Paris: les trottinettes électriques en libre-service seront désormais « immatriculées »

Par Epoch Times avec AFP
24 novembre 2022 17:40 Mis à jour: 24 novembre 2022 17:40

Les exploitants de trottinettes en libre-service, qui essaient de sauver leur place à Paris, ont annoncé jeudi qu’ils allaient équiper leurs engins d’une plaque d’immatriculation pour faciliter la verbalisation des utilisateurs qui grillent les feux ou roulent à deux.

Fin septembre, la mairie de la capitale a menacé Lime, Dott et Tier de ne pas renouveler leur contrat en février 2023.

Entre les accidents et les usagers circulant à deux ou sur les trottoirs, parsemés de trottinettes mal garées, Paris s’interroge sur le « rapport coût/bénéfices » des trottinettes, ainsi que sur leur « coût environnemental », avait indiqué David Belliard, l’adjoint aux mobilités et à la voirie.

Les trois exploitants ont défendu leur rôle jeudi lors d’une conférence de presse, publiant les onze propositions faites à la municipalité pour renforcer la sécurité des utilisateurs comme des piétons et mieux intégrer les engins dans l’espace public.

De plus en plus de contrôles

Les 15.000 trottinettes parisiennes vont ainsi être équipées d’une plaque d’immatriculation sur le pare-boue arrière, comme à Grenoble ou en Allemagne, et les exploitants se proposent de financer une expérimentation de vidéo-verbalisation.

Selon eux, cette petit plaque pourrait aider la police, qui contrôle de plus en plus les utilisateurs de « mobilités douces », à mieux verbaliser les fous de la trottinette. Ceux-ci seront par ailleurs exclus des applications.

Dott, Lime et Tier demandent désormais à leurs clients de scanner leur carte d’identité: l’interdiction des trottinettes aux mineurs reposait jusqu’ici sur une simple déclaration. Ils vont aussi augmenter de 20% le nombre de patrouilleurs chargés de repositionner les trottinettes garées.

Les trois exploitants ont mis en exergue les nombreuses améliorations apportées aux trottinettes depuis l’arrivée chaotique de ces engins à Paris en 2019. Elles doivent désormais être garées sur des places dédiées, leur vitesse est limitée à 20 km/h partout dans la ville, et 10 km/h dans 700 zones denses.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.