La Chine se donne pour limite la fin de l’année pour restructurer son armée

14 décembre 2015 10:44 Mis à jour: 13 décembre 2015 18:46

Une réforme majeure de la structure de commandement de l’Armée chinoise de Libération du Peuple (ALP) est à venir d’ici la fin 2015, ont déclaré des sources inconnues au South China Morning Post, basé à Hong Kong. La réforme, connue pour avoir fait l’objet de travaux depuis plusieurs mois, a pour but d’orienter l’ALP vers une force plus professionnelle sur le modèle des armées occidentales, tout en maintenant et consolidant en même temps le contrôle politique central du Parti Communiste.

Ces changements institutionnels, mis en place alors que le dirigeant chinois Xi Jinping renforce son autorité personnelle, représentent la dernière étape de la dynamique d’une Armée du Parti souvent turbulente.

La restructuration implique des changements dans le personnel, diminue la taille des forces et met en lumière les rôles importants des forces aériennes et navales de l’ALP, qui, historiquement, ont du retard par rapport aux forces au sol.

Deux sources ont déclaré au South China Morning Post que les régions militaires « obsolètes » seraient remplacées par cinq commandements régionaux—Nord, Sud, Est, Ouest et une zone de combat centrale, qui, selon une des sources, serait probablement située à Pékin.

« Il est probable que le bureau principal de la zone de combat central soit situé à Pékin, parce que la capitale est aussi le centre nerveux militaire et administratif de Chine » a déclaré la source.

Dans un commentaire récemment publié dans une revue de l’ALP, le système des sept commandements existants a été critiqué et désigné comme dépassé. Il serait trop centralisé et constituerait un défi au contrôle du Parti. Selon la nouvelle configuration, la Commission Militaire Centrale, l’agence par laquelle le Parti Communiste contrôle l’armée chinoise, exercerait une autorité plus directe. De nouvelles commissions et départements ont déjà été créés dans ce but, a affirmé le South China Morning Post.

Historiquement, le Parti et l’ALP ont eu des relations compliquées, parfois coupe-gorge, du fait de la demande de la domination politique du premier sur le second. Le fondateur de l’État communiste, Mao Tsé-toung, connu pour avoir déclaré que le « Parti contrôle le fusil » a purgé en de multiples reprises les forces armées, y compris des officiers ayant suivi ses anciennes directives.

Plus tard, sous la gouvernance de l’ancien dirigeant du Parti, Jiang Zemin, l’ALP et son personnel se sont engagés dans une corruption massive alors que des généraux comme Xu Caihou et Guo Boxiong, qui ont des allégeances personnelles envers Jiang Zemin, ont abusé de leur pouvoir. Depuis deux années et l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir, ces derniers et d’autres officiers ont fait l’objet de purges massives.

Cependant, la réforme de Xi implique aussi probablement des liens personnels avec la restructuration. En octobre, des sources ont déclaré au South China Morning Post, que le général Zhang Youxia, allié du dirigeant, était un candidat probable à la vice-présidence de la Commission Militaire Centrale. Les pères de Xi et de Zhang étaient des officiers camarades au sein des forces communistes lors de la guerre civile qui a mené le Parti au pouvoir dans les années 1940.

Version anglaise disponible à: China Sets End-of-Year Deadline for Military Restructuring

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.