« Le Qatar achète nos élites et arrose les politiques » selon Alexandre Del Valle

Malgré le soutien majeur qu’il apporte au Hamas, le Qatar n’est que peu ou pas cité dans le rôle qu’il a pu jouer dans les attaques contre Israël

Par David Vives
14 octobre 2023 12:29 Mis à jour: 15 novembre 2023 05:44

Les États-Unis et l’Allemagne se réjouissent de la proposition du Qatar de négocier avec le Hamas pour un éventuel sauvetage des otages israéliens. Le Qatar, qui soutient financièrement le Hamas parmi d’autres filiales du terrorisme islamiste ; le Qatar, qui héberge ouvertement les chefs du Hamas ; le Qatar, peu frugal dans ses dépenses et achats en France depuis qu’il a bénéficié d’avantages fiscaux sous l’ère Sarkozy.

Alexandre Del Valle, expert en terrorisme islamiste et auteur de l’ouvrage à paraître Vers un choc global ? La mondialisation dangereuse, revient sur les clés à comprendre dans la participation de cet État dans le conflit actuel.

David Vives : Le Qatar est connu pour son accueil des dirigeants du Hamas. Peu de médias et d’élus ont pour l’instant souligné le soutien du pays à la mouvance islamiste radicale. De quoi parle-t-on ?

Alexandre Del Valle : Deux grands leaders du Hamas sont réfugiés au Qatar : Ismaël Haniyeh et Khaled Mechaal. Tous deux ont fait des déclarations pour continuer le Jihad contre les Israéliens à partir de Doha. Quand on accueille deux dirigeants du Hamas sur son sol, libres, financés, largement payés, que ceux-ci peuvent faire des déclarations invitant le monde entier et les musulmans du monde entier à aller se sacrifier et mourir en martyr contre des Juifs en Israël, alors on est responsable du financement de ces mouvements islamistes.

Le Qatar est un pays qui est très lié aux Talibans, qui était très lié à Al-Qaeda, notamment pour la branche syrienne. C’est un sponsor majeur, politique, idéologique et financier des Frères musulmans dont le Hamas est une branche locale.

J’ai balayé les médias ces jours-ci, aucun ne parle du financement iranien à hauteur de 100 millions par an, c’est comme de la désinformation. L’Iran finance le Hamas, et encore plus encore le Hezbollah et le jihad islamique.

Je ne tiens pas particulièrement à défendre l’Iran. Il est compréhensible que l’on pointe du doigt l’Iran mais les Américains eux-mêmes, qui ne sont pas spécialement pro-Iraniens, ont précisé que rien ne prouve que l’Iran a opérationnellement favorisé et préparé les attaques du 7 octobre. Par contre, ce que l’on constate, c’est une hybridation de plus en plus évidente entre le Hamas et quelque chose qui ressemble à des franchises de Daesh en territoire palestinien, ce qui est assez nouveau et assez surprenant.

Le Qatar compte plusieurs émirs milliardaires dont certains affichent ouvertement un soutien au Hamas. Comment évalue-t-on le soutien financier du Qatar ? 

Ce qui est certain, c’est que le Qatar donne 22 à 23 millions d’euros chaque mois pour payer les 20 à 30.000 fonctionnaires du Hamas qui gèrent la bande de Gaza. C’est un financement officiel. Deuxièmement, il y a du financement qatari en faveur de Gaza qui passe par l’autorité palestinienne, il faudrait donc rajouter des millions.

Pour finir, on sait très bien qu’il est possible qu’il y ait des millions déversés de manière plus discrète. On a déjà surpris il y a quelque temps un “ambassadeur” du Qatar à Gaza, avec 15 millions de dollars en liquide dans une valise. L’argent allait directement au siège du Hamas.

Le financement du Qatar est en partie officiel. Il y a probablement beaucoup plus, certains disent 10 fois plus de financement que ce qui est déclaré officiellement, qui est payé en liquide par des voies diverses du Qatar vers le Hamas.

