Les secrets de Zeng Qinghong, allié de Jiang Zemin et de Bo Xilai en Chine

9 mai 2018 11:50 Mis à jour: 18 mars 2021 00:26

Son père, Zeng Shan a collaboré avec les Japonais pendant la guerre.

Zeng Qinghong, un ancien puissant apparatchik du Parti communiste chinois (PCC), a été au cours d’une longue période un fidèle collaborateur et allié de l’ancien dirigeant du régime Jiang Zemin et de Bo Xilai, le haut fonctionnaire du Parti  qui a été évincé. Le parcours politique de son père est également peu glorieux: il collaborait  avec les japonais pendant la guerre civile en Chine.

L’histoire de ces deux hommes révèle également comment des détails historiques obscurs peuvent être utilisés pour discréditer les opposants politiques et comment se joue le jeu subtil du pouvoir politique en Chine communiste.

Qui est Zeng Qinghong ?

Zeng Qinghong, l’ancien vice-président chinois âgé de 72 ans, est resté bien occupé après avoir perdu son poste à la veille du 17ème Congrès national du Parti communiste en 2007.

Après que Jiang Zemin et sa clique aient perdu le pouvoir au sein du PCC, Zeng a décidé d’agir comme «cerveau» de la faction aux «mains pleines de sang» de Jiang, afin d’assurer que cette faction et lui-même n’aient pas à payer pour leurs crimes.

Des rumeurs politiques ont indiqué que Jiang avait essayé une fois de remplacer Hu par Zeng Qinghong, mais les hauts dirigeants du PCC ne l’ont pas permis.

Selon une source de haut niveau de Pékin, Bo Xilai était le préféré de Jiang comme successeur. Lorsque Bo n’a pas réussi à devenir membre permanent du Politburo lors du 17ème Congrès national en 2007, c’était un signe que Bo ne pourrait pas devenir Secrétaire général du PCC lors du 18ème Congrès national. Zeng a alors suggéré à Jiang qu’il devrait stopper Li Keqiang, le vice-premier ministre et protégé de Hu, pour qu’il ne devienne pas chef du PCC lors du 18ème Congrès. Zeng a suggéré à Jiang de trouver quelqu’un d’autre pour occuper le poste du Secrétaire général du PCC avant que Bo puisse l’obtenir. Zeng a recommandé Xi Jinping, un homme qu’il croyait être peu ambitieux en politique.

Xi a alors remplacé Li pendant que Jiang et Zeng favorisaient secrètement Bo Xilai. Xi n’était pas conscient des véritables motifs de Jiang jusqu’au jour où Xi s’est rendu aux Etats-Unis. Selon certaine sources, les services de renseignements américains ont mis Xi  au courant des plans de Jiang de mettre «Bo après Xi».

Le père de Zeng Qinghong a collaboré avec le Japon

Zeng Shan, le père de Zeng, a joint le PCC en 1926. Zeng était le chef de la Nouvelle quatrième armée et il travaillait dans l’est de la Chine après le début de la guerre sino-japonaise. A de nombreuses occasions, il a représenté le PCC en signant des traités secrets avec les Japonais.

Après le début de la Révolution culturelle, Mao Zedong a purgé des dizaines de milliers de membres vétérans du PCC. Zeng Shan a réussi à échapper à la purge en raison du fait d’avoir travaillé avec les japonais.

Jin Jiangpin, un commentateur politique, a suggéré qu’un article publié dans un magazine d’Etat à la veille du  17ème Congrès national en 2007 a entamé le début de la chute de Zeng Qinghong.

«Je pense que Hu a pris ce magazine et l’a jeté aux pieds de Zeng Qinghong, en lui disant Le Quotidien du peuple de demain va contenir cet article. Qu’est-ce que tu vas faire? Et Zeng Qinghong a immédiatement démissionné. Aussi, nous avons vu que Zeng a annoncé sa démission autour du 17ème Congrès National», a déclaré Jin Jianping dans un blog. Le Quotidien du peuple est le porte-parole du Parti.

Le magazine Archives secrètes du passé parle régulièrement  des exploits des membres du PCC. L’article parlait du passé de Zeng. Il disait qu’en 1967, les Gardes rouges et les insurgés croyaient que Zeng était un traître qui avait travaillé avec les Japonais. Il y a eu des tentatives pour l’humilier et le persécuter publiquement, mais finalement Zeng a été protégé du danger.

D’après cet article, Zeng avait travaillé au ministère de la Sécurité publique. Il a reconnu avoir signé des traités secrets avec les japonais, mais il a précisé l’avoir fait en suivant les ordres du Comité central du PCC. Les Gardes rouges ne l’ont pas cru et ont fait pression sur le ministère de la Sécurité publique.

