Législatives : l’infirmière qui avait caillassé la police lors d’une manifestation de soignants candidate pour LFI

Par Emmanuelle Bourdy
20 mai 2022 07:17 Mis à jour: 20 mai 2022 07:17

Farida Chikh, l’infirmière qui avait adressé des doigts d’honneur et jeté des cailloux sur les forces de l’ordre le 16 juin 2020 lors d’une manifestation, est candidate aux élections législatives 2022 sous l’égide de La France insoumise, en tant que suppléante de Mathilde Panot.

Mathilde Panot, députée La France insoumise de la 10e circonscription du Val-de-Marne et présidente du groupe à l’Assemblée nationale, a déposé sa candidature en préfecture avec sa suppléante, Farida Chikh. Cette dernière n’est autre que la soignante qui avait fait la une des journaux, le 16 juin 2020, lors des manifestations de soignants à Paris.

« C’était symbolique »

Ce jour-là l’infirmière, qui exerçait alors à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-Marne), avait été interpellée de façon musclée. Les fonctionnaires l’avaient notamment tirée par les cheveux. Des vidéos avaient largement circulé sur les réseaux sociaux, faisant réagir de nombreux internautes et suscitant la polémique dans un climat déjà tendu. Durant son interpellation l’infirmière asthmatique avait par ailleurs réclamé sa Ventoline, produit qui lui avait été refusé dans un premier temps pour lui être accordé ensuite par les forces de l’ordre. Elle avait déposé plainte à l’Inspection générale de la police nationale contre les policiers (IGPN), le vendredi 19 juin 2020.

Elle avait reconnu les faits lors de sa garde à vue, indiquant que sa colère n’était pas dirigée envers les policiers mais contre l’État. « J’avais des cailloux, mais c’était symbolique », avait ensuite expliqué la quinquagénaire à la barre, en février 2021, s’excusant : « Quand vous êtes en colère, vous ne réfléchissez pas à ce que vous faites. » Des images, dévoilées par le syndicat de Commissaires de Police SICP, la montrant en train de faire des doigts d’honneur aux policiers, avaient circulé sur la toile.

« Une militante de terrain infatigable et respectée »

La soignante avait été condamnée pour « violences n’ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail » en septembre 2021. Elle avait également été sommée de régler 300 euros de dommages et intérêts à deux policiers, rappelle BFMTV. Cette condamnation n’avait pas entraîné d’inscription à son casier judiciaire.

Sur les réseaux sociaux, cette candidature aux législatives a provoqué la réaction du syndicat Officiers et Commissaires de police. Celui-ci a tweeté ce 18 mai : « Pour les investitures, à LFI c’est simple, plus vous détestez la Police, plus vous avez de chance d’être retenu ! »

Mais ce choix est totalement assumé du côté de Mathilde Panot, qui la décrit comme « une militante de terrain infatigable et respectée », et dont les combats sont « plus que jamais d’actualité alors que de nombreux services d’urgence sont en train de fermer ». « Farida Chikh se bat depuis 20 ans pour l’hôpital public. Elle incarne la dignité des soignants et des patients malmenés pendant la crise sanitaire, mais aussi le combat quotidien de ces millions de femmes pour l’émancipation, qui doivent mener de front vie professionnelle et vie familiale », a encore indiqué la députée du Val-de-Marne à BFMTV.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.