La Maison Blanche a accepté cette semaine la proposition de médiation du Qatar pour le sauvetage d’otages israéliens. L’émir Tamim ben Hamad Al Thani, soutien ouvert du Hamas, a même été reçu par le chancelier allemand. 

Il y a des bases américaines au Qatar. Il y a une volonté américaine de faire du Qatar un pays comme l’Azerbaïdjan — pays dont les dirigeants ont récemment ordonné le massacre d’Arméniens, et qui est une dictature encore plus claire que la dictature russe.

Et ces pays charmants sont aujourd’hui courtisés par l’Occident, qui veut remplacer le « méchant » gaz russe par du soi-disant « bon » gaz azeri et qatari. Permettez-moi de douter sur le bien-fondé et la justesse de la chose. Le Qatar est-il plus respectable que la Russie ? Un pays qui finance la plupart des mouvances islamistes depuis des années, tout en disant qu’il va nous aider à libérer les otages. Je ne veux pas être caricatural mais cela nous fait penser à des mafieux : ils viennent vous protéger si vous leur donnez une rançon… pour vous protéger contre eux-mêmes.

Olaf Scholz a dit qu’il faut criminaliser certaines organisations des Frères musulmans qui soutiennent le Hamas en Europe. Mais il dit par contre qu’il faut garder des bonnes relations avec le Qatar, qui va nous aider à trouver des intermédiaires et à libérer les otages. On croit rêver !

Il y a également le financement apporté par les institutions européennes, notamment ce cas d’une université islamique de Gaza, financée à hauteur de 1,7 million d’euros depuis 2014 jusqu’en 2025. Elle aurait formé un dirigeant du Hamas responsable des attaques, les contenus et les enseignements dispensés soutiennent le Jihad…

Cela va très loin. M. Brice Hortefeux l’a évoqué il y a quelques jours. Ce que j’aurais aimé, c’est que M. Brice Hortefeux se souvienne du gouvernement Sarkozy qui était pieds et poings liés avec le Qatar, avec d’importants accords fiscaux signés.

Si vous, vous achetez un immeuble ou une maison, vous êtes taxé, mais pas les Qataris. C’est absolument incroyable. La complaisance du gouvernement Sarkozy et Fillon avec le Qatar est absolument incroyable, et jusqu’à aujourd’hui, les gens qui sont héritiers de ce gouvernement sont très bons quand il faut critiquer les financements de l’Union européenne.

Bravo à M. Brice Hortefeux qui questionne ce financement européen aux Palestiniens, puisqu’une partie de l’argent passe par l’ONU en transitant par l’UNRWA, une organisation qui collecte l’argent pour aider la population palestinienne à des fins humanitaires. En général, une partie de cet argent de l’Union européenne — premier contributeur de la cause palestinienne, une partie de cet argent se retrouve dans les caisses du Hamas.

Ce n’est pas juste l’université dont vous parlez. On a une partie des fonds globaux donnés aux Palestiniens qui atterrissent à Gaza. Il faut parler avec des enquêteurs qui sont allés à Gaza et qui ont vu des palaces construits flamboyant neufs avec des fonds européens. L’Union européenne ne vérifie rien.

L’Europe a décidé de suspendre l’aide apportée aux Palestiniens avant de revenir sur cette décision après des pressions politiques des États membres. Elle est le premier financeur de la Palestine et assure que ses fonds ne sont pas utilisés par le Hamas — ce qui ne l’a pas empêché de déclarer une revue d’urgence de ses attributions financières pour quand même « vérifier ».

