La Chine s’est-elle mise l’Inde à dos ?

20 mars 2016 05:56 Mis à jour: 19 avril 2016 10:37

La Chine s’est peut-être tirée une balle dans le pied en tentant d’accaparer un nouveau territoire, alors que cela pourrait entraîner l’Inde dans le conflit. Des troupes chinoises auraient été vues à des bases d’opérations avancées sur la ligne de contrôle, du côté pakistanais du Cachemire et cela a déclenché des alarmes en Inde. Stratégiquement, le moment n’aurait pu être plus mal choisi, alors que les dirigeants indiens se demandent s’ils devraient prendre position contre les revendications territoriales de Pékin dans la mer de Chine méridionale.

Des soldats de l’armée chinoise effectuent des « incursions fréquentes au Ladakh » dans l’Himalaya et ils pourraient être en train de construire des infrastructures le long de la ligne de contrôle, a rapporté le Times of India le 13 mars. Les troupes construisent également des tunnels dans la vallée de Leepa dans le Cachemire pakistanais dans le cadre du Corridor économique sino-pakistanais. Les efforts de la Chine causent des remous en Inde, alors que New Delhi considère les offres du Japon et du Vietnam afin de coopérer pour contrer les actions de Pékin dans la mer de Chine méridionale.

Le 24 février, le Vietnam a invité l’Inde à explorer et à exploiter ses ressources naturelles à l’intérieur de sa zone économique exclusive (ZEE) de 200 miles nautiques dans la mer de Chine méridionale et il n’a pas caché son intention de damer le pion à la Chine dans cette région. « Nous sommes déterminés à protéger nos droits et à poursuivre nos activités régulières dans nos eaux souveraines », a déclaré Ton Sinh Thanh, ambassadeur du Vietnam en Inde, selon The Economic Times. « Ainsi, nous allons poursuivre notre coopération avec d’autres pays, dont l’Inde, pour exploiter les ressources à l’intérieur de notre ZEE de 200 miles nautiques. » Pour les observateurs attentifs de cette dispute, la requête du Vietnam à l’Inde a des implications plus profondes.

Coopération de l’Inde avec le Vietnam et le Japon

La Chine a placé une plateforme de forage à 120 miles nautiques de la côte du Vietnam le 2 mai 2014, ce qui a gravement affecté les relations entre les deux pays. La Chine a retiré la plateforme en juillet 2014, mais l’a réinstallée en janvier 2016. En réponse à cette violation territoriale de la Chine, le Vietnam a tendu la main vers l’Inde. Le Vietnam n’est pas le seul pays à rechercher l’appui de l’Inde pour contrer la Chine dans la région.

« Nous sommes déterminés à protéger nos droits et à poursuivre nos activités régulières dans nos eaux souveraines »

Ton Sinh Thanh, ambassadeur du Vietnam en Inde

 

 

L’Inde discute actuellement avec le Japon pour coopérer sur différents projets dans la région. Les deux pays souhaitent améliorer l’infrastructure civile sur les îles Andaman et Nicobar dans le golfe du Bengale et pourraient construire une centrale au diesel de 15 mégawatts sur l’île Andaman Sud.

Comme l’a rapporté le New York Times le 11 mars, la collaboration marquerait un virage politique en Inde « qui, dans le passé, n’a pas accepté les offres d’investissements étrangers dans l’archipel ». En effet, la région a une importance stratégique pour contrer la Chine. Le NY Times indique que les îles sont situées au nord-ouest du détroit de Malacca et offrent un « goulot d’étranglement qui représenterait soi-disant une des plus grandes vulnérabilités maritimes de la Chine ».

L’arrivée de l’Inde dans cette dispute n’est probablement pas appréciée par les dirigeants chinois. Non seulement les pays entourant la Chine sont en train de se rapprocher, mais l’Inde est une puissance en devenir qui pourrait défier les ambitions économiques chinoises dans un avenir proche.

Les deux pays ont une longue histoire de mésentente. Les conflits entre New Delhi et Pékin sont récurrents depuis l’arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois (PCC) en 1949.

L’Inde est impliquée dans sa propre dispute territoriale avec la Chine au sujet de la ligne McMahon sur les frontières du Tibet depuis l’invasion du PCC en octobre 1950 et l’annexion un an plus tard. Les disputes du PCC avec l’Inde, et avec les militants pour un Tibet libre, perdurent depuis.

Le renforcement de la coopération militaire entre Pékin et Islamabad ne fait rien pour aider. La Chine planifierait l’installer de trois divisions de sécurité militaire au Cachemire pakistanais qui, selon le Times of India, porteraient des noms locaux afin de ne pas piquer l’Inde. Ses nouvelles divisions compteront 30 000 hommes et « seront déployées dans et autour des installations construites par des firmes chinoises ». Les dirigeants indiens n’apprécient guère et de telles informations pourraient les pousser à réagir.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.