Une ville chinoise dévastée après 7 mois de confinement à cause du Covid-19

Par Rita Li
2 novembre 2021 19:59 Mis à jour: 2 novembre 2021 19:59

Les travailleurs de la province du Yunnan, porte d’entrée de la Chine en Birmanie (également connue sous le nom de Myanmar), ont eu du mal à joindre les deux bouts en raison d’un confinement prolongé du Covid-19.

Certains ont déclaré que leurs espoirs et leurs économies ont été vidés depuis que la ville a commencé à imposer des restrictions fin mars.

« J’ai rempli de nombreux formulaires [de demande] mais je n’ai reçu qu’une livre de riz [du gouvernement local] », a écrit un internaute de la ville de Ruili.

Depuis l’année dernière, la ville de Ruili a connu des confinements par intermittence en raison de l’apparition sporadique du virus du PCC, les autorités locales tentant d’éradiquer les nouvelles infections.

Depuis le 29 mars, les autorités locales ont imposé des mesures strictes après une nouvelle flambée du virus. La ville frontalière a longtemps été un marché pour les bijoux en jade. Aujourd’hui, les boutiques sont fermées, le commerce est suspendu et le chômage a atteint son niveau le plus élevé en dix ans dans cette ville autrefois très animée.

Lin Quan (pseudonyme), un bijoutier du Sichuan qui vend des bracelets à Ruili, n’a pas gagné un centime depuis cette date. Il a confié à l’édition chinoise d’Epoch Times qu’il ne peut vivre que sur un découvert ou en empruntant de l’argent à des membres de sa famille.

« Les étals et les magasins là-bas ont été fermés, et toutes les livraisons arrêtées. Comment pouvez-vous faire des affaires ? (…) Comment pensez-vous pouvoir gagner votre vie ? » a déclaré M. Lin. « Environ 90 % des magasins ont dû fermer. Ils ne peuvent pas tenir le coup. »

Lorsque le média d’État CCTV a diffusé plus tôt des images en ligne de la ville, l’écran était rempli d’internautes locaux qui appelaient à l’aide, selon M. Lin. Le direct a ensuite été interrompu.

« C’est la réalité à Ruili, la [perte] des moyens de subsistance dans toute la petite ville, les cris de plainte remplissent les rues. »

Des résidents attendent le test du coronavirus Covid-19 à Ruili, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), le 15 septembre 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Outre l’arrêt du commerce, la quarantaine hôtelière autofinancée et les interdictions de voyager, peu de personnes reçoivent des subventions salariales ou un soutien financier aux entreprises, notamment les employeurs en difficulté, les travailleurs vulnérables et les chômeurs.

Le propriétaire d’un salon de coiffure local, Cheng Hao (pseudonyme), a déclaré à Epoch Times que son entreprise était fermée depuis sept mois. « Et je vivais sur mes économies. (…) Si vous avez une hypothèque, un prêt automobile, sans aucun revenu, il n’y a absolument aucun moyen de vivre. »

La ville au niveau de son canton souffre d’une catastrophe unique dans la vie, a déclaré Dai Rongli, l’ancien vice-maire de Ruili. « Une petite ville devrait bénéficier de plus de soins sur place tout en se voyant confier plus de responsabilités », a déclaré M. Dai dans un message publié sur les médias sociaux le 28 octobre.

« Les finances tendues, la main-d’œuvre épuisée, ainsi que la responsabilité colossale de la ville frontière, font que cette petite ville ne peut plus supporter le poids », peut-on lire dans l’article, tout en signalant que le gouvernement central devrait prendre ses responsabilités.

« Il est nécessaire de reprendre la production et le commerce. »

Du ruban de police bloque l’accès à un bâtiment dans le cadre des mesures Covid-19 dans la ville de Ruili, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest), le 5 juillet 2021. (STR/AFP via Getty Images)

« Non seulement les personnes sans aucun revenu ne peuvent plus s’en sortir, mais les fonctionnaires aussi ne peuvent plus s’en sortir, ayant l’impression de faire un travail inutile », a déclaré Cui Yingzi (pseudonyme), un habitant de Ruili, à l’édition chinoise d’Epoch Times le 28 octobre.

« Ma nièce, qui a moins de deux ans, a subi près de 50 tests d’acide nucléique. Elle est encore si jeune », a déclaré Cui.

Pourtant, le département de la propagande de la ville nie l’existence d’un confinement total, parlant d’une « période de contrôle strict », selon les médias d’État le 28 octobre. « La population n’a aucun problème d’approvisionnement et de sécurité », a déclaré un porte-parole aux médias.

M. Lin a déclaré que les responsables blanchissaient les difficultés de la population, qualifiant la réunion d’information du gouvernement de « simple formalité ».

Dans toute la Chine, la croissance du produit intérieur brut en glissement annuel au troisième trimestre a atteint son niveau le plus bas de l’année, à 4,9 %, selon les données officielles publiées au début du mois. L’activité des usines à l’échelle nationale s’est également contractée en septembre pour la première fois depuis février 2020.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.