En route vers l’abattoir, un éleveur fait demi-tour et décide d’emmener ses agneaux dans un sanctuaire pour animaux

17 avril 2019 02:21 Mis à jour: 17 avril 2019 02:21

Alors qu’il était en route vers l’abattoir, avec un chargement de 20 agneaux, un éleveur de moutons a soudainement décidé de changer de direction et de rouler 340 kilomètres afin de les déposer plutôt dans un sanctuaire pour animaux. C’était le premier pas vers un changement radical dans sa vie.

« Ça m’a toujours stressé. Ça stressait les animaux aussi. Ils connaissaient leur destin », a expliqué le fermier du Royaume-Uni au journal The Independant. Même si cela signifiait renoncer à 9 000 livres (plus de 10 000 euros), l’homme de 60 ans pense que c’était la bonne décision à prendre.

Celui qui était dans l’industrie depuis 47 ans, après avoir commencé son activité professionnelle au Sri Lanka dans la ferme de ses parents, a expliqué que sa décision n’était pas basée sur un coup de tête. Cela faisait longtemps qu’il y pensait.

« Je n’en pouvais plus. Il fallait que j’y mette un stop. Emmener les animaux à l’abattoir, c’était beaucoup de stress et cette fois-ci, j’en ai été incapable. La charge émotionnelle était devenue trop lourde », a raconté Sivalingam Vasanthakumar à la BBC.

Ce changement de direction lorsqu’il conduisait son camion le 28 janvier 2019 n’était que le début d’une réorientation radicale de sa vie. Il est d’abord devenu végétarien et a décidé de devenir maraîcher, même s’il n’a pas trop d’expérience pour faire pousser des légumes. Il va garder quelques bovins en liberté sur sa terre, mais plus jamais il n’en élèvera pour les emmener à l’abattoir.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.