Orléans : l’université exige le contrôle du pass sanitaire des étudiants lors d’une distribution d’aide alimentaire

Par Emmanuelle Bourdy
15 décembre 2021 18:07 Mis à jour: 15 décembre 2021 18:07

Le président de l’université d’Orléans (Loiret) a exigé des organisateurs d’une distribution alimentaire d’urgence qu’ils contrôlent le pass sanitaire des étudiants, ce samedi 11 décembre 2021. Cette décision a immédiatement provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux.

Chez de nombreux étudiants, la précarité a augmenté depuis le début de la pandémie. Pour cette raisons, nombreux sont ceux qui se tournent vers l’aide alimentaire. À Orléans, suite à un arrêté pris le 7 décembre par la présidence de l’université, le contrôle du pass sanitaire était de rigueur lors de la distribution alimentaire d’urgence ce samedi 11 décembre, ainsi que le rapporte France 3 Centre-Val de Loire. Cette décision a provoqué la consternation des bénévoles de l’O’sem (Orléans Soutient les Étudiants du Monde) et la grogne a enflée sur les réseaux sociaux.

« Une injustice, une double peine »

Au total samedi dernier, environ 300 étudiants venus chercher leurs denrées de première nécessité sur le campus La Source ont dû être contrôlés par les responsables de cette distribution. « La présentation du pass sanitaire est requise pour tous les participants, personnels, usagers et personnes extérieures (…) lors de toute réunion accueillant des personnes extérieures », explique l’arrêté du 7 décembre.

Lucile Mollet, la présidente d’O’sem, considère cette mesure comme « une injustice, une double peine » pour ces étudiants, alors que jusque-là, « la distribution gratuite de repas » ne faisait pas partie des endroits où le pass est exigé, selon un décret gouvernemental datant de juin. Contactés, les services de la Préfecture ont déclaré que l’arrêté était parfaitement « valable » car « le président a l’autorité judiciaire sur l’université ». « On était outrés », a soulevé Lucile Mollet. D’autant plus que pour elle, cette situation était « illogique », car, ainsi qu’elle l’a fait remarquer : « En extérieur, on contrôle le passe, et on ne le contrôlera pas la semaine prochaine pour les examens en intérieur. »

« On a fait une confusion »

Afin de passer outre cette mesure, les bénévoles avaient alors préparé des paniers de denrées de première nécessité pour les donner directement aux étudiants qui n’avaient pas de pass sanitaire, sans que ces derniers soient obligés de faire la queue dans la file d’attente. « On avait décidé de ne pas les prévenir en amont, pour ne pas les décourager de venir », a expliqué la présidente d’O’sem.

Du côté de l’université, la réponse ne s’est pas faite attendre. En effet, Éric Blond, le président de l’université d’Orléans, a indiqué avoir été immédiatement averti que « ça chauffait sur les réseaux sociaux ». Il a indiqué qu’il s’agissait d’une « confusion ». « On a eu un arrêté préfectoral qui impose le port du masque dans les files d’attente, et d’autres qui demandent le pass sanitaire pour les personnes extérieures. On a fait une confusion, sans tenir compte de la dérogation pour les distributions alimentaires », a-t-il expliqué.

En outre, il a salué les bénévoles pour leur réactivité. Il souhaite, par ailleurs, que cette méprise permette de tirer un « bilan positif », soulevant qu’elle aura permis de se questionner « sur ce qui pourrait être fait pour réduire les files d’attente », ce qui aurait pour conséquence de réduire les risques de contamination. Il a ajouté que cela « ne devrait pas se reproduire ».


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.