est améliorée, mais que les gens sont toujours surpris par le rôle qu’elle a choisi.

« Leurs premiers mots sont généralement : ‘Oh ! Wow' », explique Hunter. « Ensuite, ils demandent généralement comment j’ai fait ça, et me racontent une histoire similaire dont ils ont entendu parler. »

À court terme, Hunter et Gracie aiment leur vie commune, et Hunter est fière de voir sa petite sœur s’épanouir. Pendant l’été, elles aiment faire des randonnées, aller à la plage et essayer de nouveaux restaurants ensemble. Lorsqu’il fait plus froid, elles regardent des films et font les boutiques ensemble.

Gracie, Hunter, et leur petite sœur. (Avec l’aimable autorisation de Hunter Nelson)

Sur le long terme, elles ont commencé à planifier les années d’université de Gracie. Une fois que Hunter aura obtenu son diplôme, elle prévoit de travailler dans leur ville natale jusqu’à ce que Gracie obtienne son diplôme d’études secondaires, après quoi elles déménageront dans une ville plus grande.

« Je suis tellement heureuse que Gracie vive avec moi, même si cela peut être difficile par moments. Je suis également heureuse qu’elle soit en si bonne santé, physiquement et émotionnellement, dans ma maison. J’ai tellement hâte de voir ce que l’avenir lui réserve. »

Gracie a récemment obtenu son permis de conduire. Hunter espère illustrer le parcours de sa sœur comme leur « nouvelle aventure » commune.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.