C’est comme l’affaire du foulard. Rappelez-vous des organisations radicales turques liées au Milli Gorus et aux Frères musulmans européens, notamment l’Union des organisations islamiques en France (UOIF), devenus Musulmans de France. Rappelez-vous l’affaire du foulard. L’Union européenne et le Conseil de l’Europe, les deux, ont cofinancé au nom de l’antiracisme des campagnes pro-foulards islamiques organisées et payées par nos fonds européens. On a payé des organisations proches des Frères musulmans qui se sont fait passer pour des antiracistes. Donc vous voyez le degré d’infiltration de l’Europe par les Frères musulmans qui ont réussi à chapeauter à peu près un tiers du réseau de représentation des musulmans, mosquées, centres islamiques, écoles, associations antiracistes islamiques qui luttent contre l’islamophobie.

Ceci doit cesser. Il est absolument indécent que des fonds de l’Europe libérale, qui est de plus en plus wokiste, financent l’inverse de toutes ces valeurs libérales avec cette idéologie de la Charia. C’est complètement ubuesque. Donc il est temps de sortir de ses contradictions. L’Europe est vraiment infiltrée jusqu’au bout des ongles par le tissu associatif frériste des Frères musulmans, à travers le Qatar.

C’est l’un des sujets de mon prochain livre, qui sera publié le 25 octobre, Vers un choc global ? La mondialisation dangereuse

Pourquoi la France se montre-t-elle si complaisante avec le Qatar ? Les relations avec ce pays sont-elles d’une importance stratégique pour notre pays ?

La vraie raison, ce n’est pas une dépendance structurelle de notre pays ou de l’Europe qui s’écroulait sans l’argent du Qatar. Ce que je vais dire est horrible et cynique, mais la vraie raison de l’influence du Qatar, c’est qu’il a acheté de nombreuses élites, c’est comme la « Caviar connection » de l’Azerbaïdjan. Il y a énormément d’intellectuels et de journalistes qui travaillent officiellement pour l’image de l’Azerbaïdjan. Pour le Qatar, c’est pareil.

Ces pays ont acheté des élites, ils ont acheté des partis politiques littéralement, officieusement. Ils ont aidé des partis politiques à arriver au pouvoir, ils ont arrosé des anciens Premiers ministres, des anciens ministres, des anciens présidents, ils ont même parfois arrosé des ministres en exercice.

J’ai eu une rencontre un jour avec le numéro 2 dans l’ambassade du Qatar à Paris. Il n’était pas content car j’avais malmené son pays en disant dans une émission d’Ardisson que le Qatar accueillait certains terroristes du Hamas mais aussi proches d’Al Qaeda, des Talibans. J’ai donné des noms.

Je lui ai dit : « Est-ce vrai ou faux ? » Il a répondu : « C’est vrai, mais ce n’est pas parce qu’on soutient leur cause, c’est pour pouvoir ensuite vous aider à négocier, parce que nous le Qatar, on est le pays de la paix. On pense que les islamistes doivent être représentés, c’est le meilleur moyen qu’ils arrêtent d’être jihadistes, donc quand on les accueille chez nous, ce n’est pas pour cautionner leur combat, c’est au titre de l’hospitalité bédouine, qui ensuite nous permet d’avoir des contacts avec tout le monde et qui nous permet de négocier la libération des otages. Vous devriez être contents que l’on soit là, le fait que l’on soit très lié à ces islamistes radicaux. »

Et enfin, il m’a donné une dizaine de noms de députés et de politiques français en disant : « Je ne comprends pas, vos députés apparemment ne sont pas très bien payés, parce qu’ils sont tous venus nous taper au portefeuille, ils sont tous venus nous demander des fonds ». Certains, c’était pour du business, des cabinets d’avocats qui faisaient des actions au Qatar. Je ne donnerai pas de noms mais des anciens ministres français ont même créé des structures là-bas, (…) pour d’autres c’était beaucoup plus trivial, c’est passé par des valises diplomatiques.

Cela n’est pas sans évoquer l’ex vice-présidente du Parlement européen Eva Kaili interpellée avec une valise d’argent provenant du Qatar en décembre 2022…

Vous savez que l’on peut passer la frontière avec 10.000 euros moins 1. On a le droit jusqu’à un peu moins de 10.000 euros en passant les frontières. Même si on est fouillé, c’est légal.

