Les cours de méditation en ligne de Falun Dafa permettent aux gens de rester à l’abri du stress en pleine pandémie

« La pratique de la méditation du Falun Dafa est vraiment un antidote contre le stress et l'anxiété. »
Par Jocelyn Neo
6 juillet 2020 16:51 Mis à jour: 12 septembre 2020 10:11

Enfermés chez eux au milieu de la pandémie du virus du PCC, les gens adoptent diverses mesures pour préserver leur santé et maîtriser leur anxiété. L’une d’entre elles est une ancienne méthode de méditation appelé Falun Dafa.

Les bénévoles de cette pratique spirituelle l’appellent « un antidote contre le stress » et proposent des ateliers en ligne gratuits depuis quelques mois.

Le Falun Dafa, ou Falun Gong, est une discipline spirituelle qui comprend cinq exercices, dont la méditation, et des enseignements moraux basés sur les principes d’Authenticité, Bienveillance et Tolérance. Introduite au public en 1992, la pratique a attiré plus de 70 millions de personnes rien qu’en Chine, à la fin des années 1990, en raison de ses bienfaits pour la santé, tant spirituels que physiques, très appréciés. Aujourd’hui, le Falun Dafa est pratiqué dans le monde entier par plus de 100 millions de personnes de tous horizons.

Des pratiquants de Falun Dafa méditant à Central Park, Manhattan, le 10 mai 2014. (Dai Bing/The Epoch Times)

Utilisation des plates-formes en ligne

Depuis 2017, Anne Yang et un groupe de bénévoles du Falun Dafa aux États-Unis organisent gratuitement des ateliers de méditation de Falun Dafa dans les lieux publics locaux tels que les centres communautaires et les bibliothèques publiques. Cependant, avec l’apparition du virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, ces sessions ont été perturbées, les obligeant à trouver une nouvelle façon – donner les cours en ligne.

En échangeant avec Epoch Times par courrier électronique, Anne Yang, originaire de Virginie du Nord, a déclaré qu’elle avait mis en ligne des informations sur les ateliers de rencontres personnelles hebdomadaires ou mensuelles sur Eventbrite, un site web américain de gestion d’événements et de billetterie. Elle précise toutefois que les ateliers ont été mis en ligne depuis la période du confinement, qui a débuté en mars de cette année.

Le virus du PCC se propageant dans le monde entier, toutes les régions du globe ont été touchées par le confinement et les restrictions strictes mises en place pour freiner la propagation de l’épidémie. Toutefois, cela n’a pas empêché les pratiquants de Falun Dafa de partager les immenses bienfaits de la pratique pour la santé avec ceux qui souhaitent apprendre la discipline de la méditation. En fait, grâce aux ateliers organisés en ligne, Anne a constaté que les participants n’étaient pas seulement locaux, mais aussi internationaux. « Depuis que nous sommes en ligne, il y a aussi des participants d’autres pays, comme l’Espagne », explique Anne.

Par ailleurs, en Australie, une femme entrepreneur de 29 ans qui pratique le Falun Dafa depuis 2009 a décidé d’organiser un cours en ligne via une session en direct sur Facebook. Amy Duncan, qui souffrait d’anxiété jusqu’à ce qu’elle commence à apprendre la pratique, a déclaré qu’en raison du Covid-19, elle ne pouvait pas mener les séances en direct, alors elle a opté pour les cours en ligne.

« Je veux donner aux personnes qui pourraient être intéressées par l’apprentissage du Falun Dafa l’opportunité de bénéficier de la pratique comme ce fut le cas pour moi », a déclaré Amy Duncan.

Capture d’écran de la session d’atelier en direct d’Amy Duncan. (Avec l’aimable autorisation d’Amy Duncan)

En Inde également, les pratiquants de Falun Dafa ont organisé des séances en ligne en direct par le biais d’applications de vidéoconférence après que le pays a été confiné à la fin du mois de mars. À ce jour, ils ont organisé plus de dix ateliers pendant les week-ends.

« J’ai trouvé que les applications de vidéoconférence étaient un moyen pratique de se connecter avec les personnes qui sont intéressées par l’apprentissage de la méthode », a déclaré Archana Thakeria, la coordinatrice des ateliers de Falun Dafa en Inde.

Bien que le confinement ait empêché les gens de se rencontrer en personne, Archana a découvert que c’était aussi un mal pour un bien, car toute cette situation « a ouvert de nouvelles façons de se rencontrer par le biais de plateformes en ligne en apprenant de nouvelles choses ». Elle a ajouté que l’utilisation de la technologie lui a également permis, ainsi qu’à d’autres pratiquants de Falun Dafa, de collaborer efficacement, « quelle que soit la distance ».

Les cours de méditation

Amy Duncan, qui dirige une entreprise de santé, de bien-être et de travail sur soi, « Mindset for Health », a dirigé les ateliers à elle seule en organisant cinq séances, cinq jours consécutifs. Elle a fait la promotion des séances sur sa page Facebook personnelle ainsi que sur un groupe Facebook appelé « Meditating Together During Quarantine » (méditer ensemble pendant le confinement), qui a été créé à peu près au moment où l’épidémie de virus a éclaté.

L’organisation de toute session de formation en direct nécessite de garder une trace des questions posées par les participants. Quant à Archana Thakeria, qui était responsable de l’organisation de la session d’entraînement, elle a fait appel à Sumaya Hazarika, jeune mannequin et pratiquante de Falun Dafa.