L’article poursuit en disant qu’un responsable du bureau du ministère de la Sécurité publique a écrit  à Wang Dongxing, directeur du Bureau central du PCC et à Xie Fuzhia, ministre de la Sécurité publique, pour leur demander d’ouvrir une enquête suite aux accusations contre Zeng Shan. Le responsable du bureau et quatre autres fonctionnaires ont été autorisés à entrer dans la salle des dossiers secrets avec un document certifié par Wang et Xie.

Après plusieurs jours de recherche, les cinq hommes ont découvert des télégrammes prouvant que le comité central du PCC avait en effet ordonné à Zeng Shan de signer des traités secrets avec les Japonais. Parmi les preuves se trouvaient des télégrammes contenant les détails des traités. Les télégrammes avaient été signés par Mao Zedong, Zhou Enlai, Liu Shaoqi, Ren Bishi et Kang Sheng.

D’après ce rapport, les cinq hommes n’étaient pas autorisés à faire sortir les documents de la salle des dossiers secrets, alors ils ont copié ces informations concernant les affirmations de Zeng Shan et l’ont rapporté à leurs supérieurs.

Kang Sheng, le bras de droit de Mao, espion-en-chef du Parti et chef de la sécurité, a rapidement tourné la découverte de ces cinq hommes en un acte «anti révolutionnaire» et a poussé Wang et Xie à punir les cinq hommes. Le responsable du bureau a été condamné à huit ans de prison et n’a été libéré qu’après la mort de Mao Zedong.

Le best-seller Les petits  princes de Chine écrit par He Pin et Gao Xin et publié en 1992, parle des origines de quarante fils et filles de hauts fonctionnaires du Parti. Il ajoute des détails à cette controverse. D’après ce livre, le 27 septembre 1967, Zhou Enlai a donné aux initiés du PCC, des instructions spéciales pour considérer que les activités de Zeng Shan avaient été fondées sur des ordres du Comité central du PCC. Il a interdit aux groupes révolutionnaires d’interférer.

Dans cet environnement de tensions politiques, Mao a ourdi de tuer un certain nombre de vétérans du PCC, y compris Liu Shaoqi, Peng Zhen et He Long. Cependant, Mao a bien traité Zeng Shan et l’a personnellement nommé, lors du 9ème Congrès national, pour poursuivre dans ses fonctions de membre du Comité central.

Zeng Shan est décédé en 1972 d’une crise cardiaque. La même année, le PCC a renoncé à 600 milliards de dollars de réparations du Japon à la Chine. Jin Jianping a dit que le PCC n’avait pas osé réclamer des réparations car le Japon était au courant de beaucoup de secrets du PCC.

Contrairement à la plupart des citoyens de Chine, pendant la Révolution culturelle Zeng Shan a eu une vie relativement facile. Son fils Zeng Qinghong, actuellement assez âgé, n’est pas non plus passé par des moments difficiles.

Punir Huang Ju pour régler une rancune

Zeng Qinghong a eu un début de carrière politique confortable, car il était un membre principal de la faction des «petits princes» et recevait l’aide des collègues et subordonnés de son père Zheng Shan.

En étant très proche de Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du régime, en 1986, Zeng est devenu vice-secrétaire chargé de l’idéologie au sein du comité du Parti communiste chinois (PCC) de la municipalité de Shanghai. Durant son mandat à Shanghai, Zeng rédigeait et révisait des documents importants et du matériel de propagande. Il était connu comme «fonctionnaire de plume» numéro 1 de la municipalité de Shanghai, ce que signifiait qu’il savait rédiger des articles de propagande.

Zeng a attiré pour la première fois l’attention de Jiang en 1989, lors de l’incident avec World Economic Herald. Ce journal de Shanghai a été fondé en 1980 et avait la réputation du journal le plus libéral de Chine.

Selon le livre Les petits princes de Chine, en avril 1989 Chen Zhili, directeur du département de la Propagande du comité du PCC de Shanghai, a vu une nouvelle dans un journal de Hong Kong qui mentionnait que le World Economic Herald allait publier une «note commémorative sur la conférence de Hu Yaobang». Le contenu de l’article soutenait le mouvement démocratique à Pékin.

Zeng l’a immédiatement rapporté à Jiang. Ce dernier a ordonné à Zeng et à Chen de parler à Qin Benli, le rédacteur en chef du World Economic Herald. Zeng et Chen ont demandé à Qin de supprimer le contenu concernant la démocratie, mais Qin a refusé.

Jiang a alors appelé Qin et l’a sévèrement réprimandé pour la violation des principes du PCC. Peu de temps après, Jiang a envoyé une «équipe de travail» au World Economic Herald.

Jiang Zemin a félicité Zeng Qinghong pour avoir identifié le «problème» du journal au tout début. Plus tard, le journal a été fermé par Jiang Zemin et son rédacteur en chef arrêté.

Un mois plus tard, Jiang est devenu Secrétaire général du PCC. Alors Jiang et Li Peng, l’ancien premier ministre qui avait soutenu la répression, ont co-signé la nomination officielle promouvant Zeng au poste de directeur adjoint du bureau général du Comité central du PCC.

