Seine-Maritime: la vidéo d’une commerçante en colère fait le buzz sur Internet avec près de 200.000 vues

Par Nathalie Dieul
21 septembre 2022 19:28 Mis à jour: 21 septembre 2022 19:28

Le ras-le-bol d’une commerçante de Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime) qui s’est exprimée spontanément dans un direct sur Facebook a été entendue. Laëtitia Denis n’en pouvait plus de certaines nouvelles clientes qui se plaignaient de petits détails alors qu’elle donne tout pour contenter toute le monde pendant qu’une de ses employées est malade.

« C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase », s’est exclamée la propriétaire de Titia nail’s esthétique et onglerie dans sa vidéo en direct sur Facebook le 16 août. Il était 21h10 et Laëtitia Denis venait de terminer de s’occuper de sa dernière cliente du jour.

L’une de ses employées étant malade, elle-même et ses deux autres salariées font « des heures à gogo, du 10-12 heures par jour, du lundi au samedi ». Débordées, elles font tout pour satisfaire les clientes malgré tout. « J’ai annulé mes vacances pour vous prendre », raconte Laëtitia, qui revient même au salon le dimanche pour faire les tâches qu’elle n’a pas le temps d’effectuer dans la semaine.

« On n’a même pas le temps d’aller aux toilettes ! »

« Et j’entends quoi ? Des clientes qui se plaignent parce qu’on est en retard ? » s’indigne la gérante qui n’avait pas pris une seule journée de congé depuis le 18 juin. « Limite on n’a même pas le temps d’aller aux toilettes ! » Certaines se plaignent par exemple que le salon rouvre avec deux minutes de retard après le déjeuner. « On mange en 10 minutes pour vous toutes », rétorque-t-elle.

D’autres clientes se plaignent qu’il y a 30 minutes de retard dans les rendez-vous, qu’il y a un petit défaut sur les ongles à cause de la chaleur, ou encore que les enfants de Laëtitia viennent lui dire bonjour au salon.

« À celles qui ne sont pas contentes, vous partez »

Heureusement, ce ne sont pas toutes les clientes qui sont comme ça, la majorité des fidèles clientes comprennent très bien la situation et ne se plaignent de rien. Il s’agit seulement des nouvelles clientes du salon, dont certaines sont seulement de passage pendant la saison estivale.

À ces personnes mécontentes, Laëtitia Denis lance un message clair : « J’ai mis toutes mes économies dans ce nouveau salon, donc à celles qui ne sont pas contentes, vous partez, point-barre. Je ne vois plus mes enfants ni mon mari tellement je travaille. »

« J’ai eu des retours jusqu’à Tahiti ou La Réunion »

Au plus grand étonnement de la patronne du salon, la vidéo a fait le buzz sur Internet. Avec plus de 180.000 vues et près de 1000 commentaires, elle est devenue virale.

« C’est de la folie. Quand je publie quelque chose habituellement, ce ne sont que mes clientes qui le voient. Là, j’ai eu des retours jusqu’à Tahiti ou La Réunion », s’étonne Laëtitia, en entrevue au journal local Le Réveil.

La vidéo a aussi rejoint les personnes à qui la commerçante voulait envoyer un message et eu l’effet escompté. « Depuis cette vidéo, les choses se sont calmées et certaines personnes que je visais ont annulé leur rendez-vous », se réjouit Laëtitia Denis.

Un soutien qui lui va droit au cœur

La propriétaire remercie tous les gens qui l’ont soutenue en envoyant des messages sur Facebook : « Tous vos messages me font tellement plaisir, ça redonne le moral », écrit-elle, précisant que ce soutien lui va droit au cœur. « Je vois qu’il y a encore des gens qui n’ont pas attrapé la méchanceté gratuite. »

Sans ce coup de colère, la commerçante était tellement à bout qu’elle envisageait même de fermer son salon. « La vie, on n’en a qu’une. Je ne vais pas me prendre la tête pour des ongles ou des épilations », avait-elle dit sous le coup de l’émotion. Heureusement, les pendules ayant été remises à l’heure, le bonheur de travailler est revenu dans l’établissement, ont constaté nos confrères du Réveil.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.