Sumaya Hazarika pratiquant la cinquième série d’exercices de Falun Gong à l’intérieur. (Avec l’aimable autorisation de Mark Luburic)

Compte tenu de son style de vie professionnelle extraverti, Sumaya Hazarika a déclaré qu’elle comprenait très bien à quel point la période d’isolement actuelle peut être difficile pour beaucoup d’entre nous restés coincés à la maison pendant une longue période. La diva de la mode, qui a participé à des séances de photos pour des magazines de mode tels que Harpers Bazaar et Vogue, s’est donc empressée d’intervenir pour l’aider et a constaté par la suite que cela lui était également bénéfique.

« La discipline méditative du Falun Dafa est vraiment un antidote pour gérer le stress et l’anxiété », a déclaré Sumaya Hazarika. « Beaucoup de gens étaient curieux de connaître les origines du Falun Dafa, car personne n’en avait jamais entendu parler. Il y en avait aussi beaucoup qui étaient curieux des postures et de la raison qui se cachaient derrière elles. »

En Inde, un atelier spécial a été organisé pour les adolescents et les jeunes enfants ; les cours pour les jeunes ont été personnalisés en tenant compte de leurs intérêts.

« Nous avons fait certaines choses intéressantes, comme enseigner l’origami en papier et raconter un conte sur le sujet des fleurs de lotus aux enfants pour leur apprendre l’importance des valeurs morales », a déclaré Archana Thakeria, ajoutant que les enfants ont adoré l’atelier et que certains ont même demandé à leurs parents de s’y joindre.

Les enfants apprennent la deuxième série d’exercices de Falun Dafa via une application de vidéoconférence. (Avec l’aimable autorisation de Falun Dafa in India)

Shreya, une jeune fille de 12 ans du Karnataka, un État du sud-ouest de l’Inde, a décidé de participer à l’atelier après en avoir entendu parler par son oncle qui avait bénéficié de l’apprentissage de cette pratique. Depuis qu’elle a appris les cinq séries d’exercices, Shreya les fait régulièrement et les trouve « très bénéfiques ».

« Mon esprit était calme et paisible », a déclaré Shreya.

Cependant, la jeune fille n’est pas la seule à en avoir bénéficié ; une directrice adjointe d’une école Montessori à Katmandou, au Népal, a ressenti une expérience similaire. Kalpana Lohani, 32 ans, qui est tombée par hasard sur un post relatif au Falun Dafa sur son fil d’actualités Facebook un jour, était curieuse de cette pratique et a décidé de s’inscrire immédiatement à l’atelier.

« Je me sens très chanceuse d’avoir appris cela », a déclaré Kalpana Lohani. « Maintenant, je fais les cinq exercices tous les matins. Je me sens bien, calme et en paix. Je dors mieux. »

Pendant ce temps, les séances en direct de Amy Duncan ont attiré en moyenne 25 personnes à chaque fois, principalement des débutants ou des personnes n’ayant jamais entendu parler du Falun Dafa ; elle a déclaré que les participants ressentaient la différence. « Ils ont ressenti l’énergie de la pratique des exercices de Falun Dafa, et une autre dame a mentionné qu’elle s’est sentie soulagée de son arthrite », a déclaré Amy Duncan.

Bien que les sessions en ligne aient été principalement axées sur l’enseignement des exercices, les volontaires ont également fourni des informations et des ressources supplémentaires aux participants afin qu’ils puissent continuer à apprendre chez eux. Entre-temps, d’autres ont également assuré le suivi des participants après les ateliers.

« Après avoir assisté aux ateliers en ligne, quelques participants ont voulu apprendre les exercices du Falun Dafa de façon régulière. Pour eux, nous avons pensé à organiser une pratique quotidienne des exercices en ligne », a déclaré Yuvraj Telang, un volontaire qui a rejoint l’équipe d’Archana Thakeria pour aider au suivi.

Capture d’écran des participants apprenant la deuxième série d’exercices de Falun Dafa via une application de vidéoconférence. (Avec l’aimable autorisation d’Archana Thakeria)

Une boussole morale intérieure

Alors que de plus en plus de pays commencent à lever les restrictions de quarantaine, Anne Yang et de nombreux pratiquants de Falun Dafa retournent progressivement dans les parcs pour continuer à pratiquer les exercices et enseigner à ceux qui souhaitent les apprendre en face à face. Si Amy Duncan prévoit d’organiser d’autres sessions en ligne à l’avenir en fonction des conditions de la pandémie, Archana Thakeria et son équipe de bénévoles n’arrêteront pas de sitôt les ateliers en ligne du week-end.

Que les ateliers se déroulent en personne ou en ligne, ces volontaires espèrent que ceux qui apprennent la pratique pourront en bénéficier en ces temps incertains.

« J’ai acquis une meilleure compréhension du sens de l’existence, et je sais maintenant comment mieux naviguer dans ma vie », a déclaré Amy, ajoutant qu’elle a un jour voulu « changer le monde », mais qu’elle a ensuite réalisé qu’elle s’était engagée sur la mauvaise voie.

Amy Duncan s’exerçant à la cinquième série d’exercices de Falun Dafa. (Avec l’aimable autorisation d’Amy Duncan)

« J’ai réalisé qu’avant de pouvoir changer le monde, je devais m’améliorer moi-même, et que la seule chose dont je suis vraiment responsable et que je contrôle, c’est moi-même », a déclaré Amy.

« La chose la plus importante à faire pour moi est de me concentrer sur ma propre conduite et mon propre caractère et d’avoir une influence positive sur ceux qui m’entourent », a-t-elle ajouté.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC », parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.