Les conseils d’un journaliste à Emmanuel Macron : « La France est sur-administrée »

Le 13 avril, Eric Brunet journaliste à RMC envoyait une vidéo à destination du Président de la République Emmanuel Macron. Cet appel pour le moins inédit de la part d’un journal a été fait lors de l’émission « Radio Brunet » qui s’intéresse aux débats de société, la politique, l’économie du pays ou les questions du quotidien.

Le journaliste commence très solennellement : « Monsieur le président de la République j’en suis convaincu, au moment de la restitution du Grand débat national, vous allez proposer des petits cadeaux aux Français, des petites aides, qui vont s’ajouter aux 10 milliards d’aides que vous avez annoncé déjà il y a quelques mois. Qui s’ajoutent eux-mêmes aux 714 milliards, c’est la planète sociale en France. Quelle générosité, bravo ! »

Puis la diatribe continue : « D’ailleurs je ne résiste pas au plaisir de vous dire Monsieur le Président, que vous êtes déjà le Président de la République le plus dépensier de la Ve République ! François Hollande au début de son quinquennat avait augmenté la dépense publique de 26 milliards. Et vous, vous avez déjà augmenté la dépense publique de la France, de plus de 60 milliards, bravo ! »

« La France est sur-administrée »

Selon Eric Brunet, il faut d’abord travailler sur la durée du temps de travail : « Partir à la retraite à 63 ans ce n’est pas honteux, ni à 64 ans, ni à 65 ans, comme dans la quasi-totalité des démocraties occidentales ». Il faut aussi selon lui supprimer tous les régimes spéciaux et réduire drastiquement le nombre de fonctionnaires pour revenir dans les ratio européens : « La France est sur-administrée ».

Selon le journaliste, il faut rationaliser la Sécurité sociale qui dépense 16 milliards d’euros en frais de gestion. Il faut aussi rendre dégressives les allocations chômage qui « sont trop généreuses et qui coûtent 35 milliards à la France » alors qu’il existe près de 150 000 emplois non pourvus.

« Voilà le type de mesure qui pourraient nous faire gagner des dizaines et des dizaines de milliards d’euros » conclut-il, l’air malicieux.

 
VOIR AUSSI