Ramasser la saleté

En 1993, après la nomination de Zeng au poste de directeur du bureau général du Comité central du PCC, il s’est impliqué dans toutes les affaires du gouvernement, à l’exception des affaires économiques dirigées par le Conseil d’Etat, ainsi que les affaires militaires. Il est devenu, comme l’appelaient certaines publications, le «majordome de la cour impériale» de Jiang.

D’après le livre Les petits princes de Chine Zeng, en faisant «des recherches et des enquêtes» en collaboration avec le département de la Sécurité nationale, a rapidement obtenu des preuves de corruption et de détournement de fonds concernant de nombreux fonctionnaires locaux et régionaux. Grâce à cette information qui lui donnait beaucoup de poids, Zeng s’est placé en deuxième position derrière Jiang. Zeng possédait des informations sur plus de vingt cas importants de détournement de fonds et de corruption, ce qu’il pouvait utiliser pour attaquer les principaux  fonctionnaires du Conseil d’Etat et menacer des fonctionnaires régionaux. Cette information était suffisante pour consolider la position de Jiang Zemin.

Attaquer Huang

Selon une source de haut niveau à Pékin, Jiang a insisté, lors du 16ème Congrès du PCC, sur l’augmentation du nombre des  membres du comité permanent du Bureau politique de sept à neuf. Il voulait obtenir une position dominante grâce aux cinq membres de sa clique et quatre autres membres, afin d’entraver Hu Jintao et l’empêcher d’implémenter sa politique. Tout en soulignant l’incompétence de Hu, ils ont essayé de créer une atmosphère favorable pour que Zeng remplace Hu.

«Le bras droit et le bras  gauche» de Jiang consistaient en deux cliques. L’une était basée à Shanghai, dirigée par Huang Ju et Chen Liangyu, tandis que l’autre était la faction des petits princes dirigée par Zeng à Pékin. Jiang n’avait pas anticipé que son «bras gauche» couperait son «bras droit».

Lorsque Zeng Qinghong était à Shanghai, il était sans cesse en conflit avec Huang Ju. En 1992 suite à la tournée de Deng Xiaping dans le sud-ouest de la Chine pour promouvoir les réformes économiques, les fonctionnaires locaux de Shanghai, en particulier Huang Ju et Chen Liangyu,  membres de la clique de Jiang, ont fait de grosses fortunes. Zeng était à Pékin et ne pouvait qu’observer rempli de jalousie.

Yu Liwen, la belle-sœur de Huang Ju et sœur cadette de sa femme, monopolisait la commercialisation du pétrole à Shanghai.

Zheng Enchong, un avocat de Shanghai, a précisé que Yu Liwen contrôlait soixante stations d’essence à Shanghai.

Selon Zheng: «Plus tard, le Conseil d’Etat a proposé que les compagnies Sinopec et China National Petroleum Corporation achètent et dirigent l’ensemble des stations d’essence du pays, incluant celles de Shanghai. Sinopec et China National Petroleum Corporation étaient contrôlées par Zeng et Zhou Yongkang, car Zeng était auparavant fonctionnaire de l’industrie pétrolière».

Selon Zheng, Yu Liwen a refusé de l’accepter car elle ne voulait pas que Zeng et Zhou empochent les énormes profits de l’entreprise.

«La famille de Huang était très influente. Ils ont rejeté la proposition d’acquisition. La famille de Huang contrôlait toute la vie économique de Shanghai», a expliqué Zheng.

Selon une source de Pékin, si les cinq membres de la faction de Jiang dans le comité permanent étaient restés unis, ils auraient pu contrôler ce comité de neuf membres. Hu Jintao n’aurait pas été capable de destituer Chen Liangyu ou d’attaquer Huang Ju. En fin de compte, la rancune personnelle de Zeng envers Huang Ju est devenue pour lui plus importante que sa loyauté envers la faction de Jiang, et Zeng a soutenu Hu Jintao qui voulait destituer la clique de Jiang à Shanghai.

La source a également précisé que Zeng a attaqué la faction de Shanghai par jalousie. Zeng a essayé de renforcer son propre pouvoir pour  intimider les autres membres du PCC, afin de pouvoir profiter d’un nouveau mandat après le 17e Congrès national. A la place, la tentative de Zeng  de se débarrasser de Huang Ju et de Chen Liangyu a effrayé les autres membres de la faction de Jiang au Comité permanent (Wu Bangguo, Jia Qinlin et Li Changchun), et a poussé vers Hu la majorité des membres de la faction de Jiang dans ce comité. Comme résultat, la majorité d’entre eux a obligé Zeng à se retirer lors du 17ème Congrès National. C’est la raison principale qui explique le retrait de Zeng du Comité permanent du Politburo en 2007 et plus tard sa démission au début  de 2008.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT