Une lanceuse d’alerte de Facebook affirme que la priorité a été donnée au profit plutôt qu’à la lutte contre les discours haineux

Par Isabel van Brugen
7 octobre 2021 13:38 Mis à jour: 7 octobre 2021 13:38

Une lanceuse d’alerte a accusé Facebook d’avoir à plusieurs reprises privilégié le profit au détriment de « ce qui était bon pour le public », notamment la lutte contre les discours haineux. Son témoignage a été entendu par le Congrès le 5 octobre.

Frances Haugen a été recrutée par Facebook en tant que chef de produit dans l’équipe de désinformation civique en 2019, selon son témoignage à l’émission « 60 Minutes » de CBS News. Elle précise qu’elle et ses avocats ont déposé au moins 8 plaintes auprès de la La Securities and Exchange Commission des États-Unis.

Lors de son apparition dans l’émission télévisée diffusée le 3 octobre, Mme Haugen a révélé que c’était elle la dénonciatrice qui avait fourni les documents internes pour l’exposé du Wall Street Journal du 14 septembre qui affirme qu’Instagram a un impact « toxique » sur l’estime de soi des jeunes filles.

Cette enquête affirmait que le géant des médias sociaux est au courant du problème mais « a fait un minimum d’efforts pour aborder ces questions et les minimise par ailleurs en public. »

« Ce que j’ai vu chez Facebook, à maintes et maintes reprises, c’est qu’il y avait des conflits d’intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook. Et Facebook, encore et encore, a choisi de privilégier ses propres intérêts, comme gagner plus d’argent », a dit Mme Haugen.

Elle a expliqué que Facebook a agi ainsi en « sélectionnant » le contenu qui « suscite un engagement ou une réaction », même si ce contenu est haineux, diviseur ou polarisateur, car « il est plus facile d’inspirer la colère aux gens que d’autres émotions ».

« Facebook a compris que s’il modifie l’algorithme pour être plus sain, les gens passeront moins de temps sur le site, ils cliqueront sur moins de publicités, ils feront moins d’argent », a-t-elle affirmé.

Mme Haugen est attendue pour témoigner lors d’une audience du Sénat, intitulée « Protéger les enfants en ligne », sur les connaissances de Facebook concernant les effets potentiellement néfastes sur les enfants de l’application de partage de photos.

Lors de son passage à l’émission de télévision, Mme Haugen a également accusé Facebook de mentir au public au sujet des progrès réalisés pour limiter les discours haineux sur la plateforme de médias sociaux. Elle a également accusé l’entreprise d’alimenter la division et la violence aux États-Unis et dans le monde.

« Lorsque nous vivons dans un environnement d’information rempli de contenus haineux et polarisants, cela érode notre confiance civique, notre foi les uns dans les autres et notre capacité à vouloir prendre soin les uns des autres. La version de Facebook qui existe aujourd’hui déchire nos sociétés et provoque des violences ethniques dans le monde entier », a-t-elle déploré.

Elle a ajouté que Facebook a été utilisé pour aider à organiser l’intrusion dans le bâtiment du Capitole américain le 6 janvier, après la coupure de ses systèmes de sécurité, une fois les élections présidentielles américaines terminées.

Bien qu’elle estime que personne chez Facebook n’est « malveillant », elle soutient que l’entreprise avait des incitations inappropriées.

« Facebook gagne plus d’argent lorsque vous consommez plus de contenu », a-t-elle dit. « Les gens aiment s’engager avec des choses qui suscitent une réaction émotionnelle. Et plus ils sont exposés à la colère, plus ils interagissent et plus ils consomment. »

Peu après l’interview télévisée, Lena Pietsch, porte-parole de Facebook, a publié une déclaration repoussant les affirmations de Mme Haugen.

« Nous continuons à apporter des améliorations significatives pour lutter contre la propagation de la désinformation et des contenus préjudiciables », a dit Mme Pietsch. « Laisser entendre que nous encourageons le mauvais contenu et que nous ne faisons rien n’est tout simplement pas vrai ».

Par ailleurs, Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales de Facebook, a déclaré à CNN avant la diffusion de l’interview qu’il était « ridicule » d’affirmer que les médias sociaux étaient responsables des événements du 6 janvier.

Les responsables de Facebook n’ont pas répondu immédiatement à une demande de commentaires supplémentaires d‘Epoch Times.

Isabel van Brugen est une journaliste primée qui travaille actuellement comme reporter pour Epoch Times. Diplômée d’une maîtrise de journalisme à l’Université de Londres ainsi que d’une maîtrise en langues, elle a collaboré avec diverses publications telles que le Times, le London Evening Standard, le Grazia UK, le Daily Express et le Bang Showbiz.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.