Enquête ouverte après les « faits de violences commis à l’intérieur du meeting » d’Éric Zemmour

Par Epoch Times avec AFP
6 décembre 2021 18:56 Mis à jour: 6 décembre 2021 19:06

Une enquête a été ouverte sur « les faits de violences commis à l’intérieur du meeting » d’Éric Zemmour dimanche 5 décembre, au Parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis), a indiqué le parquet de Bobigny ce lundi.

Confiées à la Sûreté départementale, les investigations portent notamment sur des violences contre des militants de SOS Racisme présents lors de la première réunion publique de la campagne présidentielle de M. Zemmour et sur l’empoignade du candidat par un individu avant son entrée en scène.

L’homme a été aussitôt exfiltré puis interpellé par la police.

L’entourage d’Eric Zemmour a indiqué dans la soirée qu’il souffrait d’une blessure au poignet et s’était vu prescrire neuf jours d’interruption temporaire de travail (ITT).

Infiltration et attaques de SOS Racisme

Des violences ont également éclaté au début du discours du candidat lorsqu’une dizaine de militants de SOS Racisme, présents dans le public, ont dévoilé des T-shirts formant le slogan « non au racisme ».

Ils ont reçu des coups et ont été visés par des jets de chaises, selon la vidéo diffusée par l’association antiraciste.

Plusieurs courses-poursuites ont eu lieu à l’arrière de la salle pour les exfiltrer, dans une grande confusion. La situation est revenue au calme au bout d’une dizaine de minutes.

Un membre de la sécurité du candidat a évoqué « quelques militants antifas » exfiltrés, leur reprochant d’avoir voulu semer le trouble.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.