Le Qatar a acheté plein de politiques qui fréquentent des patrons qui gagnent 100.000 euros par mois. Mais eux, les pauvres, ils n’ont qu’entre 15 et 20.000 euros par mois. Donc ces pauvres politiques sont souvent très frustrés de ne pas gagner autant d’argent que les milliardaires qu’ils fréquentent. Alors ils essaient d’assumer un niveau de vie décent selon eux.

Le Qatar a simplement acheté des politicards de petits niveaux et de moyens niveaux. C’est ça la vraie raison de l’impunité du Qatar. Sans compter que le Qatar, au niveau stratégique, est l’allié majeur des Américains dans les pays du Golfe.

Est-ce que, pour vous, on peut dire qu’on est finalement les complices indirects du financement du Hamas ? 

Nous sommes les complices directs du financement du Hamas. Il faut savoir que beaucoup d’études ont été faites par les organisations juives, argentines et américaines depuis des années à la suite d’attentats sunnites d’Al Qaïda ou du Hezbollah en Argentine et d’Al Qaïda et Daesh sur le sol américain. On sait qu’aujourd’hui, l’une des grandes centrales islamistes djihadistes qui est active sur le sol américain, c’est le Hamas.

Il faut savoir que le Conseil des Relations américano‑islamiques est un grand lobby islamique. Il est structurellement lié aux Frères musulmans de Palestine — les Frères musulmans ont plusieurs branches, dont certains ont des représentants officiels sur le sol américain. Il y a donc des collectes d’argent au nom de l’humanitaire sur le sol américain qui arrivent directement dans les caisses du Hamas.

C’est complètement fou, tout cela est toléré parce que derrière le Hamas, il y a les réseaux diplomatiques financiers et de corruption du Qatar qui ont acheté en Amérique de chers universitaires qui financent leur think tank qui promeuvent l’idée que les Frères musulmans seraient l’islam du juste milieu, un islam conservateur qui permettrait de couper l’herbe sous le pied des djihadistes. Vous savez, le grand argument des Frères musulmans, c’est de dire, nous sommes la matrice de l’islamisme radical, donc nous sommes les plus en mesure de les freiner.

C’est un peu gros parce qu’ils disent cela, mais en même temps ils financent quand même ceux qui font des actions violentes. Ils disent qu’ils peuvent arrêter ceux qui utilisent la violence parce qu’ils sont l’islamisme politique non violent, radical mais non violent. En même temps, ils disent qu’ils vont calmer ceux qui pourraient être violents parce qu’ils pensent que l’islamisme doit cesser d’être violent dès lors qu’on le reconnaît politiquement. Et en même temps, ils financent ceux qui continuent à pratiquer le djihadisme.

Le Qatar a des réseaux de corruption extrêmement puissants sur le sol américain et sur le sol européen. Le financement européen et américain au Hamas n’est pas indirect, puisqu’il passe par la collecte de fonds humanitaires sur son sol. Cela passe aussi par l’argent que le Qatar envoie directement avec le Qatar Charity et le European Trust, qui sont des réseaux qui alimentent des mosquées, des centres islamiques dans tout l’Occident, de manière tout à fait officielle. Il y a plein de collectes pour la Palestine qui sont organisées par les Frères musulmans.

Quand on donne de l’argent, même de bon cœur, à une organisation humanitaire, pour la Palestine, il faut savoir que si ces associations sont liées aux Frères musulmans et que l’argent va vraiment en Palestine, cela ira dans les caisses du Hamas, jamais de l’autorité palestinienne. C’est quelque chose qui est connu, mais il y a une véritable omerta.

 

Vers un choc global ? La mondialisation dangereuse, nouvelle édition revue et augmentée  – Alexandre Del Valle & Jacques Soppelsa. Éditions L’Artilleur. Parution le 24 octobre 2023. 600 pages

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.